Fermer
Secteurs / Activités

    Arnaud Guérin, co-président de la franchise Cash Express

    Interview
    6 septembre 2018

    Nous passerons sans doute la barre des 140 magasins Cash Express, dont une cinquantaine au format compact, d’ici février 2019.

    EA-Arnaud Guerin-portraitComment votre réseau Cash Express aborde-t-il cette période de rentrée ?

    Et bien, si l’on parle de développement, sur les chapeaux de roues ! D’ici au 15 octobre, cinq nouveaux magasins Cash Express seront inaugurés, portant notre parc à 131 unités. Avec une spécificité, puisque c’est la première fois que l’on enregistre une salve aussi concentrée d’ouvertures sur notre format compact. Un événement assez symptomatique de l’évolution de notre stratégie : nous nous renforçons désormais beaucoup sur la proximité. A noter qu’outre ceux-ci, cinq autres futurs franchisés sont sur le point de finaliser leur projet, pour des créations prévues d’ici le début de 2019. Et que d’autres dossiers sont en pourparlers pour la suite. Si bien que nous passerons sans doute la barre des 140 adresses, dont une cinquantaine de magasins compacts, d’ici février prochain.

    Dans quels autres projets votre enseigne est-elle engagée ?

    L’autre actualité marquante, pour le réseau Cash Express, est l’entrée en test, en attendant son déploiement à tous nos franchisés, de notre nouvelle plateforme de marketing digital. Avec en ligne de mire une première échéance importante : la période du Black Friday, fin novembre. Cet événement ne cesse de monter en puissance. Or, si nous sommes un peu passés à côté en 2017, nous comptons bien l’exploiter au mieux cette année. Nous préparons notamment des offres très percutantes aux achats, sur des produits phares comme les jeux vidéo ou la téléphonie. Au-delà de cet événement, la nouvelle plateforme permettra un ciblage chirurgical de nos prospects et clients lors de toutes nos futures opérations. Et nous ouvrira la porte d’une stratégie web to store efficace.

    E.Leclerc teste depuis juillet à Roques-sur-Garonne un rayon de produits d’occasion et le concept pourrait s’étendre à d’autres hypers du réseau. Comment appréhendez-vous cette nouvelle concurrence ?

    A vrai dire et passées nos premières inquiétudes, nous sommes relativement rassurés. Tel qu’il se présente, le modèle proposé par E.Leclerc ne fonctionnera, à mon avis, que dans les zones où aucun spécialiste de l’achat-vente cash n’est implanté. Les clients sont rémunérés en bons d’achat et non en argent, la souplesse de négociation est faible, dans un sens comme dans l’autre, le personnel n’est pas vraiment formé… En un mot, la plus-value par rapport à ce que propose une enseigne spécialiste comme Cash Express, semble inexistante. Nous resterons toutefois vigilants, évidemment, comme nous le sommes avec toutes les formes de concurrence qui se présentent.

    50 000 €
    Apport personnel
    15 000 €
    Droit d'entrée
    Voir la fiche
    Enseignes du même secteur
    Demander une
    documentation

    Pour plus d'informations sur CASH EXPRESS

    Dénicher les meilleures franchises Envoyer ma demande aux franchises du même secteur / activité, sélectionnées par Franchise Magazine !

    Recopiez le mot dans le champ ci-dessous :

    Je suis intéressé par la franchise CASH EXPRESS
    Trouvez votrelocal