Fermer
Secteurs / Activités
    Habillage Mondial Tissus

    Prévisionnels en franchise : un écart de 50 % n’entraine pas forcément la nullité du contrat

    Brève
    5 octobre 2018

    La cour d’appel de Versailles vient de refuser à un franchisé d’annuler son contrat. Pour les magistrats, l’écart de 50 % enregistré sur trois ans entre prévisions et réalité du chiffre d’affaires n’est pas la preuve d’une faute du franchiseur.

    Franchise JuridiqueLa cour d’appel de Versailles vient de refuser, le 11 septembre 2018, d’annuler un contrat de franchise pour tromperie.

    Le contrat est signé en 2010 pour 7 ans. Le magasin ouvre l’année suivante. Problème : au lieu des 450 000 € de chiffre d’affaires prévus la première année, le couple de franchisés démarre difficilement, n’atteignant que 220 000 € sur le premier exercice de 15 mois. Les années suivantes sont meilleures, mais cela ne suffit pas. Comme le notent les juges, sur trois ans le CA « ne dépasse pas 50 % des prévisions ». Malgré les efforts financiers des franchisés et une aide du franchiseur, le bilan est déposé et la liquidation judiciaire de la société prononcée en 2014.

    Devant la cour d’appel, le franchisé demande la nullité de son contrat pour erreur sur la rentabilité provoquée par le franchiseur. En raison d’une mauvaise information précontractuelle et de la transmission de chiffres trompeurs.

    Vous avez dit tromperie ?

    Les magistrats de Versailles refusent d’annuler le contrat pour une série de raisons :

    -1/Le DIP (Document d’Information Précontractuelle) transmis par le franchiseur ne contenait, selon eux, aucune erreur « fournissant un état du marché local théorique et son potentiel ainsi que la liste de tous les concurrents implantés sur la ville »,

    -2/Le franchiseur avait averti dans son projet de contrat qu’il appartenait au franchisé « de faire procéder à toute étude préalable de marché en fonction du choix qu’il (faisait) de sa zone, d’implantation ». Autrement dit : au franchiseur l’état, au franchisé l’étude de marché,

    -3/Le contrat de franchise précisait qu’en « aucun cas la responsabilité du franchiseur ne pourra être recherchée, ni engagée en cas de non-réalisation des prévisions »,

    -4/Le prévisionnel litigieux mentionnait clairement que la simulation avait été établie « sur la base des éléments communiqués par le franchisé » et n’était « qu’indicative et non contractuelle »,

    -5/Les franchisés ne contestent pas avoir participé à l’élaboration du prévisionnel qui proposait un objectif initial de 470 000 à 500 000 € de CA (ramené à 450 000 par le franchiseur)

    -6/Un expert-comptable a été associé à la préparation de ce prévisionnel, « ce qui tend à démontrer son sérieux » (aux yeux des juges).

    -7/Le franchisé avait exercé dans le même secteur d’activité « des fonctions de dirigeant d’entreprises pendant 12 ans ». Il était donc « un professionnel averti ».

    -8/Enfin, le DIP « comportait la liste de tous les franchisés du réseau avec leurs coordonnées de sorte que le franchisé qui a disposé d’un an entre la remise du DIP et la signature du contrat pouvait contacter d’autres franchisés et s’assurer de la rentabilité de la franchise ».

    « Aie confiance, mais vérifie »…

    L’existence d’un écart entre prévisions et réalité, fut-il de 50 % sur trois ans, ne constitue donc pas aux yeux des magistrats « la preuve d’un défaut de sincérité ou de l’irréalisme manifeste des prévisions, le franchisé se devant d’apprécier la valeur et la faisabilité des promesses de rentabilité qui lui sont faites dans la mesure où celles-ci ne comportent, de la part du promettant, aucune obligation de résultat. »

    Le contrat n’est donc pas annulé et le franchisé n’obtient ni les remboursements ni les dommages et intérêts qu’il réclamait en compensation de son échec.

    Le message est clair: même quand le franchiseur paraît sérieux et qu’un climat de confiance (voire d’enthousiasme) préside aux pourparlers, tout candidat à la franchise se doit au minimum de lire attentivement ce qu’il signe et de bien vérifier ses intuitions avant de s’engager.

    A lire également

    • Le réseau de magasins de montagne Sherpa mise sur la vente en ligne
      22 Fév 2019

      Spécialisé depuis 30 ans dans la distribution alimentaire en stations de ski, le réseau coopératif Sherpa a annoncé début février le rachat de la société OffCourses, leader de la livraison de courses à domicile dans ces mêmes stations. Disponible (en saison) dans 60 stations de sports d’hiver des Alpes, OffCourses.net livre chaque samedi à 6… Lire la suite

    • Hyperburo a tenu sa convention
      21 Fév 2019

      Les 5 et 6 février, le groupe Hyperburo SHN a accueilli, au Centre des expositions du Mans, l’ensemble de ses concessionnaires et de ses fournisseurs, à l’occasion de la sixième convention du réseau Hyperburo, qui regroupe une cinquantaine de concessionnaires et annonce un chiffre d’affaires réseaux cumulé de 95 millions d’euros, réalisé à 70 %… Lire la suite

    • La Vie Claire mise sur ses produits à marque propre
      19 Fév 2019

      Faisant le point sur le bilan de La Vie Claire en 2018, Brigitte Brunel-Marmonne, présidente du directoire de l’enseigne, a annoncé, au cours d’une conférence de presse tenue aujourd’hui, que le réseau pionnier de la distribution de produits biologiques avait ouvert 56 points de vente au cours de l’année passée (contre 43 en 2017). Un bilan… Lire la suite

    • Franchise Expo Paris : venez à la rencontre de 500 réseaux qui recrutent
      19 Fév 2019

      La franchise a confirmé son dynamisme en 2018, générant en France, tous secteurs et toutes enseignes confondus, un chiffre d’affaires de 62 milliards d’euros, en progression de 4,1 %. Son attractivité, elle non plus, ne se dément pas : 28 nouvelles enseignes  près de 1 100 nouvelles entreprises franchisées sont ainsi apparues sur le territoire l’année dernière*. Surfant… Lire la suite

    • Restauration : la franchise Copper Branch ouvre un premier restaurant à Brest
      18 Fév 2019

      L’enseigne de restauration rapide « 100% végétale » Copper Branch a ouvert en franchise le 28 janvier dernier un premier restaurant en France, à Brest, avec son premier franchisé français. « De nombreux établissements ouvriront dans les prochains mois », annonce l’enseigne d’origine canadienne, qui prévoit également de s’implanter dans les mois qui viennent à Angers, Nice et Boulogne-Billancourt. Le premier… Lire la suite

    A lire également sur ce thème

    • Passeport pour la franchise 2019 : inscriptions ouvertes jusqu’au 30 avril
      24 Jan 2019

      Après Tailor Corner en 2014, Syndic Experts en 2015, Persillé, Maison de Viande en 2016, Ecureuil Vert en 2017 et Viagimmo en 2018, quel sera le lauréat de la 6ème édition du concours Passeport pour la Franchise, organisé par le cabinet Gouache avocats, lancée le 21 janvier dernier ? La réponse sera connue le 27 juin prochain. Il reste encore deux mois… Lire la suite

    • Défense des franchisés et non-concurrence après le contrat : un arrêt très clair
      17 Déc 2018

      La Cour de cassation vient de rendre, en matière de création d’une association de franchisés et de non-concurrence post-contractuelle, une décision qui intéressera tous les acteurs de la franchise. Dans ce litige, deux contrats avaient été conclus au printemps 2009 pour l’ouverture de deux établissements dans deux grandes villes. Mais, en décembre de la même… Lire la suite

    • Révélations de la Franchise 2019 : inscriptions ouvertes jusqu’au 13 janvier
      22 Nov 2018

      En mars 2018,  Préservation du Patrimoine est venu ajouter son nom à ceux de La Côte et l’Arête et O’Tacos (en 2017), Pitaya (en 2016), ou encore  Iscocomble et Feuillette  (en 2015) au palmarès des Révélations de la franchise (ex-Espoirs). Un concours réservé aux jeunes réseaux de franchise Organisées par la Fédération française de la Franchise avec le concours des membres du Collège des Experts de la… Lire la suite

    • Rachat d’un réseau : un franchiseur sanctionné
      09 Oct 2018

      La cour d’appel de Paris (Pôle 5, chambre 4) vient, le 12 septembre 2018, de condamner à plus de 200 000 € de dommages et intérêts un franchiseur pour rupture fautive d’un contrat suite au rachat d’un réseau. Juin 2010 : le franchisé, qui vient d’ouvrir deux points de vente apprend que son réseau est racheté… Lire la suite

    • Prévisionnels en franchise : un écart de 50 % n’entraine pas forcément la nullité du contrat
      05 Oct 2018

      La cour d’appel de Versailles vient de refuser, le 11 septembre 2018, d’annuler un contrat de franchise pour tromperie. Le contrat est signé en 2010 pour 7 ans. Le magasin ouvre l’année suivante. Problème : au lieu des 450 000 € de chiffre d’affaires prévus la première année, le couple de franchisés démarre difficilement, n’atteignant que… Lire la suite

    FINANCEMENT BAN FM 2019