Fermer
Secteurs / Activités
      Miniature-Jean-Aymes-1400×1400

      8 min

      8 min

      MP3 (8.98 Mo)

      Jean Aymes est Directeur Marketing et Communication du Groupe Saveurs & Délices, qui développe les enseignes Réauté Chocolat et Chocolaterie Monbana : il nous fait part des projets d’expansion en franchise pour ces deux réseaux.

       

      • Flux RSS
      • Deezer
      • Spotify
      • Apple Podcasts
      • Google Podcasts
      100 000 €
      Apport personnel
      10 000 €
      Droit d'entrée
      Voir la fiche

      Transcription du podcast

      Jean Aymes, bonjour, vous êtes directeur marketing et communication du groupe Saveurs & Délices, qui développe les enseignes Réauté Chocolat et Monbana. Tout d’abord, merci d’avoir accepté l’invitation de Franchise Magazine.

      Merci à vous. Ravie de vous retrouver.

      Ma première question est simple quels sont vos projets de développement en franchise pour 2022 sur vos enseignes ?

      Écoutez, on a de vastes projets. On a clairement deux réseaux qui sont particulièrement dynamiques. Le réseau Réauté aujourd’hui, c’est une soixantaine de magasins. On a accéléré et on souhaite continuer à accélérer notre développement avec un objectif d’ouverture de 3 à 5 magasins par an sur les prochaines années. Et donc, c’est vrai pour le réseau Réauté, mais c’est également vrai pour le réseau Monbana. Donc, un vrai objectif de croissance et on se donne les moyens de répondre à cet objectif et d’accompagner les candidats qui vont nous rejoindre.

      Quelles sont les villes ciblées pour étendre votre réseau ou les types de villes, les tailles d’agglomération ?

      Je dirais qu’on a des objectifs assez proches pour les deux réseaux. Sur Réauté aujourd’hui, nous sommes présents essentiellement sur la moitié nord de la France, avec une présence un peu plus forte sur le réseau Ouest. Donc, bien évidemment, on va souhaiter renforcer notre présence sur cette partie nord de la France. Mais c’est vrai qu’on a une ambition qui est réellement nationale et on souhaite se développer également dans la partie sud. Après notre concept pour Réauté est bien calé, on est sur des magasins qui sont présents en zone commerciale, plutôt sur des villes de plus de 50000 habitants. Ça, c’est vraiment très important. On est sur des concepts de magasins assez importants en termes de surfaces. C’est vraiment la particularité par rapport à nos concurrents. On est sur des magasins de 250 à 300 mètres carrés donc c’est pour ça que les zones commerciales s’y prêtent tout à fait. Et juste de mots sur Monbana, donc la on est sur un réseau un peu plus réduit également plutôt présent sur la partie ouest, avec également une volonté de se renforcer sur cette zone là, mais également d’aller à la conquête d’autres territoires, que ce soit dans le sud ou l’est de la France.

      Et vous nous en dire plus sur l’évolution du concept magasin de l’enseigne Réauté ?

      Tout à fait. Donc là, on est sur une quatrième génération de magasins puisqu’on a la chance d’avoir une histoire assez longue de plusieurs dizaines d’années. Ce concept, on l’a mis en place en fin d’année dernière sur la région parisienne, ce qui nous a permis de voir qu’il était tout à fait performant. Donc, on est en train de procéder à quelques petits ajustements et c’est vraiment ce concept qu’on va déployer donc ce nouveau concept intègre une évolution de gérer l’ensemble des paramètres classiques sur le mobilier, notamment sur tout ce qui est éléments de décoration, de luminaires, sur effectivement des moyens complémentaires et nouveaux du type vidéo, projection de message en magasin. Et là, on ajuste ça tout en étant vigilant. Et ça, c’est ma casquette marketing qui m’amène à le dire. Et ce qu’il soit vraiment cohérent avec notre positionnement de marque. Réauté est une marque qu’on veut vraiment accessible, c’est très important. On est aussi sur des magasins qui ont un assortiment extrêmement large donc on a à peu près 600 références, ce qui permet, c’est considérable et assez spécifique dans l’univers du chocolat.

      On a besoin d’avoir du mobilier, on avoir des magasins qui permettent d’exposer cette offre très, très large. Quand je dis qu’on est sur un concept chocolat, oui, notre cœur de business. Mais on a également des développements sur des segments je dirais complémentaires. Ça peut être du biscuit, ça peut être de la confiserie. On a également développé de manière assez significative notre offre en macarons et dans certains magasins, on peut aller au delà avec de la glace, par exemple sur l’été. Donc, un concept sur lequel on est bien calé, du franchisé qu’il a installé, et également des enquêtes de consommateurs qui ont permis de vérifier qu’on était cohérent avec l’image de la marque et qu’on est très, très optimiste sur le développement de ce concept.

      Et où en est le développement du drive et du click and collect dans le réseau ?

      Alors, on l’a développé de manière relativement modeste. Ça reste un axe stratégique, mais je dirais qu’il n’est pas prioritaire. Notre concept de magasin, encore une fois, c’est une offre extrêmement large et avec de la dégustation, on pourra en parler. Ça n’a pas toujours été très facile dans un contexte sanitaire qu’on a connu. Mais cette offre large, on souhaite que les gens viennent la découvrir en magasin. 600 références à présenter honnêtement sur un site Internet, ça reste compliqué. On pense que certains consommateurs pourraient passer à côté de segments assez importants ou de produits qui pourraient être utile pour répondre à leurs besoins. Donc, vraiment, notre objectif, c’est créer du trafic pour amener les gens dans nos boutiques, qu’ils soient Réauté encore une fois ou Monbana. On a du click and collect, on l’a développé, mais ce n’est pas un axe stratégique vraiment de premier plan.

      C’était plus une réponse à la situation sanitaire ?

      Tout à fait. Je pense qu’il y aura quand même, pour nous comme pour d’autres, une stabilisation ou un léger reflux sur cette partie click and collect. Parce nous, on a le sentiment que les gens ont besoin de ce contact. Le chocolat, c’est quand même un produit qui mérite explication. On va parler d’éléments sur l’origine du cacao. On va dans certains cas pouvoir développer la dégustation. Et c’est vrai que cette présence et le fait d’amener les gens en magasin, c’est vraiment particulièrement important. On forme nos employés, on forme nos franchisés à aller devant les gens et leur expliquer la nature de leur offre et entrer dans le détail de « Qu’est ce que c’est un bon chocolat chez Réauté ou chez Montbana ?

      Quels sont les critères pour devenir franchisé sous vos enseignes ?

      Alors, je parlerais de profil. Je vais pas nécessairement être très surprenant. On a une cible qui est relativement large, on a bien évidemment, comme c’est souvent le cas, des gens qui ont déjà une expérience dans le commerce et qui souhaitent changer d’univers. Et c’est vrai qu’on a de plus en plus de reconversion de gens qui viennent nous voir en disant qu’ils veulent découvrir autre chose. Ils veulent se réaliser, donc c’est vraiment dans une dimension entrepreneuriale, des gens qui veulent réaliser dans un univers honnêtement et ça, on le sait, qui est extrêmement séduisant. Le concept de la franchise dans le chocolat avec tout l’univers de la gourmandise est particulièrement séducteur. Ces franchisés on mesure aussi certains sont en termes de profil, des cadres je l’ai dit. On a aussi des gens de maîtrise. On a des gens qui viennent seuls. Beaucoup de gens qui viennent en couple 50% à peu près, des gens qui ont un projet. Voilà donc un profil assez large. Pas de critères, je dirais vraiment extrêmement établis. Bien sûr, il y a quand même un investissement qui est nécessaire, mais ce n’est pas pour nous l’enjeu principal.

      Après, comme tout réseau de franchise, on a un programme d’accompagnement extrêmement développé qui va accompagner nos candidats, les personnes intéressées du début de leur projet, qui peut être assez light ou pas très précis au départ, jusqu’à l’aboutissement et quelque part à la remise des clés. Et un process qui dure, de manière assez classique entre six mois et un an, en fonction de la maturité du projet au départ.

      Quel budget faut il prévoir pour ouvrir un magasin sous vos enseignes ?

      Alors, on a des enveloppes qui sont proches pour Réauté et Monbana. Pour Réauté, on est de l’ordre de 350 000 euros hors pas de porte. Alors ça intègre la partie importante d’aménagement du magasin. Chose assez classique, le droit d’entrée, les stocks d’ouverture et un budget de communication pour l’ouverture.

      Quelles formations vous proposez à vos nouveaux franchisés, comment elles se déroulent ?

      Alors, on a un parcours qui est extrêmement bien établi. On a des gens qui sont dédiés à accompagner les candidats. Il y aura de la formation sur différents aspects. Il y a une formation importante sur la partie produits, on va les accueillir notamment à Château-Gontier, là où est basée Réauté, avec nos maîtres chocolatiers et les personnes qui travaillent sur notre site, aux ateliers pour les former au chocolat. Parce qu’encore une fois, une grosse partie d’entre eux ne connaissent pas l’univers et il est important qu’ils connaissent. Et après, il y a un accompagnement assez classique sur la partie commerciale, comme on accueille un client, comment on gère des stocks, etc. C’est du classique qu’on propose et encore une fois, le retour d’expérience qu’on a, c’est qu’on sait chez Réauté accueillir de bout en bout les candidats intéressés. On a de très, très bons échos sur ce qu’on leur a proposé.

      Précisément, quels conseils donneriez vous aux porteurs de projets qui hésiteraient à se lancer dans votre activité ?

      On a, comme je vous le disais, des gens qui ont envie de franchir le pas de l’entrepreneuriat, mais qui sont un petit peu dans le doute, qui ont peur. Ce n’est pas un conseil, c’est vraiment un message que je leur dis. À partir du moment où vous êtes lancé dans la démarche, que vous avez de cette idée en tête, c’est quelque part cette fibre commerciale, vous l’avez au départ. Donc soyez rassurés, nous nous sommes là pour la matérialiser. On va vous accompagner sur la recherche des lieux les plus adaptés tout en restant dans ce concept de magasins de périphérie et de zones commerciales. On va vous donner tous les outils pour matérialiser votre rêve, donc laissez nous vous accompagner. Faites nous confiance et on sera là à votre côté pour aller au bout de votre rêve.

      Jean Aymes, je vous remercie. Je rappelle que vous êtes directeur marketing et communication du groupe Saveurs & Délices, qui développe les enseignes Réauté Chocolat et Monbana, et que votre actualité est à retrouver notamment sur les sites Franchise Magazine et AC Franchise.

      Merci à vous ! Je voudrais simplement dire que nous serons présents au Salon de la franchise du 20 au 23 mars, au stand P59. On sera ravis d’accueillir toutes les personnes intéressées par notre enseigne Réauté.

      Miniature Le Podcast Écoutez les interviews des
      franchiseurs en Podcast
      Demander une
      documentation

      Pour plus d'informations sur RÉAUTÉ CHOCOLAT

      Recopiez le mot dans le champ ci-dessous :

      Je suis intéressé par la franchise RÉAUTÉ CHOCOLAT