Fermer
Secteurs / Activités

      Bernard Levy, directeur général - Interview du 24 décembre 2009

      Interview
      24 décembre 2009

      2010 pourrait être notre meilleure année en matière de développement, depuis la création de Bazarland

      Bazarland va finir l’année avec 28 magasins, contre 36 en décembre 2008. Comment expliquez-vous cette érosion de votre parc ?
      La crise n’épargne personne, pas même un réseau comme le nôtre. Les plus faibles de nos adhérents ont été particulièrement touchés. Certains, qui étaient déjà “limite” en terme de rentabilité, ont dû baisser leur rideau. Une poignée d’autres ont choisi de reprendre leur indépendance. Un directeur d’enseigne ne peut jamais se satisfaire de perdre des magasins. Toutefois, il faut reconnaître que cette crise, si violente soit-elle, a aussi bénéficié à l’assainissement de notre réseau. Aujourd’hui, il est bel et bien performant. Aussi, au-delà des incertitudes conjoncturelles, suis-je très optimiste en ce qui concerne son développement en 2010.

      Quels sont justement vos perspectives en matière de développement pour 2010 ?
      Il se peut que 2010 soit notre meilleure année depuis la création de Bazarland en matière de développement. C’est en effet la première fois que nous avons autant de projets d’ouvertures pour le premier semestre. Avec la crise de l’immobilier, les emplacements à bon prix se multiplient. Par ailleurs, nous avons vu affluer depuis quelques mois les candidatures : beaucoup de commerçants traditionnels inquiets, qui se disent que le moment est bien choisi pour se repositionner dans le discount. Cinq nous ont rejoints en 2009. Nous espérons inaugurer 7 à 10 points de vente supplémentaires entre janvier et juin 2010. Notamment à Marmande, Gaillac, Embrun, Saint-Gaudens ou encore Gap.

      Qu’est-ce qui a changé ces derniers mois dans le modèle discount ? Qu’est-ce qui a changé chez Bazarland ?
      Ce qui a changé c’est que pour améliorer le trafic dans nos magasins d’environ 6 %, comme nous sommes parvenus à le faire entre octobre 2008 et octobre 2009, et booster leur chiffre d’affaire, nous avons dû nous battre. Car les consommateurs sont devenus plus prudents. Les milieux de mois, périodes traditionnellement creuses pour nous, sont de plus en plus longs. Et les paniers moyens plutôt en baisse. Alors, il nous a fallu ajouter à notre agressivité en matière de prix, de nouveaux outils. Comme la carte de fidélité Bazarland, qui de fait s’est avérée extrêmement porteuse, puisque ses détenteurs dépensent en moyenne 26 € dans nos magasins, contre 17 € pour les clients classiques. Aujourd’hui, nos points de vente les plus engagés font 50 % de leur chiffre auprès des détenteurs de cartes. Nous souhaitons voir grimper ce chiffre à 70 % dans les mois à venir.

      75 000 €
      Apport personnel
      11 000 €
      Droit d'entrée
      Voir la fiche
      Enseignes du même secteur
      Demander une
      documentation

      Pour plus d'informations sur BAZARLAND

      Recopiez le mot dans le champ ci-dessous :

      Je suis intéressé par la franchise BAZARLAND