Fermer
Secteurs / Activités

    L'envie d'entreprendre, en franchise ou non, ne se dément pas - Brève du 27 janvier 2009

    Selon l’étude « Qui est prêt à entreprendre en 2009 ? », réalisée les 7 et 14 janvier derniers par l’institut CSA pour Franchise Expo Paris et la Fédération française de la franchise, un tiers des Français (sur un échantillon national représentatif de 1 505 personnes âgées de 20 à 65 ans) déclarent qu’ils auraient envie de se mettre à leur compte et de devenir leur propre patron. Pour 17 %, c’est une intention « forte ».
    En outre, 19 % des personnes interrogées envisagent de franchir le pas dans un délai de un voire deux ans. Ce taux passerait à 25 % s’ils étaient accompagnés dans leur création par une enseigne. « Un Français sur 5 veut créer dans les 2 ans au maximum, et 1 sur 4 veut le faire sous enseigne », s’est félicité Guy Gras, Président de la FFF, en commentant ces résultats. « Cela représente un vivier potentiel de développement pour les réseaux de franchise », a renchéri sa déléguée générale, Chantal Zimmer.
    Autre résultat de l’étude : « gagner de l’argent n’est pas le premier moteur de l’envie de créer », a souligné Chantal Zimmer. « Bénéficier de revenus plus importants » n’est en effet mis en avant que par 47 % des répondants, derrière « la possibilité d’exprimer pleinement leurs compétences » (81 %), ou encore « la possibilité de s’épanouir professionnellement » (76 %). Le profil de ces candidats à la création reste en majorité masculin (à 38 %) et plutôt jeune (38 % ont entre 20 et 29 ans, 29 % entre 30 et 40). Leur niveau de formation moyen s’élève à Bac + 2.
    L’étude affiche également un résultat surprenant, puisque le BTP et l’immobilier, pourtant gravement touchés par la crise actuelle, y figurent parmi les secteurs qui attirent le plus les créateurs : derrière les services à la personne (pour 22 % des candidats) mais devant les services aux entreprises, la restauration et le commerce de détail. A noter enfin : 76 % des personnes envisageant de monter leur entreprise le feraient dans un secteur différent celui dans lequel ils travaillent actuellement.