Fermer
Secteurs / Activités

    Les courtiers en crédit restent confiants

    Dans un contexte de baisse du nombre de transactions immobilières et le durcissement des conditions d’octroi de crédits, les réseaux spécialisés entendent tirer leur épingle du jeu et souhaitent voir leur expertise mieux reconnue par les emprunteurs.

    Malgré le ralentissement du marché immobilier et la crise financière, les réseaux spécialisés dans le courtage en crédits et en assurances ont recruté activement en 2008. Ainsi Meilleurtaux, propriété des Caisses d’Epargne depuis  et développé en franchise depuis 2006, a vu son réseau d’agences passer de 59 à 82 unités sous cette forme l’an passé (sur un total de 130). In&Fi Crédits et Asurtis, le spécialiste de l’assurance et du crédit à la consommation ont également étendu leur maillage en franchise, en passant pour le premier de 100 à 117 unités et pour le second de 41 à 52. En activité depuis 1995, mais ouvert plus récemment à la franchise, ACE Prêts Immobiliers prévoit, quant à lui, 20 ouvertures en 2009.

    Néanmoins, tous ces acteurs, qui consacrent une partie, voire la totalité, de leur activité au courtage en crédit immobilier, ont forcément été affectés par le ralentissement du marché survenu fin 2008. Ainsi, le courtier en ligne et en agences Meilleurtaux avait déjà enregistré sur les neuf premiers mois de 2008, un recul de son activité de 17 %. Avant de connaître fin 2008 une crise de gouvernance : en effet, son Pdg et fondateur Christophe Crémer a été révoqué pour « faute grave » par son conseil d’administration.

    Personne n’est tout à fait à l’abri de la mauvaise conjoncture. « Comme beaucoup de nos confrères, nous avons subi les effets de cette crise, reconnaît Patrice Matagne, directeur exécutif d’In&Fi Crédits. Mais dans un contexte de durcissement des conditions d’octroi du crédit, les courtiers représentent un recours pour les acquéreurs. » Le positionnement généraliste du réseau lui aurait en outre permis de mieux résister à la crise : « Nos deux principaux métiers sont les prêts immobiliers (58 % de notre activité) et le rachat de prêts (36 %). Fin 2008, nous avons constaté une augmentation de la part des dossiers de restructuration sur quelques agences », indique Patrice Matagne.

    « Nous avons subi comme tout le monde un ralentissement au 2e semestre 2008, surtout au 4e trimestre, confirme Thierry Jover, directeur de ACE Prêts Immobiliers. Chez nous, 8 800 demandes de prêts se sont concrétisées en 2008, contre 10 000 en 2007, soit une baisse de 20 %. Cette chute du marché a cependant été compensée par la valeur ajoutée du conseil : le nombre de transactions a diminué, mais les professionnels de l’immobilier se sont plus facilement tournés vers les courtiers pour trouver une solution de financement à leurs clients. Aujourd’hui, l’expertise du courtier joue tout son rôle : il a l’occasion de gagner des parts de marché. » Après avoir ouvert sa première agence franchisée en octobre 2008 à Bergerac, ACE Prêts Immobiliers (30 cabinets en propre) s’est implanté à Strasbourg et Albi fin janvier 2009, puis à Angers début février.

    Selon les professionnels, la situation était en train de changer début 2009, car les banques commençaient à répercuter la baisse des taux de la Banque Centrale Européenne. « On peut encore emprunter aujourd’hui, mais on ne peut plus jouer avec les critères, précise Patrice Matagne. La situation contribue à faire du courtier un recours, car le besoin d’informations du consommateur est renforcé par la crise. L’apport des courtiers en termes de part de marché restera incontournable, car le crédit immobilier reste un outil de conquête pour les banques. »

    Enseignes du même secteur