Fermer
Secteurs / Activités

    Dépil Tech : des franchisés doublement condamnés

    Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someonePrint this page
    Brève
    13 septembre 2018

    La cour d’appel de Paris vient de condamner deux franchisés Dépil Tech de Lyon pour exercice illégal de la médecine. Leur activité d’épilation à la lumière pulsée doit cesser, leurs contrats sont résiliés et, contrairement à ce qu’ils souhaitaient, ils ne recevront aucune indemnité de leur franchiseur.

    Beauté EpilationLa cour d’appel de Paris vient de condamner, le 7 septembre 2018, deux franchisés Dépil Tech dans un litige les opposant à un centre de médecins lyonnais et en partie à leur franchiseur.

    La cour désavoue complètement le jugement du tribunal de commerce de Lyon du 9 novembre 2016, dont l’enseigne Dépil Tech se félicitait.

    Les magistrats relèvent d’abord que l’arrêté de 1962 – qui interdit aux non-médecins toute forme d’épilation sauf celles pratiquées « à la pince ou à la cire » – constitue toujours le « droit positif » français.

    La cour est très claire : « Ce texte n’a fait l’objet d’aucune abrogation. » Et « c’est en vain que (les franchisés) arguent (de sa) désuétude. » En outre, même si « d’autres documents (…) tels que des rapports remis au Sénat ou des réponses à des questions parlementaires, (…) font ressortir l’existence de débats sur la nécessité d’abroger (le texte), (ils) ne sont pas de nature à l’abroger tacitement. » « Il est également indifférent, note encore la cour, que des appareils à lumière pulsée soient librement commercialisés, permettant à chacun de réaliser des actes d’épilation avec le matériel ainsi acheté. »

    Interdiction pour les franchisés Dépil Tech de pratiquer l’épilation à la lumière pulsée…

    Pour la cour d’appel de Paris (Pôle 5, chambre 2), il y a donc bien eu, de la part des franchisés Dépil Tech, « pratique illégale de la médecine ». Et « concurrence déloyale » à l’égard du centre de médecins. Et peu importe que celui-ci utilise le laser et les franchisés Dépil Tech la lumière pulsée, puisqu’ils visent tous la même clientèle à la recherche d’une dépilation définitive.

    En conséquence, la cour « fait interdiction (aux franchisés) de pratiquer ou de faire pratiquer des actes d’épilation autres que ceux (…) à la pince à épiler ou à la cire par des personnes non autorisées à exercer la médecine en France et ce, sous astreinte de 500 euros par infraction constatée ».

    …Et sanctions financières pour concurrence déloyale à l’égard des médecins

    Elle condamne également les franchisés à « réparer les préjudices causés » par cette concurrence déloyale en versant chacun 15 000 € au centre médical.

    « La société Dépil’Tech qui, en sa qualité de franchiseur a participé aux actes de concurrence déloyale (…) en fournissant aux franchisés les moyens de leur exercice » est condamnée « in solidum » au paiement de ces sommes

    Pour les juges, les franchisés Dépil Tech se sont engagés en connaissance de cause…Devenir-Franchise-Loi-Doubin

    Mais ce n’est pas tout. Les franchisés demandaient qu’en cas de condamnation (et donc de sanction financière), le franchiseur soit contraint de les assumer pour eux. Ils réclamaient en outre l’annulation de leurs contrats (pour tromperie) ou sa résolution (pour « transmission de savoir-faire illicite ») et d’importantes indemnités (près de 500 000 € pour l’un d’eux).

    La cour d’appel écarte les différents motifs invoqués à l’appui de ces demandes. Les magistrats relèvent notamment que les documents transmis par le franchiseur avant la signature du contrat indiquaient « expressément la problématique juridique posée (au secteur de l’épilation) et (…) reproduisait les termes exacts de l’arrêté de 1962 ». Même si le franchiseur proposait aussi « une lecture personnelle de la législation en affirmant que (…) la technique de la lumière pulsée (n’était pas) un mode d’épilation à visée médicale ».

    Pour les magistrats, « les franchisés, professionnels de l’épilation, étaient (donc) parfaitement informés de (l’arrêté de 1962). (…) Ils ne pouvaient ignorer que l’interprétation de ce texte donnée par la société Dépil Tech était sujette à contestation. Ils avaient la connaissance de cette problématique dès la conclusion des contrats de franchise et ont fait le choix non seulement de contracter mais de poursuivre leur activité durant plus de 5 années alors même qu’ils avaient été mis en demeure de cesser par (le centre médical lyonnais). »

    …Leur franchiseur n’aura donc pas à les indemniser

    Les franchisés n’obtiennent donc aucun transfert de leurs condamnations sur leur franchiseur.

    Par ailleurs, leurs contrats de franchise sont résiliés « puisqu’ils ne peuvent se poursuivre » (dans la mesure où ils portent sur une activité illicite).

    En revanche, aucune annulation pour tromperie ou autre résolution n’est prononcée. Et le franchiseur n’est condamné à aucune indemnisation de ses franchisés. Pour la cour, « l’information donnée par la société Dépil Tech sur l’interprétation qu’elle faisait des textes en vigueur n’exonérait pas les (franchisés) de vérifier les textes applicables et de s’assurer en leur qualité de professionnels qu’ils ne commettaient pas d’actes illégaux (…) ».

    Le litige ira-t-il devant la Cour de cassation ? C’est possible. Même si, sur le fond, celle-ci a déjà eu, encore récemment, l’occasion de préciser sa position.

    A lire également

    • La chocolatier de Neuville s’implante Gare du Nord
      21 Nov 2018

      Après la gare de Lyon Part-Dieu et celle de Paris-Montparnasse, de Neuville, la franchise chocolatière poursuit son développement avec l’ouverture, le 16 novembre, d’un kiosque au sein de la première gare européenne en termes de nombre de voyageurs (550 voyageurs par jour). Pour l’enseigne, qui compte aujourd’hui 146 boutiques dans toute la France et a… Lire la suite

    • Information précontractuelle : un franchiseur condamné pour des « omissions fondamentales »
      21 Nov 2018

      La cour d’appel de Paris vient de confirmer l’annulation de contrats de franchise et de location-gérance pour vice du consentement du franchisé. Le franchiseur est condamné pour ne pas avoir respecté ses obligations d’information précontractuelle à l’occasion d’un renouvellement de contrat avec déplacement du franchisé. Dans ce litige, le contrat de franchise est signé fin… Lire la suite

    • Le réseau Cyclable a atteint la cinquantaine de magasins
      19 Nov 2018

      Apparue en 2005 à Toulouse, l’enseigne Cyclable s’est développée discrètement, le temps de valider sa formule. En 2010 une société de développement a vu le jour et l’expansion s’est accélérée, en particulier en franchise. Aujourd’hui, le réseau regroupe environ une cinquantaine de points de vente dans toute la France, ainsi que deux en Suisse. Et l’expansion… Lire la suite

    • But en passe de reprendre Fly et son réseau de franchisés
      16 Nov 2018

      But est entrée en négociations exclusives avec Fly. En ligne de mire du n°3 de l’équipement de la maison, la reprise de la marque jeune habitat et de son réseau de franchisés. Une acquisition qui permettrait à la plus grande chaîne de magasins de meuble et décoration française, à la tête de 305 points de… Lire la suite

    • Prévisionnels erronés et DIP lacunaire condamnent un franchiseur
      16 Nov 2018

      La cour d’appel de Paris vient, le 24 octobre 2018, de condamner un franchiseur pour transmission de prévisionnels « grossièrement erronés » et d’un Document d’information précontractuelle (DIP) « lacunaire ». Dans ce litige, le contrat est conclu en décembre 2009. Et le point de vente ouvert aussitôt. Mais l’activité n’est pas à la hauteur du prévisionnel transmis par… Lire la suite

    A lire également sur ce thème

    • La traque des poux, un métier en pleine croissance
      18 Nov 2018

      Depuis longtemps, les poux représentent un véritable fléau pour bien des enfants et leurs parents. Le problème concerne tout le monde car le pou vit chez les petits (ils peuvent les attraper et se les transmettre dans les lieux collectifs : écoles, centres de loisirs, colonies de vacances, etc.) mais aussi chez les adolescents et dans leur… Lire la suite

    • Prix IREF 2018 – Un franchisé dietplus à l’honneur !
      15 Nov 2018

      Pour la 3e année consécutive, un membre du réseau dietplus a été distingué lors la soirée de remise de prix du concours de l’IREF. Le lundi 5 novembre, Benjamin Horesnyi, franchisé à Bourgoin-Jallieu, y a été récompensé parmi les « Meilleurs franchisés de France », avec la mention « Ambassadeur de réseau ». Au sein… Lire la suite

    • Eric Plat, Président directeur général, Atol Les Opticiens
      13 Nov 2018

      Après le lancement d’un nouveau concept magasin pour Atol, vous engagez la segmentation de votre offre avec deux nouvelles enseignes. Pourquoi ? Depuis le lancement du nouveau concept magasin d’Atol, aujourd’hui adopté par 40 boutiques tandis que 120 autres sont en cours de transformation, nous avons en effet mis en test deux nouvelles enseignes : Atol Access… Lire la suite

    • Pour son 20ème Anniversaire, le réseau de Franchise Citron Vert offre une cure de jeunesse à ses Instituts de Beauté
      07 Nov 2018

      Cette manifestation s’est déroulée à Lyon, dans un endroit particulièrement propice à un séminaire créatif et convivial, le Loft 4 – 40. La veille au soir, un dîner – animation a réuni une soixantaine de Franchisés autour des dirigeants de la Franchise, chez Pléthore et Balthazar, rue Mercière à LYON. Les agences qui ont accompagné… Lire la suite

    • Témoignage de Fanny Chassignet franchisée dietplus, coach en rééquilibrage alimentaire
      05 Nov 2018

      « Je ne m’attendais pas à ce que cela soit si rapide ! » Fanny Chassignet a l’habitude d’aller vite. À 37 ans, après une carrière dans l’évènementiel et la communication, la jeune femme prend un nouveau tournant. Une discussion aura suffi à changer sa vie. Elle se définit comme une impulsive mais cette maman… Lire la suite

    BANNIERE AJC
    Enseignes du même secteur