Fermer
Secteurs / Activités

    Déséquilibre significatif en franchise : une décision éclairante

    Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someonePrint this page
    Brève
    5 janvier 2018

    Convaincu d’avoir subi un déséquilibre significatif dans sa relation commerciale avec son franchiseur, un franchisé l’assigne en justice. Il est débouté par la cour d’appel de Paris.

    justiceLa cour d’appel de Paris vient de rendre, en matière de déséquilibre significatif en franchise, un arrêt éclairant.

    Le litige survient en 2013. A cette date, un franchisé qui a ouvert successivement entre 1991 et 2000 plusieurs magasins sous la même enseigne, assigne son ancien franchiseur en justice. Alors que ses derniers contrats de franchise (un par point de vente) ne sont plus renouvelés.

    Pour le franchisé, le franchiseur doit l’indemniser, entre autres, parce qu’il lui a « imposé des obligations ayant pour conséquence de créer un déséquilibre significatif dans les droits et obligations des parties » (article 21 IV de la loi du 4 aout 2008, dite LME devenu le nouvel article L.442-6 I,2° du Code de commerce).

    Plus précisément, il reproche à son ex-franchiseur de l’avoir contraint, lors des renouvellements de contrat, à « d’importants travaux de mise aux normes du concept dans  (…) ses magasins, sous peine de résiliation du contrat de franchise, alors même qu’il ne s’imposait pas de telles normes pour ses succursales. »

    Le franchisé réclame en réparation près de 278 000 € de dommages et intérêts, correspondant à la perte de marge subie pendant les travaux et au montant du prêt nécessaire à leur financement.

    Les contrats de franchise d’avant janvier 2009 ne peuvent pas être concernés

    Saisie, la cour d’appel de Paris (Pôle 5 chambre 4) déboute le franchisé, confirmant sur ce point dans son arrêt du 22 novembre 2017 le jugement de première instance.

    La cour précise d’abord que le plaignant ne peut pas s’appuyer sur l’article précité du Code de commerce pour tous ses contrats. Mais seulement pour ceux conclus après le 1er janvier 2009, date à partir de laquelle l’article est applicable. Dans son cas un seul et non trois.

    Ensuite, concernant ce contrat postérieur à 2009, la cour estime que la clause imposant au franchisé des aménagements spécifiques est « inhérente au contrat de franchise«  et « justifiée » car « protégeant le savoir-faire (…) du franchiseur et assurant l’uniformité et l’identité commune du réseau et par suite son développement. »

    La cour ajoute que cette clause « constitue la contrepartie de la transmission du savoir-faire« . Et qu’elle « est donc nécessaire à l’équilibre » du contrat.

    En outre, le franchiseur a fait, aux yeux de la cour, la preuve qu’il avait « procédé à des investissements importants dans ses succursales à hauteur de 6,5 millions d’euros ».

    « De sorte que l’existence d’aucun déséquilibre significatif n’est avérée. »

    Le message des juges est clair : vous pouvez, en tant que franchisé, avoir le sentiment de subir une relation commerciale déséquilibrée à l’avantage de votre franchiseur. Mais l’expression désigne une notion juridique précise dont la réalité doit être démontrée. 

     

    A lire aussi sur le déséquilibre significatif :

    -l’article de Sibylle Chaudouet dans « La lettre de la distribution » de décembre 2017, p 8

    A lire également

    • Restauration rapide : The Roster amorce un développement en franchise
      13 Juil 2018

      Créé en 2013 à Annecy-le-Vieux (Haute-Savoie), The Roster est concept de « street-food » proposant des burgers aux recettes exclusives et des frites maison dans un cadre mêlant culture alternative et sports de glisse. Regroupant 5 restaurants dans les Pays de Savoie mais aussi un food-truck, employant 45 personnes et servant « près de 300 000 burgers par… Lire la suite

    • La Compagnie des Petits rachète Allo Bébé leader du e-commerce de puériculture
      13 Juil 2018

      Une belle opération pour La Compagnie des Petits. En reprenant à la barre du tribunal de commerce de Boulogne-sur-Mer, fin juin, la société Cdm et son site de e-commerce Allo Bébé, le groupe H3M, propriétaire de la marque-enseigne de vêtements pour enfants, a fait coup double : élargir son offre à la puériculture, activité très complémentaire… Lire la suite

    • Le réseau de franchise Palais des Thés obtient une certification bio
      13 Juil 2018

      Le réseau Palais des Thés a souhaité, depuis 2002, pouvoir proposer à sa clientèle des références bio correspondant à ses exigences de qualité. L’enseigne a ainsi mis en place une première sélection de 10 thés bio, qui s’est étoffée au cours des années. Elle atteint aujourd’hui 41 références, ce qui représente 20 % de l’offre de… Lire la suite

    • La franchise Hydroparts veut déployer 120 ateliers mobiles d’ici 2022
      12 Juil 2018

      Spécialisé depuis 2010 dans la maintenance, le contrôle et le dépannage sur site des hayons élévateurs (situés à l’arrière des véhicules professionnels), le réseau Hydroparts Assistance a accueilli 6 nouveaux franchisés sur l’année 2017 et le 1er semestre 2018. Hydroparts Assistance compte désormais 22 franchisés sur le territoire français Hydroparts Assistance couvre désormais 6 nouvelles… Lire la suite

    • La franchise L’Appart Fitness rachète 3 concurrents et double de taille
      11 Juil 2018

      Fondé à Lyon il y a 10 ans par Patrick Mazerot, le réseau L’Appart Fitness vient de finaliser une deuxième levée de fonds auprès d’Amundi Private Equity Funds afin de racheter les enseignes Amazonia, Gigagym et Wideclub et d’accélérer ainsi son expansion. En intégrant ces clubs sous l’enseigne L’Appart Fitness, l’entreprise dispose désormais d’un maillage… Lire la suite