Fermer
Secteurs / Activités

    Défaut d’assistance du franchiseur invoqué trop tard : le franchisé est débouté

    Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someonePrint this page
    Brève
    28 mars 2018

    Un franchisé reproche à son franchiseur de ne pas l’avoir aidé alors que son entreprise, nouvellement créée, s’est rapidement trouvée en difficulté. Mais parce qu’il n’a invoqué ce défaut d’assistance qu’après avoir rompu le contrat, il est débouté par la justice.

    Le 17 janvier 2018, la Cour de cassation a rejeté le pourvoi d’un franchisé qui réclamait, entre autres, la résiliation de son contrat et des dommages et intérêts.

    Dans ce litige, le DIP (Document d’information précontractuel) est remis en décembre 2009. Comptable pendant une vingtaine d’années, le franchisé s’engage dans une activité commerciale qu’il ne connait pas, confiant dans la formation initiale promise. Il y est aussi encouragé par les prévisions d’activité optimistes transmises par le franchiseur.

    Or, rapidement après sa formation et son lancement, ce franchisé connait des difficultés. Mais, selon lui, l’enseigne ne lui vient pas en aide alors que, de son côté, il respecte ses obligations contractuelles. Il en arrive à suspendre son activité et le paiement de ses redevances.

    Peu après, le 21 juillet 2011, il invoque dans un courrier à son franchiseur son « impossibilité de poursuivre le contrat de franchise » et annonce sa décision de mettre en vente son fonds de commerce.

    Le 21 septembre, le franchiseur en prend officiellement acte. Mais, toujours selon le franchisé, ne fait rien pour le retenir tout en lui réclamant fermement, à plusieurs reprises par la suite, les redevances impayées.

    Le 21 mai 2012, le franchisé met fin à son contrat de façon anticipée, puis assigne son franchiseur en justice.

    Le franchisé n’a pas officiellement demandé d’assistance avant de rompre…

    Conseils-Devenir-Franchise-AssistanceSaisie, la cour d’appel de Riom reconnaît, le 4 mai 2016, que « le franchiseur n’établit pas la consistance de l’aide personnalisée qu’il aurait apportée à ce (franchisé) en difficulté. »

    Mais elle considère que les deux parties ont « manqué à leurs obligations contractuelles » et rejette les demandes de dommages et intérêts.

    La cour estime de même qu’il n’y a pas lieu de résilier le contrat aux torts du franchiseur car, dans son courrier du 21 juillet, le franchisé ne lui demande aucune aide ou assistance (à laquelle  l’enseigne n’aurait pas répondu).

    Il n’y a donc à ses yeux aucune preuve de ce défaut invoqué d’assistance.

    Les magistrats de la Cour de cassation valident ce raisonnement.

    Ils notent que, dans ses différents courriers de 2011 et 2012, le franchisé  « impute au franchiseur des manquements à son obligation précontractuelle d’information, sans lui reprocher son défaut d’assistance ».

    Pour la Cour, le franchisé a donc décidé de rompre unilatéralement son contrat pour des « manquements  non liés à l’obligation d’assistance du franchiseur, (obligation qu’il) n’a invoquée qu’après (…) la rupture ».

    De sorte que « l’inexécution de cette obligation ne pouvait justifier (sa décision). »

    A lire également

    • Laiterie Gilbert poursuit sa conquête de l’Hexagone
      20 Oct 2018

      L’entrée, fin 2017, de CASRA Capital, un fonds d’investissement géré par Crédit Agricole Alpes Développement, au capital de Laiterie Gilbert était annoncé comme devant, en particulier, contribuer à consolider le développement du réseau. Cela s’est récemment concrétisé avec l’ouverture de plusieurs unités du concept de fromagerie. Après s’être essayé à des professions diverses, notamment dans… Lire la suite

    • L’enseigne de bars à bière Au Fût et à Mesure fête ses 10 ans
      19 Oct 2018

      Lancée en 2008 par trois entrepreneurs Lillois, Benoit Pétiau, Guillaume Pétiau et Quentin Desreumaux, l’enseigne de bars à bières Au Fût et à Mesure fête cette année ses 10 ans. L’occasion pour la tête de réseau de dresser un premier bilan, qui met aussi en lumière la diversification de ses activités. En plus d’un réseau… Lire la suite

    • SmartOne veut dupliquer son concept en franchise
      18 Oct 2018

      Apparu en 2015, SmartOne est un concept spécialisé dans la vente d’objets connectés et d’accessoires pour téléphones mobiles créé par David Thirion et Cédric Pradel. Il propose un large choix d’objets connectés (montres…) et d’accessoires de mode pour smartphones et tablettes, tels que des enceintes, des casques, des accessoires audio (casques filaires ou sans fil, enceintes… Lire la suite

    • Aquabecool veut essaimer dans toute la France
      16 Oct 2018

      Le premier centre de sport aquatique Aquabecool a ouvert ses portes en France à Saint-Maximin-la-Sainte-Baume (Var) en 2013. L’objectif était de proposer un concept permettant de pratiquer une activité sportive dans l’eau, donc sans stress musculaire ni articulaire. L’enseigne propose des cours de qualité, encadrés par des coaches diplômés d’état dans des équipements haut de… Lire la suite

    • Partenariat entre l’enseigne Maison de la Presse et Monte Ta Franchise !
      15 Oct 2018

      Le groupe NAP, qui développe et anime le réseau d’enseignes culturelles Maison de la Presse et Mag Presse, vient de s’associer avec Monte Ta Franchise !, fonds social dédié au financement de l’entrepreneuriat en franchise. Son objectif est de favoriser la création et le développement d’entreprise dans les territoires prioritaires, où les besoins sont les plus… Lire la suite

    A lire également sur ce thème

    • Rachat d’un réseau : un franchiseur sanctionné
      09 Oct 2018

      La cour d’appel de Paris (Pôle 5, chambre 4) vient, le 12 septembre 2018, de condamner à plus de 200 000 € de dommages et intérêts un franchiseur pour rupture fautive d’un contrat suite au rachat d’un réseau. Juin 2010 : le franchisé, qui vient d’ouvrir deux points de vente apprend que son réseau est racheté… Lire la suite

    • Prévisionnels en franchise : un écart de 50 % n’entraine pas forcément la nullité du contrat
      05 Oct 2018

      La cour d’appel de Versailles vient de refuser, le 11 septembre 2018, d’annuler un contrat de franchise pour tromperie. Le contrat est signé en 2010 pour 7 ans. Le magasin ouvre l’année suivante. Problème : au lieu des 450 000 € de chiffre d’affaires prévus la première année, le couple de franchisés démarre difficilement, n’atteignant que… Lire la suite

    • Foncia franchise encore gagnante quoique un peu épinglée en appel
      21 Sep 2018

      La cour d’appel de Versailles a tranché, le 3 juillet 2018, un litige concernant l’enseigne d’agences immobilières Foncia. Lorsqu’en juin 2013 Foncia annonce que 43 des 95 contrats de franchise de son réseau de 550 unités ne seront pas renouvelés une fois parvenus à leur terme, le franchisé fait partie de ceux qui tentent de… Lire la suite

    • Un franchisé Subway débouté par la cour d’appel de Paris
      18 Sep 2018

      Le 11 septembre 2018, la cour d’appel de Paris a débouté de toutes ses demandes un franchisé Subway en litige avec son franchiseur. Le contrat de franchise est signé en 2011. En octobre 2015, l’enseigne résilie le contrat du franchisé pour défaut de paiement de ses redevances. Et en novembre, engage – conformément à ce… Lire la suite

    • Toutes les clés pour entreprendre en restauration
      11 Sep 2018

      Le premier Forum dédié à l’Accompagnement des Entrepreneurs de la Restauration aura lieu le 25 septembre 2018 à Paris. Cette matinée d’ateliers en petits groupes, conférences et tables rondes s’adresse à « tout porteur de projet en restauration, quel que soit son état d’avancement », explique son organisateur Emergence concepts, agence conseil et incubateur sur ce secteur…. Lire la suite