Fermer
Secteurs / Activités

    Les réseaux du commerce associé recherchent des centaines de repreneurs pour leurs magasins. - Brève du 4 mars 2009

    En 2009, selon les résultats d’une étude que vient de publier la FCA (Fédération des enseignes du commerce associé), ce sont “plus de 1500 entreprises” qui seront à transmettre dans des réseaux comme Système U, Intersport, Optic 2000, Orpi et une centaine d’autres.
    Commencé en 2005 avec 950 transmissions recensées par la FCA, le mouvement s’est amplifié depuis et la fédération, qui estime leur nombre à 1432 en 2008, annonce un “pic de cessions” entre 2010 et 2013, notamment dans les secteurs de l’alimentaire (33 %), du B to B (22%), de l’équipement de la personne et des loisirs (20%).
    Fait marquant de cette enquête réalisée en janvier dernier auprès d’un panel de 33 groupements adhérents (sur 65) : les transmissions familiales sont en nette baisse alors que le passage du relais à un salarié du point de vente est en forte hausse. Ainsi, la part des repreneurs venant de la famille du dirigeant est passée de 26% en 2007 à 19,8% en 2008, tandis que, dans le même temps, la proportion des repreneurs salariés du point de vente passait, elle, de 21 à plus de 31 %.
    Parmi les autres types de repreneurs, beaucoup viennent du même réseau (autres adhérents cherchant à se développer) : près de 25 % en 2008. D’autres sont des salariés issus de groupements concurrents (11,6%). Les repreneurs venus vraiment “d’ailleurs” sont eux, plutôt en baisse : 14% en 2007 mais encore 12,8% en 2008.
    Cela n’empêche pas les groupements de les rechercher, “en renforçant (leur) présence dans des cursus universitaires et professionnels”, mais aussi en participant à des salons comme Franchise Expo Paris par exemple (où exposeront, entre autres, Espace Revêtements, Orpi, L’Adresse, Heures et Montres, Best Western, Passion Beauté, Bébé9 et Gitem.)
    Point fort à souligner : l’accompagnement des repreneurs est conséquent. 76% des groupements interrogés leur proposent en effet une formation (d’une durée moyenne de 110 heures, avec un maximum à 500 heures). Une même proportion déclare aider les repreneurs lors du montage de leur dossier par des études de marchés, des conseils juridiques, fiscaux, etc. 69% aident le repreneur à trouver des financements, 36% proposant même une aide financière directe. Il est vrai que près d’un groupement sur deux dispose d’une filiale permettant d’apporter un soutien financier en interne sous forme de cautions ou de participation minoritaire au capital, tandis que 40 groupements au total font appel à Socorec, la société de caution mutuelle des groupements.