Fermer
Secteurs / Activités

    Déséquilibre significatif en franchise : une décision éclairante

    Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someonePrint this page
    Brève
    5 janvier 2018

    Convaincu d’avoir subi un déséquilibre significatif dans sa relation commerciale avec son franchiseur, un franchisé l’assigne en justice. Il est débouté par la cour d’appel de Paris.

    justiceLa cour d’appel de Paris vient de rendre, en matière de déséquilibre significatif en franchise, un arrêt éclairant.

    Le litige survient en 2013. A cette date, un franchisé qui a ouvert successivement entre 1991 et 2000 plusieurs magasins sous la même enseigne, assigne son ancien franchiseur en justice. Alors que ses derniers contrats de franchise (un par point de vente) ne sont plus renouvelés.

    Pour le franchisé, le franchiseur doit l’indemniser, entre autres, parce qu’il lui a « imposé des obligations ayant pour conséquence de créer un déséquilibre significatif dans les droits et obligations des parties » (article 21 IV de la loi du 4 aout 2008, dite LME devenu le nouvel article L.442-6 I,2° du Code de commerce).

    Plus précisément, il reproche à son ex-franchiseur de l’avoir contraint, lors des renouvellements de contrat, à « d’importants travaux de mise aux normes du concept dans  (…) ses magasins, sous peine de résiliation du contrat de franchise, alors même qu’il ne s’imposait pas de telles normes pour ses succursales. »

    Le franchisé réclame en réparation près de 278 000 € de dommages et intérêts, correspondant à la perte de marge subie pendant les travaux et au montant du prêt nécessaire à leur financement.

    Les contrats de franchise d’avant janvier 2009 ne peuvent pas être concernés

    Saisie, la cour d’appel de Paris (Pôle 5 chambre 4) déboute le franchisé, confirmant sur ce point dans son arrêt du 22 novembre 2017 le jugement de première instance.

    La cour précise d’abord que le plaignant ne peut pas s’appuyer sur l’article précité du Code de commerce pour tous ses contrats. Mais seulement pour ceux conclus après le 1er janvier 2009, date à partir de laquelle l’article est applicable. Dans son cas un seul et non trois.

    Ensuite, concernant ce contrat postérieur à 2009, la cour estime que la clause imposant au franchisé des aménagements spécifiques est « inhérente au contrat de franchise«  et « justifiée » car « protégeant le savoir-faire (…) du franchiseur et assurant l’uniformité et l’identité commune du réseau et par suite son développement. »

    La cour ajoute que cette clause « constitue la contrepartie de la transmission du savoir-faire« . Et qu’elle « est donc nécessaire à l’équilibre » du contrat.

    En outre, le franchiseur a fait, aux yeux de la cour, la preuve qu’il avait « procédé à des investissements importants dans ses succursales à hauteur de 6,5 millions d’euros ».

    « De sorte que l’existence d’aucun déséquilibre significatif n’est avérée. »

    Le message des juges est clair : vous pouvez, en tant que franchisé, avoir le sentiment de subir une relation commerciale déséquilibrée à l’avantage de votre franchiseur. Mais l’expression désigne une notion juridique précise dont la réalité doit être démontrée. 

     

    A lire aussi sur le déséquilibre significatif :

    -l’article de Sibylle Chaudouet dans « La lettre de la distribution » de décembre 2017, p 8

    A lire également

    • Keria Groupe : cap sur l’omnicanal et la franchise
      22 Oct 2018

      A la tête de 258 magasins en France, sous les enseignes Keria Luminaires (n°1 du marché), Laurie Lumière (n°2), Tousalon, Place de la Literie et Monteleone Le linge de maison, Keria Groupe annonce l’accélération de son plan de transformation stratégique de 8 millions d’euros. Pour devenir un leader de la distribution omnicanale dans l’équipement de… Lire la suite

    • Devenir franchiseur : la cour d’appel de Paris rappelle les règles
      22 Oct 2018

      La cour d’appel de Paris vient d’annuler, le 12 septembre 2018, un contrat de franchise pour « absence de cause ». Pour les magistrats, le franchiseur (débutant) n’avait pas respecté son contrat, ne déposant pas à l’INPI tous les signes distinctifs de son enseigne (un seulement sur trois mentionnés). De plus, il n’avait « justifié d’aucune communication d’un… Lire la suite

    • Palais des Thés fête les vingt ans de sa première boutique lilloise
      22 Oct 2018

      Le 29 octobre 1998, Fabienne Têtu, nouvelle franchisée Palais des Thés, ouvrait sa première boutique à l’enseigne au cœur du vieux Lille, à deux pas de la Grand’Place. Pour célébrer les 20 ans de sa première unité, Fabienne Têtu et son équipe proposent trois jours de festivités : initiation aux accords thés & mets avec le chef… Lire la suite

    • Laiterie Gilbert poursuit sa conquête de l’Hexagone
      20 Oct 2018

      L’entrée, fin 2017, de CASRA Capital, un fonds d’investissement géré par Crédit Agricole Alpes Développement, au capital de Laiterie Gilbert était annoncé comme devant, en particulier, contribuer à consolider le développement du réseau. Cela s’est récemment concrétisé avec l’ouverture de plusieurs unités du concept de fromagerie. Après s’être essayé à des professions diverses, notamment dans… Lire la suite

    • L’enseigne de bars à bière Au Fût et à Mesure fête ses 10 ans
      19 Oct 2018

      Lancée en 2008 par trois entrepreneurs Lillois, Benoit Pétiau, Guillaume Pétiau et Quentin Desreumaux, l’enseigne de bars à bières Au Fût et à Mesure fête cette année ses 10 ans. L’occasion pour la tête de réseau de dresser un premier bilan, qui met aussi en lumière la diversification de ses activités. En plus d’un réseau… Lire la suite