Fermer
Secteurs / Activités
    Habillage Mondial Tissus

    Épilation à la lumière pulsée : la Cour de cassation rappelle le droit

    Brève
    11 avril 2018

    Franchisées ou non, les esthéticiennes n’ont toujours pas le droit en France d’utiliser, pour l’épilation, les appareils de lumière pulsée. En revanche, les fabricants peuvent les leur vendre tout à fait légalement. C’est ce qu’a rappelé le 21 mars 2018 la Cour de cassation.

    Beauté EpilationLa Cour de cassation vient de mettre un terme au conflit opposant depuis six ans plusieurs acteurs du secteur de  l’épilation. Le 21 mars 2018, la Cour a ainsi débouté les enseignes d’instituts de beauté Guinot et Mary Cohr (se développant en partie en franchise) et le Syndicat des dermatologues (SNDV).

    Ces enseignes et ces médecins s’opposaient à une douzaine de fabricants et distributeurs de machines destinées à l’épilation par la lumière pulsée. Ils reprochaient à ces sociétés de vendre leurs appareils aux esthéticiennes (en franchise ou non), alors que celles-ci n’ont pas le droit de les utiliser (hormis pour le photorajeunissement) en raison d’un arrêté de 1962 qui interdit en France aux non-médecins toute forme d‘épilation « autre qu’à la cire ou à la pince ».

    Pratiquant précisément l’épilation à la cire, les enseignes d‘esthéticiennes Guinot et Mary Cohr accusaient fabricants et distributeurs de concurrence déloyale à leur égard. Le syndicat des dermatologues estimait lui aussi que les médecins en étaient victimes. Tous demandaient réparation des préjudices subis. A hauteur de plus de 25 millions d’euros pour Guinot.

    Déboutés en première instance puis en appel, et même condamnés pour procédure abusive (à près de 300 000 € par le tribunal de commerce de Paris, devenus environ 150 000 € en appel), les plaignants se sont pourvus en cassation.

    Validant l’arrêt d’appel de 2016, la Cour rejette leur pourvoi.

    Appareils à lumière pulsée : leur vente n’est pas fautive

    Pour les magistrats, « même si les sociétés poursuivies mettent sur le marché de l’épilation des appareils qui sont utilisés en violation de la réglementation, elles ne commettent pas d’actes de concurrence déloyale au détriment (des plaignants) ».

    Pour la Cour, « la vente des appareils à lumière pulsée est libre (…), l’arrêté de 1962 (…) ne s’applique pas à ces ventes, les sociétés poursuivies ne méconnaissent aucune contrainte réglementaire ni ne s’octroient d’avantage concurrentiel illicite » au détriment des enseignes pratiquant l’épilation à la cire (les produits n’étant, de toute manière, pas substituables).

    Par ailleurs, s’agissant des actes invoqués par le SNDV « même si les fournisseurs n’ignorent pas l’activité exercée par les acquéreurs, la vente des appareils en question ne peut être fautive, dans la mesure où il appartient aux instituts et esthéticiens professionnels de connaître les limites de leur utilisation, notamment (l’interdiction) de procéder à des actes que seul un médecin peut faire en application de (…) l’arrêté du 6 janvier 1962. »

    La plus haute juridiction française valide aussi la condamnation des plaignants pour procédure abusive. Notamment, pour la première enseigne, parce qu’elle « savait parfaitement quel était l’état du droit en la matière » et a montré de « l’acharnement » en faisant appel sans développer d’arguments nouveaux.

    Une nouvelle réglementation du secteur de l’épilation  toujours en attente

    Les marchands d‘appareils à lumière pulsée peuvent donc librement les vendre aux esthéticiennes et aux franchises qui s’en équipent. En revanche, comme la Cour de cassation l’a rappelé le 14 décembre 2016, ces professionnelles – franchisées ou non – ne doivent pas les utiliser pour l’épilation sous peine de se voir condamnées pour exercice illégal de la médecine.  Tel est l’état actuel du droit en France.

    Pour la CNEP, qui regroupe des fabricants, distributeurs, esthéticiennes et certains réseaux de franchise du secteur, et qui était partie prenante à la procédure, cette décision est une victoire. Toutefois, « une bataille gagnée n’est pas la fin de la guerre » reconnaît la confédération dans un communiqué.

    La nouvelle réglementation du secteur de l’épilation, seule à même selon la CNEP de « mettre fin à ces batailles qui durent depuis 1962 » et qu’elle appelle à nouveau de ses vœux en sollicitant  une rencontre avec « les autorités de tutelle » n’est, en effet, pas encore une réalité.

    A lire également

    • Hyperburo a tenu sa convention
      21 Fév 2019

      Les 5 et 6 février, le groupe Hyperburo SHN a accueilli, au Centre des expositions du Mans, l’ensemble de ses concessionnaires et de ses fournisseurs, à l’occasion de la sixième convention du réseau Hyperburo, qui regroupe une cinquantaine de concessionnaires et annonce un chiffre d’affaires réseaux cumulé de 95 millions d’euros, réalisé à 70 %… Lire la suite

    • La Vie Claire mise sur ses produits à marque propre
      19 Fév 2019

      Faisant le point sur le bilan de La Vie Claire en 2018, Brigitte Brunel-Marmonne, présidente du directoire de l’enseigne, a annoncé, au cours d’une conférence de presse tenue aujourd’hui, que le réseau pionnier de la distribution de produits biologiques avait ouvert 56 points de vente au cours de l’année passée (contre 43 en 2017). Un bilan… Lire la suite

    • Franchise Expo Paris : venez à la rencontre de 500 réseaux qui recrutent
      19 Fév 2019

      La franchise a confirmé son dynamisme en 2018, générant en France, tous secteurs et toutes enseignes confondus, un chiffre d’affaires de 62 milliards d’euros, en progression de 4,1 %. Son attractivité, elle non plus, ne se dément pas : 28 nouvelles enseignes  près de 1 100 nouvelles entreprises franchisées sont ainsi apparues sur le territoire l’année dernière*. Surfant… Lire la suite

    • Restauration : la franchise Copper Branch ouvre un premier restaurant à Brest
      18 Fév 2019

      L’enseigne de restauration rapide « 100% végétale » Copper Branch a ouvert en franchise le 28 janvier dernier un premier restaurant en France, à Brest, avec son premier franchisé français. « De nombreux établissements ouvriront dans les prochains mois », annonce l’enseigne d’origine canadienne, qui prévoit également de s’implanter dans les mois qui viennent à Angers, Nice et Boulogne-Billancourt. Le premier… Lire la suite

    • Les surgelés Thiriet à la conquête de la capitale
      17 Fév 2019

      L’enseigne de produits surgelés en libre-service ou par livraison à domicile Thiriet a commencé sa conquête de Paris. Elle espère y compter à terme une quinzaine d’adresses. Le déploiement a commencé en octobre dernier avec une première ouverture dans le 15ème arrondissement. Les 7ème et 17ème ont suivi en décembre, puis le 16ème en janvier…. Lire la suite

    A lire également sur ce thème

    • Cryotera présent à Dijon, Reims et au salon Franchise Expo Paris 2019
      19 Fév 2019

      Fort d’une expérience réussie avec son premier centre, le Groupe a décidé de lancer son réseau de Licence en officialisant l’ouverture d’un deuxième centre CRYOTERA à Dijon et la signature d’un troisième centre prochainement au sud de l’hexagone. Présent sur le salon de la Franchise à Paris en Mars 2019, une dizaine d’ouvertures sont prévues… Lire la suite

    • Chez dietplus, la réussite se partage !
      18 Fév 2019

      « Partager la clé du succès » était le mot d’ordre de la grande convention annuelle de dietplus, organisée début février à deux pas de la Tour Eiffel. Un succès éclatant, puisqu’avec 21 millions d’€ de chiffre d’affaires cumulés sur l’exercice 2018, les performances du réseau ont bondi de 35 % par rapport à l’exercice… Lire la suite

    • dietplus commence 2019 en ouvrant 5 nouveaux centres
      31 Jan 2019

      Devenir franchisé dietplus et ouvrir son centre de rééquilibrage alimentaire : un projet à la portée de toute personne dynamique et motivée à l’idée de coacher ses clients dans leur objectif de perte de poids. Accessible à partir de 10 000 € d’apport personnel, sans condition de diplôme ou d’expérience, la franchise surfe sur une… Lire la suite

    • Parcours de Diana Foray, franchisée dietplus à Lons-le-Saunier.
      21 Jan 2019

            « Une jeune fille de 16 ans qui veut perdre du poids n’a pas les mêmes motivations qu’une dame de 70 ans ! » constate Diana. La nouvelle franchisée dietplus énonce un postulat simple mais qui reflète le bon sens. « Je m’intéresse beaucoup à la personne, je note tout et j’essaie… Lire la suite

    • Comment dietplus séduit ses nouveaux franchisés
      10 Jan 2019

      Accessible financièrement, sans condition de diplôme et proposant un métier de contact axé sur la réussite humaine : le concept dietplus dispose de nombreux atouts pour attirer continuellement de nouveaux créateurs d’enteprise. L’enseigne spécialiste du rééquilibrage alimentaire continue d’accueillir un nombre important de nouveaux franchisés. Ceux-ci ont en outre l’opportunité de s’installer dans des villes… Lire la suite

    DIET PLUS BANNIERE
    Enseignes du même secteur