Fermer
Secteurs / Activités

      Artisans en franchise

      Autrefois très atomisés, plusieurs secteurs de la rénovation de l’habitat se structurent peu à peu autour d’enseignes, ouvrant de belles opportunités aux candidats dotés de la fibre commerciale et de bonnes qualités de gestionnaires.

      La franchise, de plus en plus répandue dans le bâtiment

      La franchise ne concerne pas seulement le commerce et les services, elle est aussi de plus en plus répandue dans le bâtiment. Pose de portes, portails et fenêtres, ravalement de façades, rénovation de toitures, isolation des combles, conception de vérandas, installation de piscines ou encore aménagement du jardin : on ne compte plus les branches du secteur conquises par les réseaux ces dernières années.

      Malgré quelques échecs, notamment dans le domaine des énergies renouvelables (géothermie, solaire, photovoltaïque), le créneau reste porteur pour les candidats souhaitant exercer sous l’ombrelle d’une enseigne.

      Selon le dernier comptage de la Fédération française de la franchise (FFF), elles étaient 48, fédérant 1 379 unités franchisées (affiliées, concessionnaires), à se développer dans les métiers de l’habitat en 2013. Pour près d’un milliard d’euros de chiffre d’affaires cumulé.

      Secteur de la fenêtre : le plus structuré

      Avec ses réseaux souvent matures, nés dans les années 80 ou 90, le domaine de la fenêtre est à ce jour le plus densément structuré autour de réseaux organisés. Fin 2014, les dix plus gros d’entre eux totalisaient quelque 860 points de vente dans l’Hexagone. Tous ou presque sont déployés en concession, la tête de réseau étant aussi le fabricant des modèles vendus en agence. Avec parfois des spécialités : le PVC pour les uns, l’aluminium ou le bois pour d’autres ; souvent une offre multi-produits : fenêtres mais aussi portes et volets ; et, toujours, la mise en avant d’un savoir-faire industriel éprouvé et d’outils d’aide à la vente performants.

      Quelques-uns ne courtisent que les professionnels de la menuiserie déjà en activité, comme Art et Fenêtres, deuxième réseau indépendant du marché (avec 200 implantations à fin mars) et Fenétrier Veka (50 unités). Mais la plupart se montrent très largement ouverts à des profils extérieurs, quand ils ne les recherchent pas exclusivement.

      Pas d’expérience requise dans la menuiserie chez le numéro 1 Tryba, par exemple. “Par contre, tous nos concessionnaires ont un tronc commun, c’est l’expérience dans la vente, en B to B, en B to C ou dans la distribution”, indique Lionel Angesicht, chargé de développement du réseau.

      Elle n’est pas non plus demandée chez Grosfillex (110 concessions), Lorenove (52) ou Isofrance Fenêtres (25). Qui tous, en revanche, attendent de leurs candidats des qualités commerciales, managériales et de gestionnaires à même de leur permettre de développer rapidement leur centre de profit.

      Percée dans les stores et vérandas

      Le secteur de la véranda est aujourd’hui encore très atomisé, avec de nombreux acteurs régionaux fédérant moins de vingt points de vente. Il a par ailleurs été moins dynamique ces dernières années. Derrière le leader intégré Akena (70 agences), les grands réseaux d’indépendants Grandeur Nature (60 concessions) ou Renoval (45), comme les plus petits, Vie et Veranda (20) ou Le Vérandier (22) affichent ainsi des parcs stables.

      Deux acteurs, toutefois, se distinguent. D’abord Véranda Rideau, historiquement succursaliste, qui, grâce à la concession à laquelle il s’est converti en 2012, a déjà ajouté 30 unités à ses 45 agences en propre. Ensuite Concept Alu qui, suivant la même stratégie, est passé de 13 début 2014, à 18 points de vente début 2015 et entend bien poursuivre les ouvertures.

      Mais c’est sur un créneau plus surprenant que la plus belle percée de ces dernières années a été observée : celui de l’entretien, de la réparation et de la modernisation des volets roulants. Tel est en effet le métier de Repar’Stores, enseigne lancée en 2009 depuis Montpellier. Et qui, en six ans seulement, a ouvert 94 unités, dont 91 en franchise ! Le concept attire par sa structure légère (il ne nécessite pas de local commercial, un véhicule utilitaire suffit) qui limite l’apport nécessaire pour se lancer (5 000 €) mais également par son ouverture à tous types de profils. Là encore, seule la fibre commerciale – accompagnée tout de même d’un goût pour les activités manuelles – est indispensable.

      Toitures, façades : le BTP nouvelle génération

      Même ouverture d’esprit dans la rénovation des façades et toitures, où les recruteurs préfèrent même souvent éviter clairement les professionnels installés, susceptibles d’amener avec eux leurs (mauvaises ?) habitudes.

      Chez Technitoit, enseigne active dans la rénovation de toitures (mais aussi l’isolation et la menuiserie), à la tête d’une quarantaine d’agences en propre, ouverte aux indépendants depuis 2014, une expérience de la vente directe est en revanche souhaitée, de même qu’un minimum de sensibilité à l’univers du BTP.

      Attila Système, spécialiste de l’entretien et de la réparation des toitures, déjà 45 franchises au compteur, cherche pour sa part avant tout de bons managers, dotés du sens commercial et de celui du service.

      Vertikal, enfin, fabricant de revêtements de façades (15 concessionnaires) n’a pas hésité à former à son métier d’ex-boulangers, taxis ou maîtres d’hôtel, reconversions aujourd’hui jugées “réussies”. Preuves que le bâtiment est, en réseau, désormais ouvert à tous.

      Emulation dans la rénovation thermique

      Depuis le Grenelle Environnement qui, en 2007, fixait l’objectif de baisser de 38 % la consommation énergétique globale des bâtiments (neufs et anciens) à l’horizon 2020, le créneau de la rénovation thermique des maisons individuelles intéresse, lui aussi, les enseignes. Alors certes, le marché reste dominé par les entreprises isolées, mais les réseaux structurés commencent à s’y faire une place remarquée.

      Ainsi FCA qui, en se positionnant comme “interlocuteur unique” pour ses clients (ravalement, fenêtres, combles, ventilation), est parvenu, depuis 2010 et ses débuts sous cette forme, à inaugurer 20 agences en franchise ou concession, en plus de ses 5 succursales.

      C’est sur une offre globale également, et une “qualité de réalisation sans compromis”, que Bis Rénovation (3 agences en propre et 8 franchises ouvertes à fin mars) mise pour poursuivre sa croissance et son développement national.

      D’autres ont fait le choix de la spécialisation. C’est le cas d’Isocomble, qui intervient dans l’isolation des combles par soufflage. Déployée en franchise depuis 2013, l’enseigne revendiquait déjà une vingtaine de partenaires indépendants début 2014 et espère en recruter un de plus chaque mois jusqu’à atteindre le cap intermédiaire d’une cinquantaine d’unités sur le territoire.

      Plus récemment sont également apparues sur ce marché France Soufflage Isolation (18 unités ouvertes depuis 2014) et Isoltoit (16 adhérents) qui utilise à la fois le soufflage et les panneaux.

      Sérénité au jardin

      La crise, enfin, n’a pas le moins du monde contrarié la croissance zélée des spécialistes des espaces extérieurs Irrijardin (piscine, accessoires, spa et arrosage) et Daniel Moquet Signe Vos Allées (design et aménagement des allées, cours et terrasses).

      Le premier est passé sans encombre de 50 en 2010 à 82 points de vente, majoritairement franchisés, fin 2014. Le second, de 50 à plus de 100 agences sur le territoire, sur la même période. Et leur croissance se poursuit.

      Un marché soutenu par l’Etat

      Le marché de la rénovation de l’habitat est tiré par plusieurs dispositifs d’Etat destinés à encourager les particuliers à améliorer la performance énergétique de leur logement. Parmi eux :
      • L’éco-prêt à taux zéro : Accessible à tous les propriétaires, il leur permet de bénéficier d’un prêt d’un montant maximal de 30 000 €, pour faire réaliser des travaux d’éco-rénovation par des professionnels qualifiés RGE (Reconnu garant de l’environnement).
      • Le crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE) : Accessible aux propriétaires occupants et locataires, il leur permet de déduire de leurs impôts 30 % des dépenses d’équipements et/ou de main d’œuvre pour certains travaux de rénovation énergétique, réalisés par des professionnels RGE.
      • Les subventions (montants variables) de l’ANAH, Agence nationale de l’habitat.

      Enseignes du même secteur