Fermer
Secteurs / Activités

      Le commerce spécialisé débute 2015 dans le rouge - Brève du 9 mars 2015

      Les enseignes du commerce spécialisé ont vu leur chiffre d'affaires reculer de 1,1 % au mois de janvier, indique la Fédération Procos. La consommation a bien évidemment pâti des attentats survenus en début d'année.

      L’activité du commerce spécialisé a conclu le mois de janvier 2015 à -1,1 %, par rapport à janvier 2014, à périmètre comparable, nous apprend le traditionnel panel mensuel fourni par la Fédération pour l’urbanisme et le développement du commerce spécialisé (260 enseignes – succursalistes, franchises et coopératives – adhérentes).

      Cette baisse d’activité est principalement imputable “au ralentissement brutal de la consommation survenu après les attentats des 7 et 9 janvier à Paris”, souligne Pocos. Le choc a absorbé les effets calendaires : janvier 2015 comptait le même nombre de jours ouvrables que janvier 2014 (26), mais avec un samedi de plus (5 en 2015 contre 4 en 2014).

      Ce sont les boutiques de centre-ville qui ont enregistré le plus fort recul de chiffre d’affaires en janvier, finissant le mois à -3,7 %. Les centres commerciaux implantés en centre-ville ont aussi été affectés (-2,1 %), davantage qu’en périphérie (-0,1 %).

      A l’exception des chaînes spécialisées dans la culture-loisirs, dont les ventes ont progressé de +5 à +10 %, tous les secteurs d’activité sont dans le rouge (entre 0 et -3 %), en particulier la restauration et la chaussure, où les chiffres d'affaires sont en net repli (entre -5 et -10 %).

      A lire aussi :
      – Rebond d’activité pour le commerce spécialisé en décembre

      Commerce spécialisé : un médiocre mois de novembre
      – Le commerce spécialisé a encore dévissé en octobre
      – La vacance s'emballe dans les centres commerciaux
      – L’activité du commerce spécialisé a plongé en septembre 
      – Un été contrasté pour le commerce spécialisé
      – L'activité du commerce spécialisé en timide progression au 1er semestre
      – Vacance commerciale : la périphérie résiste