Fermer
Secteurs / Activités

    La piscine refait surface

    Après deux saisons très difficiles, le marché de la piscine montre des signes de reprise. L’heure n’est pas encore à l’euphorie parmi les enseignes. Mais la confiance semble en partie revenue.

    Chiffres à l’appui, leur fédération (FPP) l’affirme : l’activité des professionnels de la piscine a rebondi “très nettement” ces derniers mois. Victime à la fois de la crise et d’une météo défavorable, le marché avait, rappelons-le, plongé de 25 % en 2008, restant par la suite fort maussade au premier semestre 2009 (-16,5%).

    Un coup de froid inédit pour un secteur habitué à une croissance exponentielle depuis le début des années 2000. Et auquel n’ont pas survécu plusieurs franchiseurs et concédants, tels Aquasteel, Piscine Service Intervention (PSI) ou encore Wood-Line. D’autres n’ont du leur salut qu’à une remise en question profonde de leur modèle, impliquant souvent la fermeture des points de vente les moins performants de leur réseau, comme chez Piscinelle (passé de 23 à 12 franchisés courant 2008) ou Aquilus (passé de 39 concessions fin 2008, à 31 à ce jour).

    Les premiers signes d’une reprise sont apparus en août 2009. “Sitôt que la confiance des ménages est un peu revenue et que la météo a été plus clémente”, souligne Joëlle Pullinx, déléguée générale de la FPP. Qui lit dans ce redémarrage la preuve que le marché “est bien structurellement porteur”.
    Le rebond a été plus marquant, encore, au 4ème trimestre de l’année dernière, durant lequel les ventes de bassins ont progressé de 21 %. “Et cette bonne tendance s’est confirmée en janvier, février et mars 2010, avec des commandes en hausse de 19,5 %”, ajoute la porte-parole de l’organisme. Les professionnels, confiants, s’attendent à une croissance du marché de 10 % sur l’ensemble de l’année. “Les Français ont compris que la piscine était un “placement bonheur” : un moyen d’améliorer leur bien-être tout en valorisant leur patrimoine. Dès lors, il n’y a aucune raison que la demande ne redémarre pas”, insiste Joëlle Pullinx.Du côté des enseignes, on respire. “Les deux années passées n’ont pas été une promenade de santé. Mais nous avons terminé mars 2010 sur un chiffre d’affaires en progression de 36 % par rapport à 2009”, observe ainsi Laurent Ostrowsky, président directeur général de Magiline, 98 magasins au 1er juin 2010 et 15 projets d’ouvertures en concession d’ici la fin de l’année.

    Même soulagement chez le premier fabricant français de piscines Desjoyaux qui, après avoir vu son chiffre d’affaires chuter de 26 % entre 2007 et 2009, reprend des couleurs. Les commandes enregistrées par les 159 magasins à l’enseigne (dont 10 en propre) sont reparties à la hausse. Et le réseau renoue avec l’expansion, certes timidement -trois inaugurations prévues au second semestre 2010 – mais avec confiance. “Notre activité représente de nouveau un potentiel très intéressant pour des candidats à la concession motivés, bons gestionnaires et ayant l’esprit d’entreprendre”, affirme ainsi François-Guillaume Doré, Directeur Commercial de l’entreprise.

    L’enseigne Carré Bleu (53 points de vente au 1er juin 2010, dont 47 en concession) a elle aussi choisi cette période de sortie de crise pour relancer son essor. Trois à cinq ouvertures seraient programmées d’ici la fin 2010, le réseau espérant avoir atteint les 65 à 70 partenaires à l’horizon 2015.

    A noter que les plus petits sont également les plus prudents. Piscines Christine Caron (11 magasins) ou Piscinelle (12) n’affichent ainsi encore que de timides projets d’ouverture cette année. Dans l’attente, sans doute, d’une confirmation de la reprise qui se dessine.

    Enseignes du même secteur