Fermer
Secteurs / Activités

      Joël Arandel, directeur marketing de la coopérative Point S - Interview du 4 octobre 2016

      Notre objectif, qui est de continuer à ouvrir entre 5 et 10 unités par mois en cette fin d’année, devrait nous amener à terme à plus de 500 unités en France.

      Quel état des lieux peut-on dresser du marché français de l’entretien automobile ?
      Sur le segment du pneumatique, qui reste le principal marché de l’entretien automobile avec environ 30 millions de pièce commercialisées par an, on reste, en 2016, sur une dynamique étale. Sur la partie entretien automobile, c’est-à-dire le freinage, les amortisseurs, l’échappement ou encore les produits d’entretien, la croissance est timide : au mieux au-dessus des 2 %.

      Dans ce contexte, comment Point S tire-t-il son épingle du jeu ?
      Sur le pneu, nous affichons une croissance en volume de 2 %. S’agissant de l’entretien automobile, notre dynamique de vente est plus forte. Alors que ces récentes années nous générions respectivement entre les catégories “pneumatique” et “entretien automobile”, 80 % et 20 % de notre activité, les ratios sont aujourd’hui plus proches de 70 % et 30 %.

      Pouvez-vous rappeler les points-clés du concept Point S
      Nous nous appuyons sur quatre formats de points de vente : Point S City, destiné aux zones rurales et aux hypers centres-villes ; Point S Entretien Rapide, pour la clientèle des centres-villes et des stations-services ; Point S Centre Auto, installé en zone commerciale et proposant une surface de vente d’accessoires auto en libre-service ; et Point S Industriel, implanté en zone d’activité ou industrielle pour une clientèle de professionnels (poids lourds, génie civile et agraire).

      Comment se répartit votre parc de magasins en fonction de ces quatre formats ?
      Point S compte à ce jour 470 points de vente en France, soit 200 Point S Industriel, environ 40 Point S Centre Auto, 10 Point S City et plus de 220 Point S Entretien Rapide. J’ajoute que ce dernier format reste “le fil rouge” de notre développement.

      Quels sont vos perspectives de déploiement et avez-vous ciblé des zones privilégiées ?
      Toutes les régions de France nous intéressent. Mais davantage encore, c’est vrai, les grandes agglomérations comme Paris, Lyon ou Marseille où nous sommes moins présents. Notre objectif, qui est de continuer à ouvrir entre 5 et 10 unités par mois en cette fin d’année, devrait nous amener à terme à plus de 500 unités en France.

      Avez-vous défini des critères précis en matière de recrutement de nouveaux franchisés ?
      Le réseau Point S, qui n’est développé que via le mode de la coopérative, préconise trois aptitudes ou caractéristiques : être un professionnel qui souhaite conserver son indépendance, avoir l’envie de se développer plus rapidement en intégrant une structure commune et être familier avec les notions de commerce et de proximité.

      Vous avez annoncé récemment votre rapprochement avec Siligom afin, notamment, de consolider vos achats. Quid dans ce contexte de l’avenir d’Allianco, la structure qui vous lie à Mobivia (Norauto et Midas) également sur le volet achat ?
      Allianco reste très opérationnelle. Cette structure ne gère nos achats respectifs de pneumatiques et de pièces avec Mobivia que sur l’international. Quant à notre alliance avec Siligom, elle concerne nos achats respectifs sur le marché national, ainsi qu’une offre sur les marchés BtoB, c’est-à-dire les flottes d’entreprises et les accords grands comptes.

      60 000 €
      Apport personnel
      8 750 €
      Droit d'entrée
      Voir la fiche
      Enseignes du même secteur
      Demander une
      documentation

      Pour plus d'informations sur POINT S

      Recopiez le mot dans le champ ci-dessous :

      Je suis intéressé par la franchise POINT S
      Consultez l'Indicateur de la Franchise