Fermer
Secteurs / Activités

    Un franchiseur peut interdire à ses ex-franchisés de rejoindre un réseau concurrent

    Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someonePrint this page
    Brève
    21 décembre 2017

    La cour d’appel de Paris vient de le rappeler : un franchiseur peut interdire à ses franchisés de rejoindre un réseau concurrent après la fin de leur contrat. Pour être valable, cette clause de non-réaffiliation post-contractuelle doit toutefois répondre à plusieurs conditions.

    La cour d’appel de Paris vient de rendre, en matière de non-réaffiliation post-contractuelle en franchise une décision intéressante.

    Le litige commence en février 2016. A cette date, un franchiseur résilie trois contrats d’un de ses franchisés pour cause d’impayés. Quelques mois plus tard, lui reprochant d’avoir rallié un réseau concurrent alors que son contrat le lui interdisait, le franchiseur assigne son ex-franchisé en référé. Le tribunal de commerce de Paris se prononce en faveur du franchiseur.

    Dans son arrêt du 16 novembre 2017, la cour d’appel de Paris (Pôle 1, chambre 2) confirme ce jugement. Elle estime en effet que la clause du contrat contestée par le franchisé est valable.

    Pour les juges, la clause est suffisamment limitée dans l’espace et dans le temps…

    D’abord parce qu’elle est limitée dans le temps à un an « ce qui correspond pratiquement à une durée minimale ». Ensuite parce qu’elle est « parfaitement circonscrite » dans l’espace pour chaque magasin (aux zones d’exclusivité décrites précisément dans les contrats).

    Cour d'AppelLa cour note également que « la clause litigieuse n’interdit pas (au franchisé) d’exercer son activité à titre individuel ». Et surtout, aux yeux des juges, rien ne prouve que cette activité ne pourrait pas être exercée « dans des conditions viables » :

    D’une part parce que le franchisé « exerce depuis de nombreuses années et a dû normalement réussir à fidéliser une clientèle ».

    D’autre part  « et surtout » parce que le franchiseur a « produit aux débats un document » « non contesté (par le franchisé) pour ce qui est des statistiques annoncées ». Selon lequel les magasins en réseau (franchise et succursale, hors coopératives) sont « finalement plutôt minoritaires » dans le secteur concerné, représentant seulement 17 % du parc tandis que « indépendants et enseignes locales y sont presque majoritaires à concurrence de 48 % ».

    « Il est donc permis de conclure, note la cour, que la clause n’entraîne aucunement pour (le franchisé) une incapacité de fait d’exercer son activité dans des conditions normales ».

    …Et proportionnée aux intérêts légitimes du franchiseur

    Enfin, concernant le fait de savoir si l’interdiction de réaffiliation de ce contrat est bien proportionnée à l’intérêt légitime du franchiseur (à savoir la protection de son savoir-faire), la cour répond sans ambiguité par l’affirmative.

    D’abord parce que les trois contrats concernés « consacrent de longs développements au savoir-faire particulier (du franchiseur) ». Et qu’en signant ces contrats, le franchisé a reconnu son existence (notamment en agencement des magasins et concepts innovants en matière de commercialisation).

    Mais aussi parce que la clause restrictive « est applicable dans tous les cas de cessation du contrat, ce qui permet de conclure que (le franchiseur) n’entend pas utiliser de manière dévoyée la clause de non-réaffiliation comme une clause pénale pour sanctionner les franchisés qui quittent la relation contractuelle avant son terme ».

    Pour la cour, « il n’existe donc aucun motif » d’écarter la clause de non-réaffiliation post-contractuelle de ces contrats de franchise. Car elle répond aux exigences légales et aux critères de la jurisprudence française en la matière.

    La cour se déclare toutefois incompétente quant aux 300 000 € de dommages et intérêts réclamés par le franchiseur. Même si, selon ce dernier, l’ex-franchisé n’a régularisé sa situation qu’en façade…

     

    A lire aussi sur le sujet :

    -L’article de Anouk Bories dans La lettre de la distribution de décembre 2017, page 4

     

    A lire également

    • Restauration rapide : The Roster amorce un développement en franchise
      13 Juil 2018

      Créé en 2013 à Annecy-le-Vieux (Haute-Savoie), The Roster est concept de « street-food » proposant des burgers aux recettes exclusives et des frites maison dans un cadre mêlant culture alternative et sports de glisse. Regroupant 5 restaurants dans les Pays de Savoie mais aussi un food-truck, employant 45 personnes et servant « près de 300 000 burgers par… Lire la suite

    • La Compagnie des Petits rachète Allo Bébé leader du e-commerce de puériculture
      13 Juil 2018

      Une belle opération pour La Compagnie des Petits. En reprenant à la barre du tribunal de commerce de Boulogne-sur-Mer, fin juin, la société Cdm et son site de e-commerce Allo Bébé, le groupe H3M, propriétaire de la marque-enseigne de vêtements pour enfants, a fait coup double : élargir son offre à la puériculture, activité très complémentaire… Lire la suite

    • Le réseau de franchise Palais des Thés obtient une certification bio
      13 Juil 2018

      Le réseau Palais des Thés a souhaité, depuis 2002, pouvoir proposer à sa clientèle des références bio correspondant à ses exigences de qualité. L’enseigne a ainsi mis en place une première sélection de 10 thés bio, qui s’est étoffée au cours des années. Elle atteint aujourd’hui 41 références, ce qui représente 20 % de l’offre de… Lire la suite

    • La franchise Hydroparts veut déployer 120 ateliers mobiles d’ici 2022
      12 Juil 2018

      Spécialisé depuis 2010 dans la maintenance, le contrôle et le dépannage sur site des hayons élévateurs (situés à l’arrière des véhicules professionnels), le réseau Hydroparts Assistance a accueilli 6 nouveaux franchisés sur l’année 2017 et le 1er semestre 2018. Hydroparts Assistance compte désormais 22 franchisés sur le territoire français Hydroparts Assistance couvre désormais 6 nouvelles… Lire la suite

    • La franchise L’Appart Fitness rachète 3 concurrents et double de taille
      11 Juil 2018

      Fondé à Lyon il y a 10 ans par Patrick Mazerot, le réseau L’Appart Fitness vient de finaliser une deuxième levée de fonds auprès d’Amundi Private Equity Funds afin de racheter les enseignes Amazonia, Gigagym et Wideclub et d’accélérer ainsi son expansion. En intégrant ces clubs sous l’enseigne L’Appart Fitness, l’entreprise dispose désormais d’un maillage… Lire la suite