Fermer
Secteurs / Activités

    Tartine et Chocolat : Zannier s'en mord les doigts ?

    Aujourd’hui, le dirigeant fondateur du groupe Zannier va se retrouver à la barre du tribunal de commerce de Paris face à Catherine Painvin. La fondatrice de la marque-enseigne Tartine et Chocolat a assigné son repreneur  – l’un des plus grands groupes de prêt-à-porter enfant au monde – parce qu’elle estime avoir été « spoliée » lors de la reprise de son entreprise en 2004, selon ses propos tenus face à nos confrères du Parisien./ Aujourd’hui en France.
    Rappel des faits. En 2004, la fondatrice de la marque de layette haut de gamme, se trouve dans une mauvaise passe et souhaite profiter de l’aura de sa marque pour se développer à l’international. Au même moment, le groupe Zannier (Z, Catimini, Chipie… plus d’une vingtaine de marques) est à la recherche d’un positionnement haut-de-gamme. En Avril, Catherine Painvin cède ses actions au groupe (transaction estimée à 2 millions d’euros. source : Le Parisien), en espérant pouvoir travailler dans la société en tant que styliste. Mais le leader de mode enfantine commande un audit qui se terminera à l’été 2004 par le dépôt de bilan de Tartine & Chocolat.

    Aujourd’hui la plaignante réclame 12 millions d’euros de dommages et intérêts pour avoir été trompée sur les intentions de son repreneur. De son côté, la défense de  Roger Zannier estime ne pas avoir prémédité le dépôt de bilan. 
    Rappelons, que le réseau Tartine et Chocolat compte en France une quinzaine de boutiques (dont la moitié serait en commerce indépendant organisé). L’enseigne est aussi présente dans 9 autres pays.

    Enseignes du même secteur