Fermer
Secteurs / Activités

    Succursales + franchises : les conditions pour réussir

    Succursales + franchises : les conditions pour réussir

    Dernière mise à jour le 22 mars 2018

    La franchise tente de nombreux réseaux jusqu’ici purement succursalistes. Plusieurs conditions doivent être réunies cependant pour que l’alliance de ces deux formules se révèle un succès.

    La franchise comme relais de croissance

    C’est une tendance qui se confirme. Chaque année en France, de grandes enseignes jusque-là purement succursalistes (c’est à dire propriétaire de tous leurs magasins), s’ouvrent à la franchise (ou à la commission-affiliation). Parmi les plus récentes : Picard, Starbucks, Darty, Habitat, et bien d’autres.

    Parfois en difficulté lorsqu’elles décident cette ouverture stratégique, ces chaînes de grande taille et/ou notoriété souhaitent s’implanter, sur des formats réduits, dans des villes de moins de 100 000, voire moins de 10 000 habitants, avec des commerçants installés “fins connaisseurs” de leur marché local. Là où une succursale ne serait pas rentable en raison du poids de la masse salariale nécessaire. Mais où un franchisé qui s’investit personnellement pourra, lui, y parvenir.

    Moins connues, d’autres enseignes leur emboitent le pas comme Mondial Tissus ou Kusmi Tea en 2015, par exemple.

    Franchise DartyCes choix sont-ils pour autant pertinents ? A quelles conditions ces projets peuvent-ils réussir ? Le succès est possible en tout cas, comme l’illustre l’exemple de Darty.

    En 18 mois, de mars 2014 à septembre 2015, Darty est ainsi passé de 225 à 265 magasins en France avec l’ouverture de 40 unités franchisées, essentiellement par ralliement de commerçants et d’ex-adhérents de réseaux concurrents comme Digital, Connexion, Expert, Gitem, Pro & Cie.

    Dans un secteur de l’électroménager bousculé par Internet qui a perdu “presque la moitié de ses points de vente en 5 ans” (selon Frédéric Loquin, directeur de la franchise Darty), l’effet notoriété a joué à plein. Mais pas seulement.

    Exprimé jusqu’ici sur des surfaces de 1 200 à 1 500 m², le concept a été repensé pour 600 m² en moyenne, avec accès des vendeurs au site Internet marchand de l’enseigne grâce à des tablettes.  De  même, “un pôle franchise de 16 personnes” rassemble au siège les compétences nécessaires pour accompagner les franchisés.

    A l’évidence, une bonne définition de sa cible (en termes de recrutement), une bonne évaluation de son potentiel (en termes de ralliements) et une bonne adaptation de son concept (à des surfaces plus petites) constituent trois conditions importantes de la réussite pour une tête de réseau succursaliste qui s’ouvre à la franchise.