Fermer
Secteurs / Activités

    Sophie Richard, fondatrice du réseau Viagimmo

    Nous visons un déploiement de qualité et raisonné, car un franchisé Viagimmo doit être identifié comme un référent sur son marché local

    Sophie Richard, fondatrice de la franchise immobilière Viagimmo, spécialiste du viager

    Où en est le développement en licence de marque de l’enseigne Viagimmo ?

    Viagimmo regroupe aujourd’hui 14 agences avec un maillage bien dessiné, de Lille à Marseille en passant par Bordeaux et Saint Malo. Viagimmo est également implanté sur Paris 15ème et bientôt Paris 16ème. Nous avons actuellement une vingtaine de dossiers de candidatures en cours de traitement sur des villes attractives et des profils de candidats intéressants. Depuis le début de la crise sanitaire, le secteur de l’immobilier a la chance de ne pas connaître les difficultés rencontrées par d’autres secteurs tels que ceux de la restauration ou de l’habillement par exemple.

    Depuis cette crise sanitaire, j’ai pu constater que beaucoup de personnes souhaitent quitter leur zone de confort et s’engager pleinement dans la voie de l’entreprenariat. Il est vrai que nous sommes aujourd’hui de plus en plus nombreux à vouloir donner du sens à notre vie professionnelle. C’est un réel challenge. Suite à divers passages médias, nous avons eu une très forte visibilité ces derniers mois par de belles couvertures médiatiques post-confinement. Des sujets au JT de France 2, sur BFM, sur TF1 dans l’émission Grands reportages et également des passages radio et presse écrite. Nous avons reçu plus de 170 candidatures pour des ouverture d’agences Viagimmo en deux mois. Pour autant, nous opérons une stricte sélection des dossiers car nous ne sommes pas dans un objectif de développement de masse de notre marque. Nous visons un déploiement raisonné de qualité pour installer durablement le réseau Viagimmo dans le paysage immobilier français. Le métier de viagériste est un métier qui ne s’improvise pas, savoir-faire et savoir-être sont étroitement liés. Je souhaite prendre le temps d’accompagner qualitativement les licenciés et les aider à se développer en master franchise si tel est leur souhait.

    Quel a été l’impact de la crise sanitaire sur l’activité du réseau ?

    Pendant et après le confinement nous avons observé un pic de fréquentation sur notre site internet : le nombre de visites a doublé, tout comme le nombre de téléchargements gratuits de notre Guide pratique du viager. Je pense que les personnes « confinées » ont profité de ce temps de réflexion pour s’informer sur le dispositif viager. Nous avons connu une hausse d’activité et ce, sur l’ensemble des agences du réseau notamment de la part des vendeurs. Ils sont à la recherche de solutions au mieux vieillir à domicile. Beaucoup de séniors ne souhaitent pas ou plus partir en maison de retraite et préfèrent rester chez eux, dans le domicile qu’ils ont toujours connu. Cette demande est également souvent formulée par les enfants qui nous contactent pour que nous les aidions à trouver des solutions pour leurs parents. Nous avons eu beaucoup de demandes d’estimations viagères et rentré des mandats de vente intéressants.

    Nous constatons également un fort intérêt de la part des acquéreurs, qui cherchent à investir dans la pierre, placement refuge et tangible. Certains nous disent avoir peur de la situation économique actuelle et ne souhaitent pas laisser leurs économies en banque. Ils se tournent alors vers le viager occupé qui est de l’achat d’immobilier décoté, sans tracas locatif et sans pression fiscale. D’autres se voient refuser des prêts bancaires pour accéder à la propriété, nous les orientons alors vers le viager libre. Nous observons une réelle méconnaissance sur le sujet du viager. Peu savent qu’ils peuvent acheter leur résidence principale grâce au viager libre ! Donc pour résumé, nous avons une activité soutenue, beaucoup de demandes d’informations et une belle hausse des ventes dans nos agences Viagimmo.

    Quel profil de licenciés recherchez-vous en priorité ?

    Agence immobilière sous enseigne Viagimmo aux Sables d'Olonne

    Je dirais que le métier de viagériste s’apparente plus au gestionnaire de patrimoine qu’à celui d’agent immobilier traditionnel. Le viagériste se doit d’avoir des compétences diverses et plurielles. Le savoir-être est un critère tout aussi substantiel pour moi que le savoir-faire, je suis donc à la recherche de ces « soft skills » [« compétences comportementales », NDR] qui ne s’apprennent pas. Vous savez, tout ce qu’on ne connaît pas peut faire peur donc le viager peut faire peur car beaucoup trop d’idées reçues entourent cette vente immobilière.  Pour devenir licencié Viagimmo, il faut notamment être capable de créer ce lien de confiance avec ses clients, qu’ils soient vendeur ou acquéreur, pour démocratiser cette vente, rendre l’information plus transparente et moins opaque. Ce qui requiert écoute bienveillance et éthique. J’ai pour habitude de demander à mes licenciés lors de la formation Viagimmo : « Est-ce que tu conseillerais cette solution à ta grand-mère ou à ton grand-père ? »

    Je vais plutôt axer ma sélection sur des candidats avec un tempérament de challenger, qui souhaiteront ouvrir dans le temps une deuxième agence, comme c’est par exemple le cas pour l’agence de Versailles : 18 mois après son ouverture, il est déjà en recherche de locaux pour implanter une deuxième unité à proximité de sa zone. C’est le signal fort que notre concept fonctionne et que les membres du réseau ont la liberté d’entreprendre et de se développer s’ils le souhaitent.

    Il ne faut jamais oublier que la richesse d’un réseau se mesure à travers les membres qui le composent. C’est pourquoi chez Viagimmo, le partage d’expériences, la mise à disposition de nos compétences plurielles fait partie de notre ADN. Nous avons par exemple créé différentes commissions : marketing, technique, juridique et chaque licencié est libre d’y travailler ou non pour apporter sa valeur ajoutée. Au sein de ces commissions nous réfléchissons sur la création de nouveaux outils, nous ajustons, affinons ceux qui sont déjà en place… L’idée est d’avoir une vision prospective de notre marché pour être leader d’opinion et apporter une véritable expertise sur un marché de niche. Je crois beaucoup en l’alliance fédératrice d’un réseau. Ensemble nous allons plus loin.

    Quels sont vos objectifs de développement ? Quelles régions souhaitez-vous couvrir en priorité ?

    Sans cet épisode Covid-19, nous avions pour objectif de compter entre 20-25 implantations au 31 décembre 2020. Mais compte tenu de la crise sanitaire, nous pensons être une vingtaine d’agences d’ici la fin du 1er trimestre 2021 et en regrouper une trentaine d’ici la fin d’année 2021. Nous avons recruté deux nouvelles personnes sur le back office en charge de l’accompagnement des licenciés au quotidien pour faire face à la volumétrie de travail.

    Concernant les zones d’implantation, toute la France est concernée par le dispositif du viager. A Montélimar, par exemple, la dernière agence Viagimmo à ouvrir ses portes, notre expert viagériste Thibault Ponserre a déjà finalisé sa sixième vente en trois mois. Preuve que le développement peut se faire sur tous types de villes : des petites, moyennes ou grandes agglomérations. L’enseigne est déjà implantée à Paris et nous souhaitons couvrir tout le bassin parisien. Nous sommes aussi très bien représentés dans l’Ouest, grâce à nos dernières ouvertures à Saint-Malo et Vannes. Nous allons accentuer notre développement dans l’Est de la France, où nous sommes actuellement moins présents.

    Viagimmo est un concept juridiquement souple : un viagériste suffit, il n’y a pas nécessairement besoin de RH. Il n’y a pas non plus besoin de stock, matières premières etc… Les charges sont donc assez faibles : elles se résument au frais de communication (notoriété et diffusion des biens à vendre), au coût du local, de la redevance de marque et des frais classiques (eau, téléphone, électricité, assurance, comptable etc..) tandis que les recettes proviennent des honoraires d’agence, il s’agit de prestations intellectuelles en somme. Concernant l’agence, un local de 30 à 40 m² suffit ; l’emplacement de l’agence est un point clé important. Nous aidons le licencié dans cette démarche. Il faut avoir une agence physique 100 % viager, la voiture du viagériste ne peut pas être son bureau, en viager c’est impossible à mon sens…Il faut enfin être titulaire ou éligible à la carte professionnelle d’agent immobilier.

    J’en ai fait moi-même l’expérience avant d’imposer ces 2 critères liés à l’agence physique 100 % viager et la carte pro dans notre grille de recrutement. Les personnes recherchent des spécialistes, les clients doivent se sentir en confiance dans un univers qu’ils ne maîtrisent pas toujours. Un licencié Viagimmo doit être identifié comme le référent incontournable sur son marché local. Exercer sous sa propre carte professionnelle, défendre son nom et sa réputation, assumer ses responsabilités, n’ont pas le même sens quand on exerce sous la carte de quelqu’un d’autre.

    40 000 €
    Apport personnel
    16 000 €
    Droit d'entrée
    Voir la fiche
    Enseignes du même secteur
    Demander une
    documentation

    Pour plus d'informations sur VIAGIMMO

    Recopiez le mot dans le champ ci-dessous :

    Je suis intéressé par la franchise VIAGIMMO
    Consultez l'Indicateur de la Franchise