Fermer
Secteurs / Activités

    Penser la franchise autrement

    Tribune publiée le 26 janvier 2016 par Serge MERESSE
    En savoir plus sur l'auteur

    Défenseur exclusif des franchisés, l’auteur, avocat, appelle à “penser la franchise autrement”. Et plaide pour un retour aux fondamentaux, afin que “la loyauté et le respect des franchisés” président davantage aux relations franchisés/franchiseurs.

    A cause de leurs excès, les franchiseurs vont finir par ruiner la franchise.

    Alors que ce modèle entrepreneurial repose sur la liberté d’entreprise et la création de richesses partagées, les franchiseurs ne cessent de durcir les contrats et les conditions financières des franchisés, pour en faire de simples exécutants, soumis et vulnérables, dont ils minent l’esprit d’entreprise.

    Quant au dynamisme de la franchise, il est souvent un trompe-l’œil. Combien de franchisés sortent ruinés à cause de concepts défaillants, d’implantations inadaptées, de baisse des marges, d’incompétence du franchiseur, ou à cause de petits chefs incompétents qui abusent de leur rapport de force ? Combien de franchisés trompés à l’entrée par un marketing de recrutement efficace et de fausses informations précontractuelles, se sentent piégés, une fois pris dans la nasse du contrat ? Silence …aucun chiffre, aucune donnée, aucun nom de réseau… surtout ne rien dire pour ne pas remettre en cause cette belle machine à rêver.
    Il faut que cela cesse.

    “La franchise doit être éthique”

    La franchise doit être éthique. Cela veut dire que la loyauté et le respect des franchisés doivent présider aux relations franchisés/franchiseurs. Cela veut dire que la morale, guidée par le principe légal de bonne foi et par le Code de Déontologie Européen de la Franchise, doit s’imposer dans ces relations d’affaires si particulières, où les intérêts sont et doivent être communs. Cela veut dire que l’autoritarisme bête et les menaces verbales doivent être bannis. Cela veut dire que les hommes et les femmes qui engagent leur vie professionnelle et familiale pour une enseigne, doivent être respectés par cette enseigne, qu’ils enrichissent.

    “Revenir aux fondamentaux”

    Il faut revenir aux fondamentaux. Les franchisés sont des entrepreneurs, pas des assistés. Ils veulent gagner leur vie en travaillant et, eux aussi, réaliser des profits, d’autant qu’ils engagent leurs biens, dans cette recherche de réussite. Ils n’acceptent pas d’être la variable d’ajustement des profits de leur franchiseur, sans contrepartie de rentabilité pour eux. Et quand certains franchisés veulent se développer en multi-franchise pour se diversifier et se consolider, pourquoi leur interdire et les enfermer dans des clauses de non concurrence injustifiables qui stérilisent l’esprit d’entreprise et les fragilise financièrement ?

    Si tous les franchisés de France se donnaient la main pour travailler à leur émancipation économique et juridique, dans le respect de ce modèle intelligent qu’est la franchise, nul doute que le rapport de force serait plus équilibré et que les franchisés retrouveraient les marges de manœuvres juridiques et financières dont tout chef d’entreprise a besoin pour s’assumer.
    Ce sont les vœux que je formule pour cette nouvelle année 2016, en invitant les femmes et les hommes de bonne volonté à travailler avec moi sur ce projet.