Fermer
Secteurs / Activités
    CASH EXPRESS HAB MARS 19

    Boulangeries Paul : la sanction financière du franchiseur fortement réduite

    Brève
    8 août 2018

    Sur renvoi de la Cour de cassation, la cour d’appel de Paris réduit fortement la sanction financière de l’enseigne de boulangeries Paul. Toujours condamné pour manquement à son devoir d’information précontractuelle, le franchiseur ne doit plus que 360 000 euros à son ex-partenaire franchisé au lieu de 1,6 million.

    Magasin PaulLa cour d’appel de Paris s’est prononcée à nouveau, le 20 juin dernier, dans le cadre du litige qui oppose l’enseigne de boulangeries Paul à un ex-franchisé.

    L’affaire avait été jugée une première fois en janvier 2015 par la même cour (autrement composée). Le verdict, sévère, avait surpris, notamment par le montant des dommages et intérêts infligés au franchiseur : près de 2 millions d’euros au total (1,6 pour  une des sociétés du franchisé et 300 000 € pour une autre). Parce que la tête de réseau avait manqué, selon les magistrats, à ses obligations d’information précontractuelle.

    Saisie, la Cour de cassation validait sur le fond l’arrêt d’appel en mars 2017. Estimant qu’en effet, le franchiseur avait « surévalué la force de son concept » et manqué de prudence en approuvant de fait des prévisionnels trop optimistes eu égard à l’état du marché local.

    Mais la Cour avait cassé partiellement l’arrêt sur le volet indemnisation du franchisé. Les magistrats précisaient notamment que « le préjudice résultant du manquement à une obligation précontractuelle d’information (était) constitué par la perte de chance de ne pas contracter ou de contracter à des conditions plus avantageuses, et non par les pertes subies ».

    Statuant sur renvoi de la plus haute juridiction, la cour d’appel de Paris (Pôle 5, chambre 4) fait sienne ce principe et revoit fortement à la baisse les dommages et intérêts infligés aux boulangeries Paul. Ainsi, la société du franchisé demeurée dans la procédure voit passer son indemnisation de 1,6 million à 360 000 euros.

    Une faute précontractuelle du franchiseur ne peut entraîner le remboursement des pertes subies par le franchisé pendant le contrat

    Pour parvenir à 1,6 million, la cour avait additionné les bénéfices prévus (plus de 500 000 €) et les pertes subies (plus d’un million). Elle abandonne désormais ce raisonnement.

    Les magistrats précisent que, n’ayant pas demandé la nullité du contrat, la société franchisée « ne peut solliciter que la réparation de la perte de chance d’avoir pu contracter (avec le même franchiseur) à des conditions plus avantageuses ». Une probabilité que les magistrats estiment à 40% (selon eux, il y avait 40% de chances que le franchisé, mieux informé, ait signé un meilleur contrat). Un taux à rapprocher des gains que le franchisé aurait pu percevoir s’il avait été placé dans ces conditions plus favorables. Le préjudice est, en conséquence, fixé à 40% de 900 000 €.

    La cour explique en outre avoir écarté la demande de 600 000 € correspondant à la valorisation de la société franchisée (« pas justifiée » selon elle). Et avoir également tenu compte du fait que les difficultés du franchisé ont eu en partie pour cause des éléments extérieurs au contrat survenus après sa signature comme l’augmentation de l’indice Insee du coût de la construction (qui a contribué à alourdir les loyers) ou l’apparition d’un concurrent à proximité du magasin.

    Le franchiseur Paul est donc toujours condamné. Mais la sanction financière est divisée par quatre, suite au rappel à l’ordre de la Cour de cassation.

     

    A lire aussi sur le sujet :

    A lire également

    • Nicolas confirme son ouverture à la franchise
      20 Mar 2019

      Avec 500 boutiques en France et 50 à l’international (Liban, Angleterre, etc.), l’enseigne caviste historique Nicolas souhaite donner un nouvel élan à son développement et ambitionne d’ouvrir 150 nouveaux magasins franchisés en région, dans des villes de taille moyenne (entre 20 000 et 50 000 habitants), pour mailler plus finement le territoire en implantant des points de… Lire la suite

    • Bureau Vallée et son fondateur obtiennent une distinction
      15 Mar 2019

      À l’occasion de la 18ème édition des Prix européens des fournitures de bureau (EOPA), qui s’est tenue à Amsterdam le 5 mars, Bureau Vallée a été doublement récompensé par les professionnels du secteur. Une reconnaissance qui a valu à Bureau Vallée le premier prix dans la catégorie “distributeur européen de l’année”, en s’imposant face à… Lire la suite

    • Un franchiseur condamné pour les engagements non tenus de sa centrale d’achats
      13 Mar 2019

      Statuant sur renvoi de la Cour de cassation, la cour d’appel d’Angers vient de trancher en faveur d’une franchisée un conflit qui dure depuis 10 ans. Dans ce litige, le contrat est signé en 2004 pour une ouverture de point de vente en juillet 2005. Mais en janvier 2008, après plusieurs courriers et une mise… Lire la suite

    • Cavavin a organisé son congrès dédié aux spiritueux
      13 Mar 2019

      Les 3 et 4 mars, le concept caviste Cavavin (160 points de vente au total, dont la majorité en franchise) a réuni ses partenaires à Paris pour un congrès « spiritueux », avec la participation d’une vingtaine de fournisseurs présentant entre autres 170 nouveautés en whiskies, rhums et autres alcools. Le congrès s’est déroulé le premier jour… Lire la suite

    • Lancer de Hache se lance en franchise
      12 Mar 2019

      Lancer de Hache vient d’ouvrir, dans l’agglomération nantaise, son premier centre en franchise. Situé sur la commune de Saint-Herblain, dans un local de 150 m², et disposant de 6 cibles, il peut accueillir jusqu’à 18 personnes par session d’une heure. Olivier Roux, le nouveau franchisé, recherchait une activité dans le domaine des loisirs lui permettant de… Lire la suite

    FINANCEMENT BAN FM 2019