Fermer
Secteurs / Activités

      Vincent Guillocher, directeur de réseau La Part de rêve - Interview du 5 septembre 2012

      Interview
      5 septembre 2012

      La franchise est un moyen d’intégrer des multi franchisés sur les métropoles et de nous développer plus rapidement.

      Votre groupe spécialiste de la création et gestion de crèches vient de recevoir un nouveau soutien financier de ses actionnaires (Amundi PEF et Gallia Gestion) : à quoi vont servir ces nouveaux fonds ?
      Les fonds Amundi Private Equity Funds et Gallia Gestion, qui nous accompagnent depuis l’année dernière, viennent de verser un deuxième montant comme convenu : cela fait partie du plan de développement du réseau. Notre Pdg mène en parallèle une stratégie d’expansion en propre, par créations ou rachats, et en franchise. C’est la croissance externe au travers de rachats qui créé un besoin en capitaux. Nous avons par exemple un projet de reprise d’une crèche au Pays basque.
      Nous avons aujourd’hui 25 établissements ouverts, dont 5 en franchise. Un 6ème doit ouvrir à Nantes en avril 2013, suivi par un 7ème, probablement au 1er semestre 2013. Nous avons déjà un multi franchisé en Bretagne qui va ouvrir sa 3ème crèche. Nos ouvertures à venir en 2013 sont l’aboutissement de projets en cours, qui peuvent s’étaler sur 12 à 24 mois : si nous recrutons un franchisé sur le dernier trimestre 2012, il ouvrira au plus tôt fin 2013.
      Trois à cinq ouvertures en franchise par an nous semble un bon rythme : nous voulons plutôt travailler sur la qualité du recrutement et du dossier; pour optimiser le point mort et le résultat du franchisé, et lui permettre de capitaliser sur son 2ème ou son 3ème projet. Notre développement en propre suit le même rythme, car nous sommes soumis aux mêmes contraintes qu’en franchise.

      Quels profils de franchisés souhaitez-vous recruter en priorité ? Sur quels critères se fonde votre politique d’implantation ?
      La franchise est pour nous un moyen d’intégrer des multi franchisés sur les métropoles : cela permet un développement rapide et aussi de recruter des personnes qui nous apportent une vision du métier. Depuis 2004, il existe un statut particulier pour les entreprises de crèche gérées par un entrepreneur qui confie la crèche à une personne diplômée.
      Nous recrutons donc des franchisés pour animer et gérer l’entreprise, des chefs d’entreprises qui représentent cette dernière auprès des pouvoirs publics, ayant le sens du contact, un bon relationnel, bien implantés dans leur région et dans leur ville afin de jouer localement ce rôle d’ambassadeur.
      L’activité nécessite une enveloppe d’investissement de 150 à 300 000 € suivant la taille de la crèche et en fonction de l’étude du marché local, selon le besoin potentiel d’enfants à garder et les structures d’accueil déjà en place.
      Notre stratégie consister à développer la franchise là où nous sommes présents avec nos coordinatrices, qui sont nos animatrices de réseau : elles accompagnent le franchisé sur la partie petite enfance, encadrent son équipe et s’assurent que la crèche est aux normes. Aujourd’hui par exemple, nous n’allons pas dans l’Est de la France : nous irons quand nous y aurons une coordinatrice, par création d’un établissement en propre.
      Notre développement se concentre sur les gros pôles urbains et les métropoles, par exemple Lille, Marseille, Lyon, Toulouse, Bordeaux, Rennes, Nantes, Paris et la région parisienne : ce sont les zones où nous sommes présents avec nos coordinatrices. Nous avons identifié entre 80 et une centaine de sites où l’on pourrait installer une crèche, mais il est difficile de trouver les emplacements qui correspondent à nos contraintes.

      Comment se positionne votre réseau par rapport à ses concurrents sur le marché de la petite enfance ? Comment prévoyez-vous de le faire évoluer ?
      Aujourd’hui, La Part de Rêve est le 5ème ou le 6ème opérateur du marché. Nos confrères sont plus anciens, avec des réseaux plus développés mais, au sein de la Fédération des entreprises de crèches, dont nous sommes membres actifs, nous sommes les seuls à nous développer en franchise.
      Nous voulons être reconnus comme un acteur de référence par notre façon de développer un réseau avec des partenaires indépendants, passionnés par ce métier de la petite enfance et qui adhèrent à nos valeurs et à nos convictions. En tant qu’acteur privé dans un domaine à l’origine public, il nous faut convaincre qu’on peut faire ce métier avec l’organisation du privé tout en étant fiable et avec des valeurs.

      60 000 €
      Apport personnel
      30 000 €
      Droit d'entrée
      Voir la fiche
      Enseignes du même secteur
      Demander une
      documentation

      Pour plus d'informations sur LA PART DE REVE

      Recopiez le mot dans le champ ci-dessous :

      Je suis intéressé par la franchise LA PART DE REVE
      Consultez l'Indicateur de la Franchise