Fermer
Secteurs / Activités
      Miniature-Maelis-Anselin-1400×1400

      11 min

      11 min

      MP3 (24.43 Mo)

      Directrice des opérations et du développement d’Age d’or Services, Maélis Anselin présente les opportunités de reconversion professionnelle sur le secteur du maintien à domicile des seniors.

      • Flux RSS
      • Deezer
      • Spotify
      • Apple Podcasts
      • Google Podcasts
      20 000 €
      Apport personnel
      19 500 €
      Droit d'entrée
      Voir la fiche

      Transcription du podcast

      Maélis Anselin bonjour, vous êtes directrice des opérations et du développement d’Age d’or Services, spécialiste du maintien à domicile des personnes âgées. Tout d’abord, merci d’avoir accepté l’invitation de Franchise Magazine.

      Merci Vincent, je suis ravie d’être avec vous.

      Quel est l’impact de la crise sanitaire que nous traversons sur l’activité du réseau Age d’Or Services ?

      Sujet important, c’est de comprendre que cette crise, malheureusement et heureusement, montre toute l’importance de ces métiers du bien être au domicile des séniors. Aujourd’hui, on a une activité qui se développe, qui est constante par rapport à l’année dernière et qui se développe pour nos franchisés, qui ont cette offre globale de services qui permet aux séniors, aux personnes fragiles de rester chez eux le plus longtemps possible. Donc, évidemment, on est impacté. Mais c’est surtout la preuve que notre métier d’auxiliaire de vie est essentiel et que les franchisés, les équipes des franchisés sont depuis le début aux côtés du personnel soignant des hôpitaux pour gérer ces sorties d’hospitalisation, pour permettre que les personnes offrent leur domicile au lieu d’être hospitalisées. C’est cette preuve du caractère essentiel de nos métiers.

      Est ce que vous avez dû faire évoluer votre savoir faire ?

      La première chose qu’on va traiter sur deux aspects la première chose est qu’on est une marque et un réseau qui est pionnier puisqu’on a trente ans donc qu’on a un réseau qui connaît notre ce métier du maintien à domicile. Donc, en ce sens, notre métier du maintien à domicile n’a pas évolué en tant que tel. Nos pratiques pour maintenir une personne âgée, un sénior au domicile restent les mêmes.

      En revanche, le besoin évolue, notamment dans ce contexte là. Puisque vous avez, vous êtes en contact avec votre famille, vous voyez vos enfants, faire son repas est plus compliqué. Donc, c’est pour ça qu’on s’est adapté et que nos franchisés se sont adaptés dans cette période de crise. Par exemple, la livraison de repas, c’est quelque chose qui s’est beaucoup développée dans les derniers mois. On est par exemple à +20% sur la livraison de repas. On voit que le lien social est fondamental. Donc, on a développé une offre focalisée sur l’assistance informatique qui a pour objectif de rompre l’isolement en utilisant le numérique et en permettant aux auxiliaires de vie d’avoir une meilleure maîtrise de ces outils là et de pouvoir permettre aux personnes d’acquérir, de savoir utiliser une tablette ou un ordinateur pour se connecter avec ses proches, voire échanger avec ça.

      En ce sens, effectivement, on s’adapte pour permettre aux seniors de rester mieux chez eux.

      Avec la pandémie actuelle, avez vous le sentiment que votre métier est plus valorisé, mieux considéré qu’avant ?

      C’est vrai que vous avez raison. On a deux sujets. Le premier, c’est la connaissance parce que pourrait être valorisé. Il faut d’abord connaître un métier. Donc, on a deux sujets, c’est la connaissance et la reconnaissance de notre métier. On n’a jamais autant parlé du métier de l’auxiliaire de vie que pendant ces derniers mois, c’est effectivement une très bonne nouvelle.

      En revanche, il faut continuer. Il faut continuer à faire parler nos métiers et à montrer que c’est un métier qui est essentiel. Donc, on espère beaucoup que ces prochains mois, même si la réforme qu’on attend tant, cette réforme de la loi grand âge autonomie a compliqué à arriver. On espère une campagne de communication des pouvoirs publics pour valoriser notamment ce métier de l’Occident.

      Où en est le développement de votre réseau en ce début d’année ?

      Ça fait partie de nos axes stratégiques évidemment pour 2021. Donc consolider notre maillage territorial par la création d’entreprises, par la reprise d’entreprises, par la captation d’indépendants. Nos objectifs pour 2021, c’est 15 création d’agences ou reprises supplémentaires, ou des indépendants qui nous rejoignent. Parce que ce que on constate dans cette crise, c’est qu’il y a un besoin de sens et qu’il y a un besoin de ne pas être seul.

      Donc, effectivement, rejoindre un réseau de franchises permet d’entreprendre dans un métier qui a du sens, être salarié dans un métier qui a du sens. Et puis, pour des indépendants aussi, c’est une réponse à ce besoin de pouvoir partager avec des pairs et avoir des méthodes, peut être pour une période de relance plus plus organisée pour accélérer cette relance là.

      Quels sont les critères pour devenir franchisé Age d’Or Services ?

      La bonne nouvelle on va dire, c’est qu’il n’y a pas de critères très précis où on va dire plutôt un profil très strict pour devenir et rejoindre le réseau Age d’Or. En revanche, notre point essentiel, c’est d’être aligné sur notre mission qui est importante, qui est de permettre aux personnes âgées ou aux personnes plus fragiles de pouvoir rester bien être à leur domicile le plus longtemps possible. Donc, c’est le partage de cette mission, le partage de nos valeurs qui sont essentielles pour pouvoir rejoindre le réseau Age d’Or en tant que créateur d’entreprise.

      Après, effectivement, vous avez crée une entreprise, donc vous avez, comme tout processus de création d’entreprise, des compétences qui sont les compétences managériales, de pilotage d’activité et d’organisation, d’une part. D’autre part, et bien de développement, puisque c’est vous entrepreneur va développer son activité. Et enfin, dans votre secteur, ce qui est nécessaire, c’est avoir un niveau de formation minimum et imposé par la réglementation qui est d’un bac+3. Après, il y a des manières d’acquérir le niveau niveau de formation.

      Mais le point principal être aligné sur une mission et c’est une relation, c’est une rencontre. C’est ce qu’on dit à nos nouveaux franchisés ou aux candidats qu’on a, c’est qu’il faut se rencontrer. C’est pour cela qu’on a mis en place des webinaires et qu’on met toujours en place des webinaires pour avoir une première rencontre. Et puis après, quand c’est possible, et actuellement, c’est un peu plus compliqué, mais avoir évidemment une chance physique. Et puis surtout, travailler sur le projet du candidat à la franchise du futur entrepreneur pour pouvoir l’étudier avec lui, l’affiner et le rendre concret.

      Justement, comment se déroule le recrutement et la formation de vos nouveaux franchisés dans le contexte actuel ?

      On a trois étapes. La première, c’est la prise de connaissance. La deuxième, une fois qu’on a validé le projet, c’est la phase pré contractuelle et contractuelle. Et la troisième, c’est la formation qui est essentielle pour aller dans un nouveau métier. Et souvent, on l’observe, c’est un nouveau métier, mais c’est aussi des personnes qui étaient salariées et qui franchissent ce déclic pour se mettre à leur compte et vont devenir entrepreneur. Là, on ces points qui sont très importants et vraiment, le point de départ, c’est le projet de la personne, l’étudier avec elle, pour dire que sur un territoire précis, on connait les besoins des seniors, et on voit comment il peut y répondre, comment vous voyez en tant qu’entrepreneur, quel est votre niveau de rémunération à un an, trois ans, cinq ans, comment vous allez valoriser votre investissement.

      C’est travailler sur tout ça pour vérifier que de part et d’autre, on est d’accord et qu’on va faire cinq ans ensemble a minima.

      Avez vous eu des retours positifs de vos franchisés par rapport à votre gestion de la crise sanitaire ?

      On a fait des enquêtes de satisfaction au niveau des franchisés, puis au niveau des clients aussi jusque là, et donc les uns et les autres sont assez satisfaits.

      L’enquête de satisfaction a une dimension différente, mais nos clients à 97%, bien gérés, même très bien géré la crise. On sait donc que les intervenants à domicile ont bien géré la crise. Quant aux franchisés, effectivement, ils ont noté cet accompagnement pendant cette période de crise qu’on a eu à trois niveaux, comme beaucoup d’ailleurs. Il était de gérer l’urgence, gérer la reprise et gérer la relance. Donc, ces trois temps qui sont fondamentaux et qui font partie du métier du franchiseur d’accompagner toujours les franchisés à chaque moment et quand les moments sont un peu plus difficiles on les aident pour gérer leur développement.

      Alors oui, on l’espère et on continue sur tout. Ce qui est important, c’est qu’on continue à les accompagner avec, en allant plus au devant de nos pratiques médico sociales, en les accompagnant dans leur développement et en les accompagnant aussi dans leur solidité financière qui fait partie de nos axes stratégiques 2021. C’est important, donc il faut que dans cette période là, on sache développer des organisations performantes pour aller sur une solidité financière qui s’accompagne aussi d’une solidité plutôt RH, qui fait partie des éléments importants dans cette période 2021, d’être capable de recruter des collaborateurs pour servir nos personnes séniors à leur domicile.

      Quels conseils vous pouvez donner aux porteurs de projets qui hésiteraient à se lancer dans la situation actuelle ?

      Je pense qu’il y a un déclic. Premier sujet, c’est d’abord ce déclic de l’entrepreneur, c’est fondamental. Comment avoir ce déclic de l’entrepreneur à un moment donné, c’est ce qu’on disait au début. Ce qu’on voit, c’est des entrepreneurs qui se disent quelle est ma prochaine étape, où je peux être utile et quel sens je veux donner à ma carrière.

      Je pense qu’il faut regarder dans ce cadre là. Quelle utilité, quel sens est ce que je veux donner à ma carrière et comment je vois mes prochaines années. C’est un secteur évidemment en développement et en croissance. Notre secteur, celui du bien être des seniors à leur domicile, du service aux personnes plus âgées, c’est un secteur qui est essentiel, en croissance, qui créer des emplois et donc, en ce sens, qui permet cette reconversion professionnelle.

      Maélis Anselin, je vous remercie. Je vous rappelle que vous êtes directrice des opérations et du développement d’Age d’Or Services et que votre actualité est à retrouver, notamment sur les sites Franchise Magazine et AC franchise.

      Miniature Le Podcast Écoutez les interviews des
      franchiseurs en Podcast
      Demander une
      documentation

      Pour plus d'informations sur AGE D’OR SERVICES

      Recopiez le mot dans le champ ci-dessous :

      Je suis intéressé par la franchise AGE D’OR SERVICES
      Consultez l'Indicateur de la Franchise