Non-concurrence post-contractuelle : un franchiseur débouté

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someonePrint this page
Brève
26 septembre 2017

C’est assez rare pour être souligné : la cour d’appel de Paris – Pôle 5, chambre 4 – donne tort à un franchiseur. Motif : la clause de non-concurrence d’un de ses contrats limitait abusivement la liberté du franchisé après son départ du réseau.

Juridique-2La cour d’appel de Paris a tranché le 21 juin 2017 un litige survenu – après la fin du contrat – entre un franchiseur et un de ses ex-franchisés.

Le conflit éclate en septembre 2012. Après 8 ans de collaboration, le franchisé indique à son partenaire qu’il ne continue pas son activité sous son enseigne. Le contrat de franchise prend fin à son terme en mars 2013.

Méfiant, le franchiseur fait procéder deux mois plus tard à un constat d’huissier puis assigne son ex-franchisé en justice pour violation de la clause de non-concurrence post-contractuelle et parasitisme.

Débouté de sa demande par le tribunal de commerce de Paris en juin 2015, le franchiseur fait appel. Il réclame que le franchisé soit contraint de cesser son activité et condamné à lui verser, entre autres, 250 000 € « en réparation du trouble commercial et de la captation de savoir-faire commise au préjudice (de l’enseigne) ».

Une clause de non-concurrence post-contractuelle jugée non valide…

La cour d’appel confirme au contraire le jugement de première instance qui déboutait le franchiseur. Pour les magistrats de Paris (Pôle 5, chambre 4), la clause de non-concurrence post-contractuelle sur laquelle il s’appuie « n’est pas valide, n’étant limitée ni dans son objet, ni dans l’espace ».

La clause litigieuse interdisait au franchisé toute activité « proche ou éloignée de l’activité du réseau ». Aux yeux des juges, elle allait ainsi au-delà de la spécialité du franchiseur et donc de l’objet du contrat. Et ce, pendant un an sur l’ensemble du territoire national. Une durée admise, mais un espace très important, régulièrement retoqué par la jurisprudence, qui s’est plutôt limitée jusqu’à présent à la zone d’exclusivité des franchisés.

Pour sa défense, le franchiseur invoque la nécessaire protection de son savoir-faire spécifique. Les magistrats en reconnaissent l’existence, ce qui fonde pour eux en partie la clause de non-concurrence. Mais ils estiment que celle-ci a «pour conséquence de restreindre abusivement les domaines dans lesquels (le franchisé) pouvait exercer une activité à l’expiration du contrat ».

…« N’étant limitée ni dans son objet, ni dans l’espace »

Pour les magistrats de Paris, cette clause de non-concurrence post-contractuelle annulée à juste titre par les premiers juges n’est donc « pas opposable (au franchisé) ». Qui peut continuer son activité et n’a pas à verser de réparations à son ex-franchiseur.

La cour d’appel ne reconnaît pas davantage le parasitisme. Estimant que l’activité poursuivie par l’ex-franchisé se distingue suffisamment de celle de son ancien réseau et n’en « constitue pas un plagiat », malgré des « similarités techniques ».

De même pour sa communication (site Internet, tracts, etc.) et ses méthodes commerciales également mises en cause par le franchiseur.  Qui se voit ainsi débouté de ses demandes contre son ex-franchisé.

Non-concurrence post-contractuelle : ce que dit la loi

Cette décision de la cour d’appel de Paris, sévère pour le franchiseur, s’inscrit dans l’esprit du droit européen sur la question (règlement d’exemption du 20 avril 2010, article 5.3).

Un droit européen désormais intégré au droit français, depuis la loi du 6 août 2015 (dite loi Macron). Laquelle  précise (article L 341-2 du Code de commerce) que pour être admise, une clause de non-concurrence post-contractuelle doit, à la fois :

-concerner les biens et services en concurrence avec l’objet du contrat,

-être limitée aux terrains et locaux de l’exploitant,

-être indispensable à la protection du savoir-faire du franchiseur,

-ne pas excéder un an après la fin du contrat.

Une loi qui, certes, laisse une place à l’appréciation des juges (notamment sur la protection du savoir-faire), mais fixe des limites bien précises aux franchiseurs.

A lire aussi sur le sujet :

-l’analyse approfondie d’Anouk Bories, Maître de conférences à l’Université de Montpellier, dans la « Lettre de la Distribution » de septembre 2017.

A lire également

  • Bleu framboise veut s’élancer en franchise
    17 Déc 2017

    Né d’un rêve de bricoleuse, Rachel Moniot, Bleu Framboise regroupe en une seule boutique tous les univers pour que « les tricoteuses, couseuses, bijouteuses », bricoleuses et autres bidouilleuses trouvent leurs bonheurs et réalisent leurs projets créatifs : laines, perles, boutons, rubans, tissus, merceries, trucs et bidules », comme le précise elle-même l’enseigne. Bleu Framboise se développe depuis… Lire la suite

  • Lorenove vise 100 espaces-conseils dans cinq ans
    14 Déc 2017

    Le fabricant de fenêtres Lorillard a dévoilé, en cette fin d’année, d’ambitieux objectifs de développement pour son réseau de points de vente aux particuliers Lorenove. Celui-ci  regroupe aujourd’hui 66 showrooms, dont 10 exploités en direct et 56 par des concessionnaires indépendants (un nombre resté stable depuis 2013). « Dans 5 ans, notre objectif est de parvenir… Lire la suite

  • Boon s’installe dans le centre commercial Colombia de Rennes
    13 Déc 2017

    Boon a ouvert, le 4 décembre, sa première boutique en Bretagne. Pour avoir une grande visibilité, l’enseigne de yaourt glacés et autres produits de pause gourmande a choisi le centre commercial Colombia, qui situé dans le centre ville de Rennes et est le plus fréquenté de Bretagne. Il s’agit aussi de la septième implantation de… Lire la suite

  • Mary’s Coffee Shop annonce sa première franchise à Lyon
    12 Déc 2017

    Sept ans après l’ouverture du premier Mary’s Coffee Shop, l’enseigne stéphanoise va concrétiser son développement en franchise, lancé depuis un an, avec une ouverture avec un partenaire à Lyon en février 2018. Après six semaines de travaux, ce tout nouveau coffee-shop doté d’une terrasse occupera 145 m² sur trois niveaux sur un emplacement numéro un… Lire la suite

  • La coopérative Biocoop se dote d’une nouvelle plateforme logistique
    12 Déc 2017

    La cérémonie de la pose de la première pierre qui s’est tenue le 8 décembre, et qui réunissait l’ensemble des acteurs du projet, a officiellement lancé le chantier de construction de la nouvelle plateforme de stockage de Biocoop à Ollainville (Essonne). D’ici quelques mois le bâtiment sera livré clé en main à la coopérative de… Lire la suite

A lire également sur ce thème

  • Franchises de restauration : Bercy continue son offensive judiciaire
    05 Déc 2017

    Des franchisés du secteur restauration viennent de recevoir, courant novembre, un courrier circulaire  à en-tête du Ministère de l’Économie et des Finances concernant leur enseigne. Par ce courrier, Bercy les invite à le rejoindre dans la procédure judiciaire qu’il a déclenchée le 2 février dernier à l’encontre de leur franchiseur. Les lecteurs de Franchise Magazine… Lire la suite

  • Plusieurs condamnations frappent la franchise Monbana
    01 Déc 2017

    Le 8 novembre 2017, le tribunal de commerce de Laval a annulé un contrat de franchise Monbana. Pour avoir « vicié le consentement » de son ex-franchisée de Bourges, le franchiseur est condamné à lui verser 460 000 €. Auteur de l’étude de site, le cabinet MC2 doit quant à lui payer 51 000 € à la… Lire la suite

  • Révélations de la Franchise 2018 : inscriptions ouvertes jusqu’au 21 janvier
    29 Nov 2017

    En mars 2017, La Côte et l’Arête et O’Tacos sont venus ajouter leurs noms à ceux de Pitaya (en 2016), Iscocomble et Feuillette  (en 2015) ou encore Big Fernand, Lynx Rh et Dim (en 2014) au palmarès des Révélations de la franchise (ex-Espoirs). Organisées par la Fédération française de la Franchise avec le concours des membres du Collège des Experts de la FFF, en partenariat avec Reed Expositions (Franchise Expo Paris et… Lire la suite

  • Attention à certains contrats de concession
    17 Nov 2017

    Par un arrêt du 3 octobre 2017, la cour d’appel d’Angers a donné tort à un concessionnaire qui réclamait la nullité de son contrat pour défaut d’informations précontractuelles. Le litige commence en  mai 2011. Séduit par un concept innovant basé sur une activité « 100 % Internet », un entrepreneur signe un contrat de concession. L’enseigne, qui… Lire la suite

  • Opposé à sa coopérative, un adhérent est débouté en cassation
    15 Nov 2017

    Le 18 octobre 2017, la Cour de cassation a rejeté le pourvoi formé par un coopérateur en conflit  avec sa tête de réseau. A l’origine du litige: la décision prise par l’enseigne en 2011 d’agréer un autre commerçant sur ce que l’adhérent considère comme son territoire d’exclusivité. L’adhérent, qui n’a pas donné son accord à… Lire la suite