Fermer
Secteurs / Activités

      Olivier Dufour, directeur général Atelier du Sourcil - Interview du 9 septembre 2014

      Interview
      9 septembre 2014

      L’Atelier du Sourcil a un potentiel de 80 à 100 instituts sur le marché français. La poursuite du développement va se faire en priorité avec des entrepreneurs franchisés.

      Lauréat des Espoirs 2013 de la Franchise, où en est l’Atelier du Sourcil (beauté du regard et du visage) dans son développement ? Quel est le potentiel de l’enseigne ?
      L’Atelier du Sourcil compte 41 points de vente : 25 succursales, 15 franchises et une première adresse internationale à Casablanca (Maroc), inaugurée avec une franchisée. Le réseau croît à raison de douze ouvertures annuelles et devrait regrouper 60 unités fin 2015. En France, les prochaines inaugurations interviendront à Reims, Rennes, Orléans, Paris 12e, Fontainebleau, Vincennes ou encore Enghien.
      L’Atelier du Sourcil a un potentiel de 80 à 100 instituts sur le marché français. Après avoir couvert les plus grosses agglomérations, nous cherchons à doubler (Marseille, Toulouse…) ou à tripler (Lyon) certaines villes, et à nous implanter dans des communes de taille inférieure mais à fort potentiel comme Metz, Nancy, Toulon…
      La majorité du développement va se faire avec des entrepreneurs franchisés en continuant de privilégier les emplacements n°1 bis de centre-ville pour des instituts d’une superficie de 50 m² comportant trois postes de travail.
      S’agissant de l’international, nous avons plusieurs projets d’implantation à Bruxelles, au Luxembourg, à Genève, en Espagne, en Angleterre voire en Italie. Nous allons d’abord tester ces marchés en direct avant, éventuellement, de déployer le concept en franchise ou en master franchise.

      Quels profils de franchisés recrutez-vous en priorité ? Quelle sont les modalités financières d’accès au réseau ?
      Il n’est pas obligatoire d’être issu de l’esthétique pour nous rejoindre. Nous ciblons deux profils : des gérants « non productifs » ou « productifs ». Le premier, qui ne prodigue pas lui-même de soins et va s’appuyer sur une esthéticienne, est en mesure de gérer plusieurs affaires. Le second assume à la fois la gestion et la partie opérationnelle, se concentrant sur un seul site.
      L’Atelier du Sourcil ne recherche pas d’investisseur pur et dur car nous nous demeurons très intuitu personae afin de préserver la forte culture d’entreprise qui existe, depuis le début, au sein de la société. Jusqu’à présent, le développement s’est fait de manière assez confidentielle : nos franchisés de la première heure saisissent des opportunités d’emplacements devenus éligibles pour ouvrir une seconde franchise ou cooptent d’autres candidats.
      Pour intégrer le réseau, le candidat doit s’acquitter d’un droit d’entrée de 16 000 euros, incluant la formation (6 à 8 semaines) et l’accompagnement (aide à l’ouverture, animation…). Hors droit au bail, il faut compter sur un investissement total d’environ 90 000 € avec 30 à 40 000 € d’apport personnel.
      Un centre arrive en maturité en troisième année pour des chiffres d’affaires prévisionnels de l’ordre de 300 000 €. Jusqu’à présent – cela viendra probablement un jour – nous n’avons jamais eu à fermer le moindre centre.

      Qu’en est-il de la concurrence sur votre petit créneau ? Quelles sont les spécificités et fondamentaux du concept ?
      Il n’y a jusqu’ici pas de réelle concurrence organisée sur le créneau à l’exception d’indépendants isolés ça ou là. Notre stratégie d’implantation consiste à saisir des opportunités dans des rues n°1 bis passantes dans un environnement esthétique. La proximité d’un Yves Rocher, d’un centre de bronzage ou d’un coiffeur sont bénéfiques pour notre business.
      L’Atelier du Sourcil propose toute une gamme de prestations (épilation, restructuration et teinture du sourcil, artifices du regard, maquillage semi-permanent, extensions de cils…) pour des tarifs compris entre 15 et 200 €. Nos clients – dont 6 % d’hommes – ont pour la grande majorité entre 30 et 65 ans.
      Depuis début 2013, L’Atelier du Sourcil développe également ses gammes de produits de maquillage en marque propre, lesquels génèrent 12 à 15 % du chiffre d’affaires et boostent le panier moyen en magasin (40 à 50 €).

      Enseignes du même secteur
      Demander une
      documentation

      Pour plus d'informations sur L’ATELIER DU SOURCIL

      Recopiez le mot dans le champ ci-dessous :

      Je suis intéressé par la franchise L’ATELIER DU SOURCIL
      Consultez l'Indicateur de la Franchise