Fermer
Secteurs / Activités

    Chutes en série dans l’aquabiking

    Plusieurs têtes de réseau de l’aquabiking sont en liquidation judiciaire. A l’instar du leader Waterbike depuis le 3 octobre. En franchise ou en licence de marque, de nombreux centres ont dû fermer.

    Cabine et vélo d'aquabiking en franchisePrésenté par ses fondateurs il y a 5 ans comme un secteur de grand avenir, l’aquabiking en franchise (ou en licence de marque) est aujourd’hui en échec.

    Le 3 octobre 2017, la société Thermale Bike, qui pilotait le réseau Waterbike, le plus développé du secteur, a été placée en liquidation judiciaire.

    Lancée en 2011, la chaîne – qui revendiquait fin 2014 quelques 90 centres à l’enseigne en France – n’en affiche plus qu’une quarantaine sur son site Internet.

    Même si, par ailleurs, elle aligne plusieurs dizaines de « corners » dans des hôtels, des spas ou des instituts de beauté, sa volonté initiale de bâtir rapidement un grand réseau d’aquabiking n’a pas abouti.

    Liquidations judiciaires et fermetures

    Les concurrents de Waterbike ne se portent pas mieux. La société Vitabike a, elle aussi, été placée en liquidation judiciaire (en janvier 2017). Et n’indique plus sur le site Internet de l’enseigne éponyme que 9 centres à sa marque contre 20 fin 2014.

    Quant à Envido, elle n’a plus à proprement parler de site internet. Ses centres ferment « les uns après les autres », comme en attestent, en région parisienne, plusieurs avis de consommateurs.

    Plusieurs sociétés du réseau appartenant à son initiateur, Hervé Corlay, sont touchées.  Ainsi, la société Tambouille, qui coiffait une demi-douzaine de centres Envido, a été placée en liquidation judiciaire le 4 mai dernier. Tandis que Vélo et Eau, qui abritait le site pilote du réseau, rue des Écouffes à Paris, l’a été dès juillet 2016.

    Aupravant, en février 2016, la société LK Développement, tête du réseau So forme, avait été clôturée (après avoir été liquidée en mars 2015).

    Une grande vitesse de démarrage ne garantit pas le succès

    A l’évidence, le pédalage dans l’eau (en cabine individuelle ou en groupe) n’a pas connu l’ascension promise par ses créateurs. Malgré un démarrage en trombe et ce que l’on pouvait prendre pour un effet de mode, l’activité n’a pas fait que des heureux.

    Il ne suffit pas d’acheter – très cher parfois – du matériel et d’adhérer (en licence de marque ou en franchise) à une enseigne plus ou moins connue et communicante pour réussir.

    Enseignes du même secteur