Fermer
Secteurs / Activités

    Point Soleil guette l'éclaircie

    En difficulté ces dernières années (dettes, fermetures de 35 centres intégrés et franchisés), le leader du bronzage a vu son plan de sauvegarde validé par le Tribunal de Commerce de Paris et restructure son offre pour booster sa rentabilité.

    Le 6 octobre dernier, le Tribunal de Commerce de Paris a validé le plan de sauvegarde de la société Point Soleil, laquelle était placée depuis avril 2013, à l’initiative de son président Hervé Corlay, sous procédure de sauvegarde pour lui permettre notamment d’échelonner ses dettes.

    “Ce plan fait suite à une période difficile, confie le dirigeant, lui-même multifranchisé à la tête de huit centres Point Soleil. Nous avons pâti d’un double effet ciseau avec un endettement bancaire important – suite à l’acquisition du groupe en 2009 – et des niveaux d’activité insuffisants par rapport au business plan initial, en bonne partie imputables au retournement de conjoncture et à la mauvaise publicité régulièrement faite à notre métier. Ce alors que la règlementation du bronzage en cabine en France est déjà la plus stricte au niveau international.”

    Un parc qui a fondu de 25 % en trois ans

    L’évolution quantitative du réseau vient crûment mettre en lumière les difficultés de l’enseigne leader du marché qui, après avoir compté jusqu’à plus de 130 centres courant 2011, n’en fédère plus que 95 (dont 6 succursales) trois ans plus tard… “Nous avons fermé une quinzaine de centres en propre et enregistré un nombre significatif de fermetures de points de vente franchisés – environ 20, surtout des centres ouverts en 2010 et 2011 – pour rentabilité insuffisante”, confirme Hervé Corlay.

    Forcément, pareilles situations peuvent déboucher sur des conflits au sein du réseau. “Nous avons eu quelques procès de franchisés ayant été contraint de fermer leur affaire et qui ont choisi d’impliquer la société”, indique le franchiseur, qui a jusqu’alors toujours gagné en première instance ou en appel.

    Réfutant l’idée selon laquelle le concept, déjà impacté par un fort principe de saisonnalité (la période hivernale n’est que peu propice à l’activité), serait plus adapté aux grandes villes et plus performant à Paris et en région parisienne que dans les villes moyennes de province, le dirigeant reste confiant dans le business model intrinsèque de Point Soleil, soulignant notamment “la bonne résilience des centres plus anciens” à la conjoncture.

    Le parc aujourd’hui “globalement assaini”, Point Soleil doit désormais “regagner la confiance des investisseurs” pour développer le réseau à l’image des récentes ouvertures à Paris dans le seizième et le treizième arrondissement.

    Développer des offres complémentaires

    Pour améliorer la rentabilité de ses points de vente et de ses franchisés, Point Soleil mise désormais sur des centres mixtes proposant, en complément des traditionnelles cabines de bronzage, une activité d’aquabiking en cabine individuelle. Une vingtaine d’instituts sont déjà équipés en la matière avec, à la clé, une croissance d’activité significative et un panier moyen en hausse (21 à 22 euros contre 16 à 17 euros pour le le bronzage seul).

    “Il s’agit de nous adapter aux besoins en évolution de nos clients et de toucher une clientèle plus large avec une activité complémentaire au bronzage et une optimisation de l’utilisation des cabines (6 à 8 en moyenne dans un centre Point Soleil de 90 à 100 m²) dont les moins rentables peuvent être utilisées pour l’aquabiking”, explique Hervé Corlay.

    D’autres pistes sont mûries ou en test (soins visage de rajeunissement, relaxation…) pour enrichir l’offre et faire de l'enseigne le leader sur le marché du bien-être en cabine individuelle.

    Enseignes du même secteur
    Demander une
    documentation

    Pour plus d'informations sur POINT SOLEIL

    Recopiez le mot dans le champ ci-dessous :

    Je suis intéressé par la franchise POINT SOLEIL