Fermer
Secteurs / Activités
      Miniature-Florent-Barboteau-1400×1400

      6 min

      6 min

      MP3 (5.81 Mo)

      Florent Barboteau, fondateur du réseau d’agences automobiles Ewigo, présente les performances de son enseigne sur un marché relativement préservé des conséquences de la crise.

      • Flux RSS
      • Deezer
      • Spotify
      • Apple Podcasts
      • Google Podcasts
      25 000 €
      Apport personnel
      30 000 €
      Droit d'entrée
      Voir la fiche

      Sommaire

      Pour une écoute simplifiée de ce podcast interview de Florent Barboteau, Fondateur du réseau Ewigo, rendez-vous directement à la partie qui vous intéresse.

      Transcription du podcast

      Florent Barboteau, bonjour, vous êtes le fondateur d’Ewigo, le réseau numéro 1 d’agences automobiles. Tout d’abord, merci d’avoir accepté l’invitation de Franchise Magazine.

      Merci à vous.

      Première question quel est l’impact de la crise sanitaire que nous traversons et de ce troisième confinement sur l’activité du réseau Ewigo ?

      Très sincèrement, nous faisons partie de ces quelques secteurs d’activités plutôt préservés puisque le marché du véhicule d’occasion en France en 2020 ne s’est tassé que de – 4,5 pour cent, ce qui est relativement peu. Un marché dans lequel l’ensemble de nos franchisés, à périmètre constant, ont réalisés un chiffre d’affaires en progression de plus 42,7%. Donc, très sincèrement, nous traversons la crise, cette année Covid-19, plutôt de manière remarquable, lié au fait principalement à la pertinence du positionnement de notre concept, c’est vrai, mais aussi lié à la digitalisation puisque dès le lancement du réseau, nous étions avec nos deux pieds dans le digital, si je puis m’exprimer ainsi.

      Est-ce que vous avez remarqué un changement dans les habitudes de consommation ou d’achat de vos clients ?

      Plus qu’un changement, une accélération, c’est-à-dire que nous, avant le Covid-19, on réalisait déjà la plupart de nos ventes de véhicules à distance avec des clients Internet qui consommaient nos services également de livraison, d’achats, etc. à distance, et on est passé de plus de la moitié de ces acheteurs à quasiment 100% et même complètement 100% pendant les périodes de confinement pur.

      Est-ce que vous avez quand même dû faire évoluer votre savoir faire afin de vous adapter au contexte ?

      Absolument. À cela deux angles. Le premier, il est opérationnel, c’est-à-dire que l’on a accéléré la finalisation de certains de nos outils digitaux à destination de nos franchisés et de leurs clients, mais également en interne, tête de réseau vis-à-vis des franchisés avec la mise en place de visio-formation, c’est-à-dire tout ce que nous faisions précédemment en présentiel, nous l’avons digitalisé également.

      Lorsque tout sera revenu à la normale le plus tôt possible, on l’espère. Pensez vous maintenir des actions et des concepts mis en place dans le cadre de la crise sanitaire ?

      Bien sûr que nous le souhaitons tous de sortir le plus rapidement possible de cette crise-là. Il n’en reste pas moins que oui, bien sûr, cet épisode nous a permis d’aller encore plus loin, encore plus vite dans le digital dans lequel nous étions né préalablement. Également en termes d’habitudes de consommation, d’un point de vue client, on note effectivement les changements par un plus grand appétit à aller consommer comme ça, et une plus grande confiance encore sur le digital.

      Où en est le développement de votre réseau en ce début d’année 2021 ?

      Alors, je suis tenté de dire que le développement de notre réseau suit également cette dynamique, métiers-clients. C’est un petit peu logique, dans le sens où on assiste à un double phénomène. Le premier, c’est de plus en plus de personnes souhaitent entreprendre et prendre leur destin en main et donc ça, on a une recrudescence de candidats depuis le début de l’année importante. Deuxième point, ces porteurs de projet, évidemment, naturellement, et bien vont se tourner vers des secteurs d’activité qu’ils estiment résistants, résilients en temps de crise dont nous faisons partie.

      Quels sont vos objectifs d’ici à la fin de l’année ?

      Nous avons déjà, à fin mars, enregistré, et c’est inédit, une dizaine de nouveaux franchisés partenaires. Nous estimons donc pouvoir terminer l’année avec une trentaine de nouveaux franchisés partenaires.

      Quels sont les critères pour devenir franchisé Ewigo ?

      Alors aimer l’automobile, tout d’abord, avoir un appétit pour le produit en tant que tel. Ensuite, avoir une fibre commerciale, commerçante, mais également managériale, puisque notre concept permet d’aller gérer des points de vente jusqu’à une dizaine de commerciaux.

      Comment se déroule le recrutement et la formation de vos nouveaux franchisés, dans le contexte actuel ?

      On a, là également vous avez raison, digitalisé un maximum ces parcours-là, pour des raisons sanitaires, bien entendu. Donc, ce que nous pouvions faire en présentiel passe maintenant principalement en visio. Également l’accueil, alors que nous faisons avec parcimonie dans le nouveau siège du réseau dans lequel nous avons déménagé il y a six mois maintenant, en région parisienne. Quant à la partie formation, année après année, nous la complétons et nous l’enrichissons. Elle est aujourd’hui d’une durée de cinq semaines.

      Avez-vous eu des retours positifs de vos franchisés par rapport à votre gestion de la crise sanitaire ?

      Le sentiment est plutôt unanimement positif en ce sens là. Effectivement, l’ensemble de nos franchisés a salué la mobilisation des équipes de tête de réseau, d’innovation également. Et puis, un soutien sans faille et notamment psychologique, puisque pendant cette année si particulière, il était important plus que jamais d’être avec un contact de proximité avec nos partenaires franchisés.

      Et de la part de vos clients, est ce que vous avez des retours positifs ? Est-ce que, d’une manière générale, l’avis de vos clients est une notion importante pour vous ?

      Plus importante.

      Merci pour la question. Elle est même essentielle à nos yeux. A tel point qu’on a fait un fer de lance ces derniers mois sur le sujet. Nous sommes particulièrement fiers de communiquer depuis quelques mois maintenant sur la note de satisfaction Google de nos clients qui, sur près de 3 000 avic clients, affiche une moyenne de tous nos points de vente nationalement de 4,7/5, ce qui est particulièrement élevé, et notamment dans le secteur de la vente automobile, c’est inédit.

      Quel message souhaitez faire passer aux porteurs de projets qui hésiteraient à se lancer ? Compte tenu de la crise sanitaire ?

      Très clairement, je leur indiquerais que, comme dans toute crise, même si celle-ci est évidemment inédite, dans toute crise, il y a des opportunités. Donc, il est temps d’entreprendre en choisissant bien non seulement le secteur d’activité, mais également l’adéquation hommes-projet, je serais tenté de dire. Avec le choix, en plus de ça, d’un réseau qui afficherait une solidarité et un soutien à ses partenaires franchisés sans faille.

      Florent Barboteau, je vous remercie.

      Merci à vous.

      Je rappelle que vous êtes fondateur d’Ewigo et que votre actualité est à retrouver, notamment sur les sites Franchise Magazine et AC Franchise.

      Miniature Le Podcast Écoutez les interviews des
      franchiseurs en Podcast
      Demander une
      documentation

      Pour plus d'informations sur EWIGO

      Recopiez le mot dans le champ ci-dessous :

      Je suis intéressé par la franchise EWIGO
      Consultez l'Indicateur de la Franchise