Fermer
Secteurs / Activités

    Nouvelle enquête de l'Insee sur les réseaux d'enseignes - Brève du 2 octobre 2012

    Les réseaux d'enseignes pèsent plus de la moitié de l'emploi et les deux tiers de la surface de vente dans le commerce de détail en magasin, selon une enquête sur les points de vente du commerce de détail en 2009 publié en juin dernier par l'Insee.

    “Les réseaux d’enseignes confirment leur suprématie dans le commerce de détail en magasin, avec plus de la moitié de l’emploi et les deux tiers de la surface de vente”, selon l’Insee. Dans une enquête sur les points de vente du commerce de détail en 2009 publié en juin dernier et intitulée “Grandes surfaces et réseaux d’enseignes dominent le commerce de détail”, l’Institut national de la statistique confirme ses précédentes études sur la question.
    “Les magasins en réseau réalisent, à taille et secteur d’activité donnés, un chiffre d’affaires par personne occupée ou par m² plus élevé que celui des magasins n’appartenant pas à un réseau”, constate également cette enquête, signée par Aline Ferrante, de la Division commerce à l’Insee.
    Selon l’Insee, les réseaux d’enseignes dominent en particulier dans l’alimentation non spécialisée, où ils représentent plus de 90 % de la surface de vente, du chiffre d’affaires et de l’emploi. “En effet, les hypermarchés, supermarchés et magasins multi-commerces appartiennent presque tous à un réseau d’enseignes, et c’est le cas aussi d’une majorité de supérettes, rappellent les auteurs de l’enquête. En revanche, moins d’un tiers des commerces d’alimentation générale appartiennent à un réseau d’enseignes”.
    Les réseaux d’enseignes sont moins présents dans l’alimentation spécialisée et la pharmacie, où ils représentent respectivement 14 % et 7 % de la surface de vente, et 16 % et 2 % du chiffre d’affaires réalisé en magasin selon l’Insee. Dans le commerce de détail non alimentaire, les chiffres d’affaires par personne occupée et par m² des magasins en réseau sont plus élevés respectivement de 10 % et 30 %, par rapport à ceux n’appartenant pas à un réseau, relève également l’enquête. Ils le sont d'environ 20 % dans l'alimentaire.