Fermer
Secteurs / Activités

    Yannick Ainouche, président de la franchise Ex’Im

    Nous recensons à ce jour 68 agences. Notre objectif est d’en totaliser 120 d’ici à trois ans.

    Vous avez accédé, le 1er octobre, à la présidence du réseau EX’IM. Quel plan d’actions avez-vous défini pour les proches années à venir ?
    Après les phases d’amorçage de l’enseigne, entre 2004 et 2006, et de structuration financière, de 2011 à aujourd’hui, nous entamons une troisième étape, celle du développement en franchise sur le territoire. Nous recensons à ce jour 68 agences. Notre objectif est d’en totaliser 120 d’ici à trois ans, suivant un plan de recrutement annuel de 10 franchisés en 2017 et une vingtaine en 2018 et 2019.

    Sur quels moteurs allez-vous pouvoir compter pour atteindre cet objectif ?
    Notre métier qui, je le rappelle, s’articule autour du diagnostic immobilier à la vente et à la location (diagnostics plomb, gaz, électricité, DPE, mesurages Loi Carrez/Loi Boutin, ERNMT, mise en copropriété, etc.) renforcé, ces dernières années, par la gestion des problématiques liées à l’amiante, s’appuie, premièrement, sur un levier fort : la bonne santé du marché de l’immobilier. Cette année, 850 000 transactions ont été enregistrées, dont près de 800 000 dans l’ancien, contre 770 000 l’an passé. S’agissant de 2017, les indicateurs conjoncturels montrent que la croissance de l’immobilier sera également au rendez-vous. Second levier sur lequel nous pourrons compter : le vote de la loi Alur qui imposera, à compter du 1er juillet prochain comme la législation l’exige dans les transactions d’achats-ventes, un diagnostic immobilier pour les locations de biens âgés de plus 25 ans. Un énorme marché s’ouvre ainsi à nous.

    Avez-vous réussi à quantifier le gisement d’affaires que le vote de la loi Alur générera pour votre activité ?
    Certes le chiffre doit être pris avec des pincettes, mais nous avons estimé à 1,2 million le nombre de diagnostics immobiliers que le réseau sera susceptible de réaliser dans les trois prochaines années uniquement sur ce volet location. Ce gisement nous oblige même à anticiper une difficulté à absorber toutes les commandes. Mais nous ferons front : s’ajoutant aux dix nouvelles agences que nous ouvrirons l’an prochain, nous avons prévu de recruter, dès 2017, 55 nouveaux diagnostiqueurs.

    Quelles sont les caractéristiques-types d’un franchisé EX’IM ?
    Un candidat à la franchise EX’IM, outre de développer une réelle fibre entrepreneuriale, doit être attiré par les univers de la filière BTP. Dans la gestion de son agence, nécessairement certifiée par un organisme de certification et implantée de préférence en zone d’activité sur un bassin de 300 000 à 350 000 habitants, il doit s’appuyer, au démarrage, sur une assistante et un technicien. Pour la bonne tenue de son affaire, il doit également développer de solides relations au niveau local avec les cabinets de notaires et les agences immobilières. Concernant enfin le chiffre d’affaires annuel moyen d’une agence EX’IM, il a atteint, en 2016, 437 000 euros HT.

    Enseignes du même secteur
    Demander une
    documentation

    Pour plus d'informations sur EX’IM

    Dénicher les meilleures franchises Envoyer ma demande aux franchises du même secteur / activité, sélectionnées par Franchise Magazine !

    Recopiez le mot dans le champ ci-dessous :

    Je suis intéressé par la franchise EX’IM Trouvez votrelocal