Fermer
Secteurs / Activités
    CASH EXPRESS HAB MARS 19

    Franchise : une société d’études de marché sanctionnée pour manque de loyauté

    Brève
    25 avril 2018

    Une société d’études de marché travaillant régulièrement pour un franchiseur vient d’être sanctionnée. Motif : elle ne l’a pas informé que son gérant s’était investi dans le développement d’un réseau de franchise directement concurrent.

    Devenir-Franchise-Etude-Marche-PrevisionnelsLa cour d’appel d’Angers a sanctionné le 13 février dernier une société d’études de marché effectuant régulièrement des travaux pour des réseaux de franchise. Motif : elle a « manqué à son obligation contractuelle d’information et de loyauté » à l’égard de l’un de ses clients franchiseur.

    Entre 2005 et 2013, la société réalise quelques 332 études pour le compte de ce réseau. Études destinées à déterminer notamment le niveau de chiffre d’affaires atteignable par l’enseigne sur un territoire donné en fonction du bassin d’emplois, des indices de richesse et de l’implantation de la concurrence.

    Mais en 2013, le franchiseur découvre que le gérant de la société prestataire s’est investi financièrement depuis 2010 dans un réseau de franchise directement concurrent et qu’il en est même devenu le « patron » pour la région Ouest. Une région dans laquelle il a trois projets d’ouverture en cours et trois autres en perspective.

    Pour le franchiseur, le prestataire n’a pas « respecté son obligation de loyauté et de bonne foi en ne l’informant pas de (cet) investissement ».

    Vu le risque d’utilisation des « données confidentielles portées à sa connaissance lors de la réalisation des études de marché », le franchiseur estime qu’il aurait cessé toutes ses commandes s’il avait été informé. Et demande en conséquence des dommages et intérêts à la hauteur des sommes dépensées de 2010 à 2013, soit près de 425 000 €.

    La société d’études de marché se défend de toute déloyauté

    Pour sa défense, la société d’études invoque plusieurs arguments. Selon elle :

    • aucun cadre ne régissait la réalisation des études pour le franchiseur plaignant
    • aucune clause d’exclusivité ou de non-concurrence n’a été signée avec lui
    • rien n’interdisait à son gérant de prendre des participations dans un réseau concurrent
    • il en avait le droit en vertu du principe de la liberté du commerce
    • nombre d’informations transmises par le franchiseur pour la réalisation de ses études n’avaient pas de caractère confidentiel
    • le fait que la société d’études en réalise pour d’autres concurrents était connu
    • sa participation au réseau concurrent de son client l’était aussi (attestations de dirigeants de réseaux à l’appui).

    Il n’y avait donc pas, selon lui, de déloyauté.

    La cour d’appel sanctionne, mais réduit le montant des dommages et intérêts

    La cour d’appel d’Angers ne suit toutefois pas cette argumentation.

    Pour la cour, les relations entre la société d’études et le franchiseur plaignant « s’inscrivaient  dans un cadre contractuel », même « en l’absence de contrat cadre signé par les deux parties ».

    De même, plusieurs échanges de mails prouvent à ses yeux que le franchiseur tenait à la confidentialité de certaines données financières et informations stratégiques (notamment sur les sites prospectés). Il est donc certain pour les magistrats que l’investissement du gérant de la société d’études dans une franchise concurrente constituait « une information déterminante » pour le franchiseur plaignant.

    Et le fait que d’autres concurrents savaient « ne dispensait pas (la société prestataire) de s’assurer que (son client franchiseur) en était bien informé. »

    La société d’études de marché, qui admet ne pas avoir officiellement informé son client, est donc sanctionnée. Mais comme il n’est pas prouvé aux yeux des juges qu’elle ou son gérant auraient « utilisé et détourné des informations confidentielles » au profit du réseau concurrent, l’accusation de « concurrence déloyale » est rejetée.

    Partant, les dommages et intérêts ne peuvent correspondre qu’au préjudice moral (plus précisément à la « perte de chance d’avoir pu contracter » avec un autre prestataire) et non au remboursement (pour plus de 400 000 €) de prestations qui ont par ailleurs été livrées.

    La cour confirme donc, sur ce point également, le jugement de première instance. Mais se montre moins généreuse et fixe l’indemnité à verser au franchiseur à 15 000 € (au lieu de 45 000).

    A lire aussi sur le sujet :

    L’article de la Lettre du cabinet Simon (page 8)

    A lire également

    • Bureau Vallée et son fondateur obtiennent une distinction
      15 Mar 2019

      À l’occasion de la 18ème édition des Prix européens des fournitures de bureau (EOPA), qui s’est tenue à Amsterdam le 5 mars, Bureau Vallée a été doublement récompensé par les professionnels du secteur. Une reconnaissance qui a valu à Bureau Vallée le premier prix dans la catégorie “distributeur européen de l’année”, en s’imposant face à… Lire la suite

    • Un franchiseur condamné pour les engagements non tenus de sa centrale d’achats
      13 Mar 2019

      Statuant sur renvoi de la Cour de cassation, la cour d’appel d’Angers vient de trancher en faveur d’une franchisée un conflit qui dure depuis 10 ans. Dans ce litige, le contrat est signé en 2004 pour une ouverture de point de vente en juillet 2005. Mais en janvier 2008, après plusieurs courriers et une mise… Lire la suite

    • Cavavin a organisé son congrès dédié aux spiritueux
      13 Mar 2019

      Les 3 et 4 mars, le concept caviste Cavavin (160 points de vente au total, dont la majorité en franchise) a réuni ses partenaires à Paris pour un congrès « spiritueux », avec la participation d’une vingtaine de fournisseurs présentant entre autres 170 nouveautés en whiskies, rhums et autres alcools. Le congrès s’est déroulé le premier jour… Lire la suite

    • Lancer de Hache se lance en franchise
      12 Mar 2019

      Lancer de Hache vient d’ouvrir, dans l’agglomération nantaise, son premier centre en franchise. Situé sur la commune de Saint-Herblain, dans un local de 150 m², et disposant de 6 cibles, il peut accueillir jusqu’à 18 personnes par session d’une heure. Olivier Roux, le nouveau franchisé, recherchait une activité dans le domaine des loisirs lui permettant de… Lire la suite

    • Go sport vers une restructuration ?
      10 Mar 2019

      Le groupe Go Sport (qui fédère l’enseigne généraliste Go Sport, ainsi que les concepts spécialisés Go Sport Montagne (Twinner), Endurance Shop et Bike +), vient d’être pris en main par le cabinet Prosphères, spécialiste des retournements d’entreprise, un terme qui désigne les pratiques de restructuration et de refinancement des entreprises en difficulté. Prosphères se donne… Lire la suite

    A lire également sur ce thème

    • Quand un franchisé résilie son contrat, c’est à ses risques et périls
      06 Mar 2019

      La cour d’appel de Paris vient de prononcer, le 16 janvier 2019, la résiliation fautive d’un contrat aux torts d’une franchisée. Dans ce litige, le contrat est signé en janvier 2011 et le point de vente ouvert en juin. L’exploitation rencontre dès le début des difficultés. Le chiffre d’affaires des premiers mois est faible (à… Lire la suite

    • Ventes sur Internet : une sanction de l’Autorité de la Concurrence suspendue
      01 Mar 2019

      La cour d’appel de Paris vient « d’ordonner le sursis à exécution des injonctions prononcées » par l’Autorité de la Concurrence contre un réseau de distribution à propos de ses ventes sur Internet.  C’était le 24 octobre 2018 : l’ADLC infligeait une amende de 7 millions d’euros et la modification de ses contrats à une tête de réseau…. Lire la suite

    • Licence de marque ou franchise : y a-t-il eu tromperie ?
      26 Fév 2019

      La cour d’appel d’Angers vient de refuser l’annulation d’un contrat de licence de marque réclamée par un couple d’exploitants dont l’entreprise a été radiée en 2014. Les plaignants considèrent que la tête de réseau leur a en fait vendu un contrat de franchise sans respecter ses obligations précontractuelles et d’assistance, ce qui a provoqué leur… Lire la suite

    • Passeport pour la franchise 2019 : inscriptions ouvertes jusqu’au 30 avril
      24 Jan 2019

      Après Tailor Corner en 2014, Syndic Experts en 2015, Persillé, Maison de Viande en 2016, Ecureuil Vert en 2017 et Viagimmo en 2018, quel sera le lauréat de la 6ème édition du concours Passeport pour la Franchise, organisé par le cabinet Gouache avocats, lancée le 21 janvier dernier ? La réponse sera connue le 27 juin prochain. Il reste encore deux mois… Lire la suite

    • Défense des franchisés et non-concurrence après le contrat : un arrêt très clair
      17 Déc 2018

      La Cour de cassation vient de rendre, en matière de création d’une association de franchisés et de non-concurrence post-contractuelle, une décision qui intéressera tous les acteurs de la franchise. Dans ce litige, deux contrats avaient été conclus au printemps 2009 pour l’ouverture de deux établissements dans deux grandes villes. Mais, en décembre de la même… Lire la suite

    FINANCEMENT BAN FM 2019