Fermer
Secteurs / Activités
      Miniature-David-Vandekerckhove-1400×1400

      5 min

      5 min

      MP3 (7.16 Mo)

      David Vandekerckhove, adhérent Roady à Redon et Le Pouliguen, nous raconte sa reconversion professionnelle dans l’entretien et la réparation automobile et son parcours au sein du Groupement Les Mousquetaires.

      • Flux RSS
      • Deezer
      • Spotify
      • Apple Podcasts
      • Google Podcasts
      75 000 €
      Apport personnel
      0 €
      Droit d'entrée
      Voir la fiche

      Transcription du podcast

      David Vandekerckhove, bonjour. Vous êtes adhérent Roady à la tête de deux centres, à Redon et au Pouliguen. Tout d’abord, merci d’avoir accepté l’invitation de Franchise Magazine.

      Je vous en prie.

      Pouvez-vous nous en dire plus à propos de votre parcours professionnel avant d’intégrer le groupement Les Mousquetaires ?

      Ecoutez, moi j’étais salarié pendant 17 ans. J’ai eu une expérience de 15 ans à La Redoute. J’étais responsable d’exploitation. Et puis mon cœur de métier, finalement, c’était le management pendant 17 ans. Après, je me suis posé la question de savoir : est-ce que je continue à être salarié, avoir un confort ou est ce que je prends le choix de vivre ma propre expérience et de performer, surtout pour moi en fait.

      D’accord. Qu’est-ce qui vous a séduit dans le groupement Les Mousquetaires ? Et pourquoi avoir fait le choix de l’enseigne Roady en particulier ?

      J’ai souhaité reprendre une entreprise à taille humaine. Je suis originaire des Hauts-de-France, et au début, j’étais parti sur l’enseigne Norauto et j’ai très vite fait le choix de Roady parce que je voulais être un chef d’entreprise indépendant. Ce qui m’a plu chez les Mousquetaires, c’est d’avoir cette liberté d’entreprendre et ne pas dépendre d’un franchiseur. Parce qu’en fait, aujourd’hui, non seulement on reprend une entreprise pour soi, mais on codirige également l’entreprise commune. Et ça, pour moi, ça a beaucoup de valeur. J’ai fait le choix vraiment de Roady parce qu’il y avait beaucoup d’opportunités aussi en France, j’avais comme souhait de vivre en Bretagne, c’est ce que j’ai fait.

      Comment s’est déroulée votre reconversion professionnelle ?

      Ce n’est pas si facile que ça de passer du statut de salarié à chef d’entreprise parce qu’on a toujours su le côté rendre compte à un patron. Et ça, j’ai mis un peu de temps à passer le cap de salarié à chef d’entreprise parce qu’on a toujours eu le sentiment de vouloir se justifier. Et finalement, on apprend la liberté d’entreprendre et cette autonomie que l’on acquiert au fur et à mesure du temps.

      Et pour moi, aujourd’hui, mon seul patron, ça reste mes clients. C’est une chose très importante, mais il faut passer le pas, à mon avis, pour comprendre les choses.

      Comment avez-vous été formé et accompagné lors de votre arrivée au sein du groupement ?

      Une fois que je suis arrivé dans le groupement, on a un parcours d’intégration en plusieurs étapes, notamment jusqu’à l’agrément. Aujourd’hui, le groupement des Mousquetaires font rentrer chez eux des vrais chefs d’entreprise motivés qui ont envie d’entreprendre.

      Et ça, c’est plutôt rassurant aussi, de ne pas choisir n’importe qui, c’est vraiment une sécurité pour tout le monde, mais c’est assez ouvert aux recrutements. Après, une fois qu’on est rentré, on a l’agrément, on a une formation de quatre mois pour la pratique et la théorie. J’ai fait de la formation sur des points de vente pour apprendre le métier, j’ai même démonté les pneus, j’ai fait de la pratique concrète, ce que je voulais également. On a ce qu’on appelle un niveau de compétence au fur et à mesure pour savoir finalement : c’est quoi les carences et les besoins, quelles sont les formations complémentaires dont vous avez besoin pour pouvoir aller au bout de cette formation, pour être le plus opérationnel possible dès que vous sortez votre formation de quatre mois.

      Sincèrement, aujourd’hui, j’ai ressenti un vrai accompagnement des Mousquetaires pour reprendre mon point de vente. Ça a été vraiment très, très suivi et très encadré. Ensuite, j’ai repris mon point de vente en Bretagne. C’est pareil, même lors de la reprise, on a un suivi régulier qui nous permet de vérifier et d’être accompagné sur les bons choix et les choix stratégiques de l’entreprise, c’est sécurisant.

      Quelles sont les conditions et les qualités requises pour devenir adhérent ?

      Tout d’abord, je pense que ce qui est essentiel, c’est d’avoir un apport financier. Ça reste le nerf de la guerre. Quand on veut être chef d’entreprise, il y a un moment, on a un investissement à fournir. Chez Roady en fait, l’apport et au minimum de 75 000 euros. On peut reprendre des affaires plus importantes, mais c’est déjà un point important. Et je pense que le critère central, c’est également d’avoir la motivation et l’envie d’entreprendre.

      On ne devient pas un chef d’entreprise comme ça par hasard. Je pense qu’il y a une vraie volonté de pouvoir performer et travailler pour soi même. La situation, c’est plutôt de sortir de son confort. Quand on est salarié, on est installé, on a un salaire à la fin du mois, que l’entreprise dans laquelle on travaille soit performante ou non finalement, à la fin du mois, on a quand même son salaire. C’est autre chose quand même quand on est chef d’entreprise à un moment donné, on est contraint que ça fonctionne, on est contraint d’aller à la performance et c’est ça qui est intéressant. Alors on se bat tous les jours et on en prend même pas conscience. On le fait naturellement parce que c’est pour soi. C’est ça qui est très riche.

      Quelle est votre mission dans le cadre du tiers temps consacré aux groupements et au fonctionnement de la centrale ?

      Je vous dis tout à l’heure qu’on avait des fonctions de codirection on va dire du Groupement des Mousquetaires. Moi, je suis actuellement administrateur au sein de la branche mobilité du groupement et je m’occupe plus particulièrement de l’enseigne Roady. C’est une vraie richesse parce que de pouvoir codiriger le groupement, en fait finalement vous participez à la stratégie complète de l’entité Mousquetaires et l’enseigne à son globale. Sur les achats ou la stratégie de communication, sur le développement futur. Je trouve que c’est réellement important. On a son mot à dire et on peut participer aux échanges.

      Est-ce que vous diriez qu’en tant qu’adhérent du groupement, vous avez été mieux accompagné qu’un commerçant indépendant ?

      Pour moi, c’est une certitude. En fait, le groupement des Mousquetaires reste quand même, malgré tout, une certaine sécurité. Elle vous donne toutes les clés pour réussir votre projet de A à Z, de la formation, du projet, de l’étude de marché, de la mise en situation, de l’accompagnement même après que vous ayez repris son point de vente pour la montée en charge. Tout ça, aujourd’hui, on vous accompagne fortement sur tous vos projets.

      L’objectif encore central chez les Mousquetaires, c’est une réalité, ce qu’il faut, c’est que vous réussissiez. Le critère, c’est que tout le monde réussisse. C’est extrêmement important et si on applique bien les choses, on respecte vraiment la bonne façon de faire et on est sûr de réussir son entreprise.

      David Vandekerckhove Je vous remercie. Je rappelle que vous êtes adhérent de l’enseigne Roady et que votre actualité est à retrouver notamment sur les sites Franchise Magazine et AC Franchise.

      Je vous en prie, bonne journée à vous.

      Miniature Le Podcast Écoutez les interviews des
      franchiseurs en Podcast
      Demander une
      documentation

      Pour plus d'informations sur ROADY

      Recopiez le mot dans le champ ci-dessous :

      Je suis intéressé par la franchise ROADY