Fermer
Secteurs / Activités

      Benoit Ganem, président de la Financière LBA - Interview du 9 mars 2011

      Interview
      9 mars 2011

      Nos franchisés vont désormais pouvoir déployer une véritable stratégie d’enseignes

      Vous avez finalisé, la semaine dernière, le rachat du Jardin des Fleurs, dont vous étiez déjà le Président du directoire depuis l’été 2009, ainsi que l’acquisition des réseaux Oya et Artisans-fleurs.com. Quels sont les enjeux et les objectifs de ce rapprochement ?
      Mon principal objectif en tant que franchiseur est de permettre à mes adhérents de se développer et de prospérer. Ce rapprochement s’inscrit dans cette optique. Je connais Eric Grelier, le créateur d’Oya et d’Artisans-fleurs.com, depuis plus de 20 ans. Nous partageons une culture et des valeurs communes et déployons des concepts marchands complémentaires. Aussi nous a-t-il paru assez naturel, dès lors que je suis entré en négociations pour racheter Le Jardin des Fleurs, de regrouper nos savoir-faire. Le 28 février dernier, la holding Financière LBA, que je préside, a officiellement fait l’acquisition du Jardin des Fleurs et de Cinor, société qui franchise Oya et déploie le label Artisans-fleurs.com. Un nouveau groupe est donc né, dont Eric Grelier a pris la direction générale. Et qui va offrir à nos adhérents respectifs la possibilité de déployer une véritable stratégie d'enseignes.

      Oya et Artisans-fleurs.com représentent ensemble plus de 80 magasins. Vous augmentez donc considérablement votre poids en termes d’achats. Est-ce que cela, aussi, a motivé votre association ?
      Il est évident que peser entre 12 et 14 millions d’€ d’achats et 45 M€ de chiffre d’affaires réseaux favorise les relations avec les fournisseurs. Mais ce n’est pas la clé de la réussite dans notre activité. Ce qui l’est, en revanche, c’est de savoir s’adapter au marché. En France, 95 % des magasins de fleurs sont exploités par des indépendants isolés et 5 %, seulement, sous enseignes. Pourtant ces dernières détiennent 25 % de parts de marché. Le secteur de la fleur en franchise reste donc largement à conquérir et les consommateurs en redemandent : ils sont de plus en plus en attente de concepts clairs, de promesses tenues. Cette association nous paraît dès lors pleine de bon sens. Chacun de nos réseaux aura davantage de moyens, tout en gardant son identité : un large choix de fleurs en libre-service pour les 70 magasins Le Jardin des Fleurs ; des produits innovants et tendance chez les 21 franchisés Oya. Artisans-fleurs.com continuant, de son côté, à fédérer des fleuristes traditionnels.

      Oya comme Le Jardin des Fleurs affichent des parcs en franchise stables depuis 2009. Allez-vous relancer leur développement ?
      Ce rapprochement va donner à nos réseaux l’accélération qu’ils méritent. Toutefois, il n’est pas question d’ouvrir pour ouvrir : nous irons là où nous sommes sûrs que nos concepts ont du potentiel, chaque fois en mettant tout en œuvre pour sécuriser la réussite de nos franchisés. Cela laisse déjà de nombreuses possibilités, d’autant que des boutiques Oya et Le Jardin des Fleurs peuvent très bien coexister dans les mêmes villes voire quartiers. Nos franchisés existants vont pouvoir ouvrir de nouveaux magasins. Et les nouveaux candidats qui nous rejoignent, bénéficier aux aussi d’un vrai portefeuille de marques à développer.

      70 000 €
      Apport personnel
      17 000 €
      Droit d'entrée
      Voir la fiche
      Enseignes du même secteur
      Demander une
      documentation

      Pour plus d'informations sur LE JARDIN DES FLEURS

      Recopiez le mot dans le champ ci-dessous :

      Je suis intéressé par la franchise LE JARDIN DES FLEURS