Fermer
Secteurs / Activités
    LA BOUCHERIE HABILLAGE SEP18

    Franchise : une société d’études de marché sanctionnée pour manque de loyauté

    Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someonePrint this page
    Brève
    25 avril 2018

    Une société d’études de marché travaillant régulièrement pour un franchiseur vient d’être sanctionnée. Motif : elle ne l’a pas informé que son gérant s’était investi dans le développement d’un réseau de franchise directement concurrent.

    Devenir-Franchise-Etude-Marche-PrevisionnelsLa cour d’appel d’Angers a sanctionné le 13 février dernier une société d’études de marché effectuant régulièrement des travaux pour des réseaux de franchise. Motif : elle a « manqué à son obligation contractuelle d’information et de loyauté » à l’égard de l’un de ses clients franchiseur.

    Entre 2005 et 2013, la société réalise quelques 332 études pour le compte de ce réseau. Études destinées à déterminer notamment le niveau de chiffre d’affaires atteignable par l’enseigne sur un territoire donné en fonction du bassin d’emplois, des indices de richesse et de l’implantation de la concurrence.

    Mais en 2013, le franchiseur découvre que le gérant de la société prestataire s’est investi financièrement depuis 2010 dans un réseau de franchise directement concurrent et qu’il en est même devenu le « patron » pour la région Ouest. Une région dans laquelle il a trois projets d’ouverture en cours et trois autres en perspective.

    Pour le franchiseur, le prestataire n’a pas « respecté son obligation de loyauté et de bonne foi en ne l’informant pas de (cet) investissement ».

    Vu le risque d’utilisation des « données confidentielles portées à sa connaissance lors de la réalisation des études de marché », le franchiseur estime qu’il aurait cessé toutes ses commandes s’il avait été informé. Et demande en conséquence des dommages et intérêts à la hauteur des sommes dépensées de 2010 à 2013, soit près de 425 000 €.

    La société d’études de marché se défend de toute déloyauté

    Pour sa défense, la société d’études invoque plusieurs arguments. Selon elle :

    • aucun cadre ne régissait la réalisation des études pour le franchiseur plaignant
    • aucune clause d’exclusivité ou de non-concurrence n’a été signée avec lui
    • rien n’interdisait à son gérant de prendre des participations dans un réseau concurrent
    • il en avait le droit en vertu du principe de la liberté du commerce
    • nombre d’informations transmises par le franchiseur pour la réalisation de ses études n’avaient pas de caractère confidentiel
    • le fait que la société d’études en réalise pour d’autres concurrents était connu
    • sa participation au réseau concurrent de son client l’était aussi (attestations de dirigeants de réseaux à l’appui).

    Il n’y avait donc pas, selon lui, de déloyauté.

    La cour d’appel sanctionne, mais réduit le montant des dommages et intérêts

    La cour d’appel d’Angers ne suit toutefois pas cette argumentation.

    Pour la cour, les relations entre la société d’études et le franchiseur plaignant « s’inscrivaient  dans un cadre contractuel », même « en l’absence de contrat cadre signé par les deux parties ».

    De même, plusieurs échanges de mails prouvent à ses yeux que le franchiseur tenait à la confidentialité de certaines données financières et informations stratégiques (notamment sur les sites prospectés). Il est donc certain pour les magistrats que l’investissement du gérant de la société d’études dans une franchise concurrente constituait « une information déterminante » pour le franchiseur plaignant.

    Et le fait que d’autres concurrents savaient « ne dispensait pas (la société prestataire) de s’assurer que (son client franchiseur) en était bien informé. »

    La société d’études de marché, qui admet ne pas avoir officiellement informé son client, est donc sanctionnée. Mais comme il n’est pas prouvé aux yeux des juges qu’elle ou son gérant auraient « utilisé et détourné des informations confidentielles » au profit du réseau concurrent, l’accusation de « concurrence déloyale » est rejetée.

    Partant, les dommages et intérêts ne peuvent correspondre qu’au préjudice moral (plus précisément à la « perte de chance d’avoir pu contracter » avec un autre prestataire) et non au remboursement (pour plus de 400 000 €) de prestations qui ont par ailleurs été livrées.

    La cour confirme donc, sur ce point également, le jugement de première instance. Mais se montre moins généreuse et fixe l’indemnité à verser au franchiseur à 15 000 € (au lieu de 45 000).

    A lire aussi sur le sujet :

    L’article de la Lettre du cabinet Simon (page 8)

    A lire également

    • Contrat de franchise annulé : quels dommages et intérêts ?
      11 Déc 2018

      La cour d’appel de Paris vient de fixer, suite à une longue procédure,  le montant des dommages et intérêts accordés à un franchisé dont le contrat a été annulé. Un montant assez éloigné de ce qu’il attendait. Dans ce litige, il a été définitivement jugé, après un arrêt de la Cour de cassation de 2014,… Lire la suite

    • Mondial Tissus se mue en marque-enseigne
      10 Déc 2018

      Huit ans après sa reprise par Denis Lévy, le fondateur de Franprix, Mondial Tissus poursuit sur la voie du renouveau. Identité visuelle modernisée en 2013, reprise des ouvertures en propre l’année suivante, déploiement de la franchise dans la foulée… L’enseigne a passé un cap supplémentaire cet été avec le lancement de sa marque propre baptisée… Lire la suite

    • La maison de thé Kusmi Tea étend son réseau
      10 Déc 2018

      Kusmi Tea s’est installé, fin novembre, à Pau, au sein du Centre Commercial Quartier Libre de Lescar, une commune de la périphérie paloise. Le décor de cette boutique, d’une surface d’environ 70 m², reprend les codes épurés et colorés de l’enseigne, dont elle propose l’ensemble des gammes. Les clients peuvent également y profiter d’un tout… Lire la suite

    • Savoir-faire du franchiseur : un arrêt significatif
      07 Déc 2018

      La cour d’appel de Caen a récemment validé le savoir-faire d’un franchiseur contesté par l’un de ses franchisés. Elle a jugé aussi que l’ex-franchisé n’avait pas imité ce savoir-faire –  pas si original que cela – dans ses établissements. Le contrat est signé en avril 2011. Mais les relations ne sont pas bonnes entre les… Lire la suite

    • La franchise Biotech USA veut muscler son réseau
      07 Déc 2018

      Positionné sur le secteur de la nutrition sportive et des compléments alimentaires, BioTech USA est, comme son nom ne l’indique pas, un concept d’origine hongroise, qui intervient sur le marché depuis 1999. L’entreprise fabrique des compléments alimentaires se voulant qualitatifs. Elle dispose aujourd’hui de plus de 600 références, parmi lesquelles une gamme de protéines en… Lire la suite

    A lire également sur ce thème

    • Révélations de la Franchise 2019 : inscriptions ouvertes jusqu’au 13 janvier
      22 Nov 2018

      En mars 2018,  Préservation du Patrimoine est venu ajouter son nom à ceux de La Côte et l’Arête et O’Tacos (en 2017), Pitaya (en 2016), ou encore  Iscocomble et Feuillette  (en 2015) au palmarès des Révélations de la franchise (ex-Espoirs). Un concours réservé aux jeunes réseaux de franchise Organisées par la Fédération française de la Franchise avec le concours des membres du Collège des Experts de la… Lire la suite

    • Rachat d’un réseau : un franchiseur sanctionné
      09 Oct 2018

      La cour d’appel de Paris (Pôle 5, chambre 4) vient, le 12 septembre 2018, de condamner à plus de 200 000 € de dommages et intérêts un franchiseur pour rupture fautive d’un contrat suite au rachat d’un réseau. Juin 2010 : le franchisé, qui vient d’ouvrir deux points de vente apprend que son réseau est racheté… Lire la suite

    • Prévisionnels en franchise : un écart de 50 % n’entraine pas forcément la nullité du contrat
      05 Oct 2018

      La cour d’appel de Versailles vient de refuser, le 11 septembre 2018, d’annuler un contrat de franchise pour tromperie. Le contrat est signé en 2010 pour 7 ans. Le magasin ouvre l’année suivante. Problème : au lieu des 450 000 € de chiffre d’affaires prévus la première année, le couple de franchisés démarre difficilement, n’atteignant que… Lire la suite

    • Foncia franchise encore gagnante quoique un peu épinglée en appel
      21 Sep 2018

      La cour d’appel de Versailles a tranché, le 3 juillet 2018, un litige concernant l’enseigne d’agences immobilières Foncia. Lorsqu’en juin 2013 Foncia annonce que 43 des 95 contrats de franchise de son réseau de 550 unités ne seront pas renouvelés une fois parvenus à leur terme, le franchisé fait partie de ceux qui tentent de… Lire la suite

    • Un franchisé Subway débouté par la cour d’appel de Paris
      18 Sep 2018

      Le 11 septembre 2018, la cour d’appel de Paris a débouté de toutes ses demandes un franchisé Subway en litige avec son franchiseur. Le contrat de franchise est signé en 2011. En octobre 2015, l’enseigne résilie le contrat du franchisé pour défaut de paiement de ses redevances. Et en novembre, engage – conformément à ce… Lire la suite