Fermer
Secteurs / Activités
    LA BOUCHERIE HABILLAGE SEP18

    Prévisionnels en franchise : un écart de 50 % n’entraine pas forcément la nullité du contrat

    Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someonePrint this page
    Brève
    5 octobre 2018

    La cour d’appel de Versailles vient de refuser à un franchisé d’annuler son contrat. Pour les magistrats, l’écart de 50 % enregistré sur trois ans entre prévisions et réalité du chiffre d’affaires n’est pas la preuve d’une faute du franchiseur.

    Franchise JuridiqueLa cour d’appel de Versailles vient de refuser, le 11 septembre 2018, d’annuler un contrat de franchise pour tromperie.

    Le contrat est signé en 2010 pour 7 ans. Le magasin ouvre l’année suivante. Problème : au lieu des 450 000 € de chiffre d’affaires prévus la première année, le couple de franchisés démarre difficilement, n’atteignant que 220 000 € sur le premier exercice de 15 mois. Les années suivantes sont meilleures, mais cela ne suffit pas. Comme le notent les juges, sur trois ans le CA « ne dépasse pas 50 % des prévisions ». Malgré les efforts financiers des franchisés et une aide du franchiseur, le bilan est déposé et la liquidation judiciaire de la société prononcée en 2014.

    Devant la cour d’appel, le franchisé demande la nullité de son contrat pour erreur sur la rentabilité provoquée par le franchiseur. En raison d’une mauvaise information précontractuelle et de la transmission de chiffres trompeurs.

    Vous avez dit tromperie ?

    Les magistrats de Versailles refusent d’annuler le contrat pour une série de raisons :

    -1/Le DIP (Document d’Information Précontractuelle) transmis par le franchiseur ne contenait, selon eux, aucune erreur « fournissant un état du marché local théorique et son potentiel ainsi que la liste de tous les concurrents implantés sur la ville »,

    -2/Le franchiseur avait averti dans son projet de contrat qu’il appartenait au franchisé « de faire procéder à toute étude préalable de marché en fonction du choix qu’il (faisait) de sa zone, d’implantation ». Autrement dit : au franchiseur l’état, au franchisé l’étude de marché,

    -3/Le contrat de franchise précisait qu’en « aucun cas la responsabilité du franchiseur ne pourra être recherchée, ni engagée en cas de non-réalisation des prévisions »,

    -4/Le prévisionnel litigieux mentionnait clairement que la simulation avait été établie « sur la base des éléments communiqués par le franchisé » et n’était « qu’indicative et non contractuelle »,

    -5/Les franchisés ne contestent pas avoir participé à l’élaboration du prévisionnel qui proposait un objectif initial de 470 000 à 500 000 € de CA (ramené à 450 000 par le franchiseur)

    -6/Un expert-comptable a été associé à la préparation de ce prévisionnel, « ce qui tend à démontrer son sérieux » (aux yeux des juges).

    -7/Le franchisé avait exercé dans le même secteur d’activité « des fonctions de dirigeant d’entreprises pendant 12 ans ». Il était donc « un professionnel averti ».

    -8/Enfin, le DIP « comportait la liste de tous les franchisés du réseau avec leurs coordonnées de sorte que le franchisé qui a disposé d’un an entre la remise du DIP et la signature du contrat pouvait contacter d’autres franchisés et s’assurer de la rentabilité de la franchise ».

    « Aie confiance, mais vérifie »…

    L’existence d’un écart entre prévisions et réalité, fut-il de 50 % sur trois ans, ne constitue donc pas aux yeux des magistrats « la preuve d’un défaut de sincérité ou de l’irréalisme manifeste des prévisions, le franchisé se devant d’apprécier la valeur et la faisabilité des promesses de rentabilité qui lui sont faites dans la mesure où celles-ci ne comportent, de la part du promettant, aucune obligation de résultat. »

    Le contrat n’est donc pas annulé et le franchisé n’obtient ni les remboursements ni les dommages et intérêts qu’il réclamait en compensation de son échec.

    Le message est clair: même quand le franchiseur paraît sérieux et qu’un climat de confiance (voire d’enthousiasme) préside aux pourparlers, tout candidat à la franchise se doit au minimum de lire attentivement ce qu’il signe et de bien vérifier ses intuitions avant de s’engager.

    A lire également

    • Le concept ludique Bricks4Kidz ouvre sa première unité dans la capitale
      11 Déc 2018

      Le réseau Bricks4Kidz, qui propose des activités ludo-éducatives à partir des briques Lego, poursuit son expansion sur le territoire français, avec l’arrivée de Jade Soulé, franchisée à Toulouse-Est. Le mois de novembre dernier a également été marqué par le lancement du développement de l’enseigne sur Paris, par l’intermédiaire de Gaëlle Kotbi, déjà franchisée Bricks4Kidz depuis octobre… Lire la suite

    • Contrat de franchise annulé : quels dommages et intérêts ?
      11 Déc 2018

      La cour d’appel de Paris vient de fixer, suite à une longue procédure,  le montant des dommages et intérêts accordés à un franchisé dont le contrat a été annulé. Un montant assez éloigné de ce qu’il attendait. Dans ce litige, il a été définitivement jugé, après un arrêt de la Cour de cassation de 2014,… Lire la suite

    • Mondial Tissus se mue en marque-enseigne
      10 Déc 2018

      Huit ans après sa reprise par Denis Lévy, le fondateur de Franprix, Mondial Tissus poursuit sur la voie du renouveau. Identité visuelle modernisée en 2013, reprise des ouvertures en propre l’année suivante, déploiement de la franchise dans la foulée… L’enseigne a passé un cap supplémentaire cet été avec le lancement de sa marque propre baptisée… Lire la suite

    • La maison de thé Kusmi Tea étend son réseau
      10 Déc 2018

      Kusmi Tea s’est installé, fin novembre, à Pau, au sein du Centre Commercial Quartier Libre de Lescar, une commune de la périphérie paloise. Le décor de cette boutique, d’une surface d’environ 70 m², reprend les codes épurés et colorés de l’enseigne, dont elle propose l’ensemble des gammes. Les clients peuvent également y profiter d’un tout… Lire la suite

    • Savoir-faire du franchiseur : un arrêt significatif
      07 Déc 2018

      La cour d’appel de Caen a récemment validé le savoir-faire d’un franchiseur contesté par l’un de ses franchisés. Elle a jugé aussi que l’ex-franchisé n’avait pas imité ce savoir-faire –  pas si original que cela – dans ses établissements. Le contrat est signé en avril 2011. Mais les relations ne sont pas bonnes entre les… Lire la suite

    A lire également sur ce thème

    • Révélations de la Franchise 2019 : inscriptions ouvertes jusqu’au 13 janvier
      22 Nov 2018

      En mars 2018,  Préservation du Patrimoine est venu ajouter son nom à ceux de La Côte et l’Arête et O’Tacos (en 2017), Pitaya (en 2016), ou encore  Iscocomble et Feuillette  (en 2015) au palmarès des Révélations de la franchise (ex-Espoirs). Un concours réservé aux jeunes réseaux de franchise Organisées par la Fédération française de la Franchise avec le concours des membres du Collège des Experts de la… Lire la suite

    • Rachat d’un réseau : un franchiseur sanctionné
      09 Oct 2018

      La cour d’appel de Paris (Pôle 5, chambre 4) vient, le 12 septembre 2018, de condamner à plus de 200 000 € de dommages et intérêts un franchiseur pour rupture fautive d’un contrat suite au rachat d’un réseau. Juin 2010 : le franchisé, qui vient d’ouvrir deux points de vente apprend que son réseau est racheté… Lire la suite

    • Prévisionnels en franchise : un écart de 50 % n’entraine pas forcément la nullité du contrat
      05 Oct 2018

      La cour d’appel de Versailles vient de refuser, le 11 septembre 2018, d’annuler un contrat de franchise pour tromperie. Le contrat est signé en 2010 pour 7 ans. Le magasin ouvre l’année suivante. Problème : au lieu des 450 000 € de chiffre d’affaires prévus la première année, le couple de franchisés démarre difficilement, n’atteignant que… Lire la suite

    • Foncia franchise encore gagnante quoique un peu épinglée en appel
      21 Sep 2018

      La cour d’appel de Versailles a tranché, le 3 juillet 2018, un litige concernant l’enseigne d’agences immobilières Foncia. Lorsqu’en juin 2013 Foncia annonce que 43 des 95 contrats de franchise de son réseau de 550 unités ne seront pas renouvelés une fois parvenus à leur terme, le franchisé fait partie de ceux qui tentent de… Lire la suite

    • Un franchisé Subway débouté par la cour d’appel de Paris
      18 Sep 2018

      Le 11 septembre 2018, la cour d’appel de Paris a débouté de toutes ses demandes un franchisé Subway en litige avec son franchiseur. Le contrat de franchise est signé en 2011. En octobre 2015, l’enseigne résilie le contrat du franchisé pour défaut de paiement de ses redevances. Et en novembre, engage – conformément à ce… Lire la suite