Fermer
Secteurs / Activités

    Franchise et commerce associé : quelles différences ?

    Tribune publiée le 8 octobre 2014 par Sandrine RICHARD 
    En savoir plus sur l'auteur

    La franchise repose davantage sur une organisation verticale et le commerce associé quant à lui s’inscrit dans un fonctionnement horizontal, rappelle l’auteur, avocat. Qui fait le point sur les différences essentielles entre ces deux modèles.

    La franchise est menée par une tête de réseau détentrice ou licenciée du savoir-faire et de la marque franchisés. L’organisation du réseau de franchise et son fonctionnement quotidien sont assurés par le franchiseur qui prend envers ses franchisés diverses obligations : transmission d’un savoir-faire et de l’utilisation de signes distinctifs pour les plus importantes.

    Même si les franchisés souscrivent également des obligations envers le franchiseur, ils restent les clients du franchiseur et ce dernier doit donc assurer leur contentement, sous réserve évidement que les exigences des franchisés résultent bien des termes du contrat de franchise.

    En conséquence de cette organisation verticale, les orientations du réseau sont édictées par le franchiseur qui peut dans certains cas rencontrer des difficultés dans leur mise en place, les franchisés n’ayant pas été associés au processus de décisions.

    Commerce associé : des groupements d’entrepreneurs

    Parallèlement, le commerce associé vise quant à lui le mode de développement reposant sur un groupement d’entrepreneurs qui sont à la fois membres et actionnaires du réseau.

    Les membres du groupement sont indépendants juridiquement et financièrement, tout comme les franchisés ; chacun exploite son activité dans le cadre des règles communes du réseau, le tout en bénéficiant des services et des moyens communs mis en place au sein du groupement dans lequel ils détiennent une participation ; c’est là la grande différence avec le développement en franchise.

    Ici, le réseau repose sur une mutualisation de moyens humains et financiers ainsi que des services. Le groupement est organisé autour d’une ou plusieurs structures centrales dont les actionnaires sont tout à la fois les utilisateurs.

    Le point sensible du commerce associé peut être la paralysie de certaines décisions faute d’obtenir l’adhésion nécessaire de ses membres. En effet, chaque membre du réseau étant également actionnaire, il peut exister des blocages ou des ralentissements dans la prise de décisions qui s’avèrent pourtant indispensables pour le bien commun. Pour limiter cet effet, les réseaux peuvent élire certains des membres-associés pour que ceux-ci puissent travailler et avancer sur certains sujets pour les présenter ensuite à l’ensemble des membres du réseau et obtenir une adhésion plus rapide à certaines évolutions.

    Les différences peuvent être moins importantes

    Cette comparaison effectuée, dans certains cas, les différences entre la franchise et le commerce associé peuvent être moins importantes ; tel est le cas lorsque le réseau de franchise offre à ses membres un véritable rôle dans le développement l’organisation et le devenir de l’enseigne : création de commission sur l’évolution du concept, sur l’utilisation du budget de communication nationale, sur les orientations de l’enseigne.

    En effet, même si les franchisés ne sont pas associés du réseau, ils sont dans la plupart des cas particulièrement attachés à l’enseigne et souhaitent donc être actifs dans l’évolution du réseau auquel ils appartiennent. Artisans au quotidien de l’enseigne, ils peuvent ne pas comprendre que leur avis ne soit pas pris en compte pour la prise de décisions qui impacteront directement leur activité. Raison pour laquelle, les franchisés sont dans certains réseaux associés à la prise de décisions.

    Il faut également noter que certains réseaux s’inspirent du commerce associé en créant au côté du réseau de franchise une structure dans laquelle les franchisés sont actionnaires qui peut être chargée de négocier des conditions d’approvisionnement pour le réseau.