Fermer
Secteurs / Activités

    Un franchisé Ekolux témoigne - Brève du 22 octobre 2014

    A cinquante ans, Pierre de Matharel a pris la décision de laisser derrière lui sa carrière de cadre supérieur dans les services pour ouvrir en franchise une boutique Ekolux.

    Il jouissait, en tant que cadre supérieur, de revenus confortables. Mais, à 50 ans, Pierre de Matharel a eu envie de changer d’air. Diplômé de l’école hôtelière de Lausanne, passé par la case Accor, la restauration collective, le transport, l’homme est directeur général France d’un géant de la propreté industrielle lorsqu’il opte en 2010 pour un nouvel itinéraire. “J’ai négocié mon départ et disposais donc de quoi monter ou reprendre une entreprise. La franchise m’est apparue comme une option intéressante.”

    Une enseigne pleine de potentiel

    Le quinqua envisage un temps de monter un hôtel mais il abandonne vite ce projet. “Et puis, je suis tombé sur le dossier Ekolux. Et il m’a tout de suite beaucoup intéressé.” L’enseigne, spécialisée dans le carrelage en pierre naturelle, répond à plusieurs des critères que s’était fixés l’entrepreneur : un montant d’investissement raisonnable, un chiffre d'affaires censé atteindre rapidement le million d’euros annuels, un nombre de salariés limité et une rentabilité satisfaisante. L’expérience de Pierre dans la gestion d’entreprise, sa forte sensibilité commerciale, sa disposition à “mettre les mains dans le cambouis”, convainquent l’enseigne qu’il fera un bon partenaire.

    Un peu plus de 300 000 € d’investissement

    Pierre décide de s’installer dans le sud-ouest de la région parisienne, certain que le secteur est porteur en termes de pouvoir d’achat et d’habitudes de consommation. Une étude de marché fournie par le franchiseur confirme son intuition, et l’entrepreneur trouve un ancien local industriel de 800 m² au sein d’une zone commerciale dynamique (à deux pas d’Auchan et Ikea) à Plaisir, dans les Yvelines. De gros travaux sont nécessaires. Ils coûteront, avec l’équipement matériel du point de vente, quelque 150 000 € au franchisé. Un droit d’entrée de 45 000 €, un stock de départ de 100 000 € et près de 30 000 € de publicité de lancement viennent compléter l’enveloppe totale.

    Un chiffre d'affaires un peu en dessous du prévisionnel

    Entre la signature de son contrat en juillet 2012 et l’ouverture de son magasin en avril 2013, Pierre suit la formation délivrée par l’enseigne. Puis, accompagné par l’animateur dépêché sur place pour le soutenir, inaugure sa boutique. “J’ai été surpris car les ventes ont décollé assez vite.” Un peu plus d’un an après son démarrage, le point de vente est un peu en dessous des prévisionnels, “mais nous sommes en train de rectifier ce premier exercice déficitaire”, précise Pierre qui entend bien tirer une rémunération plus que raisonnable de son activité.

    90 000 €
    Apport personnel
    15 000 €
    Droit d'entrée
    Voir la fiche
    Enseignes du même secteur