Fermer
Secteurs / Activités

    La résiliation d’un contrat de franchise pour défaut d’assistance refusée en cassation

    Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someonePrint this page

    Un franchisé contestait la qualité de l’assistance de son franchiseur et, entre autres, le faible nombre de ses visites. Des griefs infondés ou ne justifiant pas la résiliation aux torts du franchiseur, selon la justice.

    Le 7 mars 2018, la Cour de cassation a rejeté  le pourvoi d’un franchisé qui accusait son franchiseur d’avoir manqué à ses obligations d’assistance.

    Le franchisé mettait en cause la qualité de l’assistance reçue.

    Constat d’huissier à l’appui, il pointait l’absence de cohérence et de mise à jour des outils de communication du réseau (notamment le site internet sans actualisation « depuis plusieurs mois »).

    Autres reproches : l’échec de plusieurs opérations de promotion « coûteuses » et « inadaptées » et l’intervention trop tardive (au bout d’un an) et sans effet durable du franchiseur pour modérer les appétits d’un autre franchisé du réseau envers son territoire.

    Conseils-Devenir-Franchise-AssistancePar ailleurs, le franchisé regrettait le faible nombre des visites (alors qu’il devait faire face à de sérieuses difficultés). Après l’assistance à l’ouverture (5 jours en février et 5 jours en mars 2009), il n’y avait eu que trois rendez-vous en deux ans : juillet 2009, janvier 2010 et août 2011. Le franchiseur s’étant en outre abstenu de délivrer au franchisé ses comptes-rendus et quelque conseil que ce soit. Ainsi, l’un de ces rapports, communiqué aux juges mais pas au franchisé, constatait que  celui-ci « était nettement en dessous de son seuil de rentabilité », mais le franchiseur « ne proposait aucune solution structurelle. »

    Le contrat ne prévoyait pas d’obligation du franchiseur en matière de visites

    En 2016, les magistrats d’appel ont rejeté tous ces arguments, estimant que « le franchiseur n’avait pas manqué à son obligation (…) d’assistance du franchisé ».

    L’absence de mise à jour des supports de vente ? Un simple décalage lié aux délais d’impression « très limité dans le temps ».  Le constat d’huissier ? « Pas probant », le franchisé ayant pu choisir les documents qui l’arrangeaient. Le site internet ? Les franchisés n’étaient « pas contraints de s’y inscrire ».  Les promotions ? Résultant d’une « adaptation du réseau » face à une concurrence particulièrement agressive, elles étaient «limitées dans le temps » et, « pour certaines, facultatives ». Les conflits de zone ? Le franchiseur leur a donné « les suites appropriées ».

    Quant aux visites trop peu fréquentes, « le contrat ne prévoit aucune obligation pour le franchiseur », sur ce point relevaient les juges. Il s’agit d’une « simple faculté  (de contrôle)» pour lui. Le franchisé ne peut donc « invoquer un défaut de visite » de son unité qu’il est « censé tenir en conformité avec ses obligations contractuelles, sans qu’il soit besoin d’un contrôle ».

    En outre, les représentants du franchiseur ont noté (pour lui) « de façon récurrente » « des carences d’hygiène et de nettoyage (…), l’absence de (certains matériels) »  et « le besoin de recruter des personnels supplémentaires ». 

    Les magistrats ajoutaient que d’autres visites « pouvaient être demandées par le franchisé » (selon le contrat). Et que cela n’a pas été le cas avant la fin 2010.

    Saisie, la Cour de cassation valide entièrement l’arrêt d’appel qui devient définitif. Le contrat est résilié, mais aux torts du franchisé (pour l’avoir interrompu sans raison valable aux yeux de la justice). Il devra reverser quelque 40 000 € de redevances à son ex-franchiseur.

    A lire également

    • SmartOne veut dupliquer son concept en franchise
      18 Oct 2018

      Apparu en 2015, SmartOne est un concept spécialisé dans la vente d’objets connectés et d’accessoires pour téléphones mobiles créé par David Thirion et Cédric Pradel. Il propose un large choix d’objets connectés (montres…) et d’accessoires de mode pour smartphones et tablettes, tels que des enceintes, des casques, des accessoires audio (casques filaires ou sans fil, enceintes… Lire la suite

    • Aquabecool veut essaimer dans toute la France
      16 Oct 2018

      Le premier centre de sport aquatique Aquabecool a ouvert ses portes en France à Saint-Maximin-la-Sainte-Baume (Var) en 2013. L’objectif était de proposer un concept permettant de pratiquer une activité sportive dans l’eau, donc sans stress musculaire ni articulaire. L’enseigne propose des cours de qualité, encadrés par des coaches diplômés d’état dans des équipements haut de… Lire la suite

    • Partenariat entre l’enseigne Maison de la Presse et Monte Ta Franchise !
      15 Oct 2018

      Le groupe NAP, qui développe et anime le réseau d’enseignes culturelles Maison de la Presse et Mag Presse, vient de s’associer avec Monte Ta Franchise !, fonds social dédié au financement de l’entrepreneuriat en franchise. Son objectif est de favoriser la création et le développement d’entreprise dans les territoires prioritaires, où les besoins sont les plus… Lire la suite

    • Amazing Jewelry : bientôt 10 bijouteries franchisées en France
      15 Oct 2018

      Amazing Jewelry prend peu à peu ses quartiers en France. Après avoir ouvert une première franchise à Ajaccio, en avril 2018, l’enseigne de bijouterie fine à petits prix lancée en 2016 par le Danois Jesper Nielsen a successivement depuis ouvert à la Réunion, à l’Ile Maurice, à Marseille (Les Terrasses du Port), à Levallois-Perret (So… Lire la suite

    • La franchise Avéo et le réseau Home-Staging Experts se rapprochent pour accélérer
      12 Oct 2018

      Le secteur du home staging en réseau se structure : deux acteurs historiques du métier, la franchise Avéo et Home-Staging Experts, développé en partenariat, viennent en effet d’annoncer leur rapprochement au sein du même groupe. Cette opération « inaugure la phase d’accélération du déploiement du home staging en France », selon un communiqué commun. Popularisé notamment par les… Lire la suite

    A lire également sur ce thème

    • Rachat d’un réseau : un franchiseur sanctionné
      09 Oct 2018

      La cour d’appel de Paris (Pôle 5, chambre 4) vient, le 12 septembre 2018, de condamner à plus de 200 000 € de dommages et intérêts un franchiseur pour rupture fautive d’un contrat suite au rachat d’un réseau. Juin 2010 : le franchisé, qui vient d’ouvrir deux points de vente apprend que son réseau est racheté… Lire la suite

    • Prévisionnels en franchise : un écart de 50 % n’entraine pas forcément la nullité du contrat
      05 Oct 2018

      La cour d’appel de Versailles vient de refuser, le 11 septembre 2018, d’annuler un contrat de franchise pour tromperie. Le contrat est signé en 2010 pour 7 ans. Le magasin ouvre l’année suivante. Problème : au lieu des 450 000 € de chiffre d’affaires prévus la première année, le couple de franchisés démarre difficilement, n’atteignant que… Lire la suite

    • Foncia franchise encore gagnante quoique un peu épinglée en appel
      21 Sep 2018

      La cour d’appel de Versailles a tranché, le 3 juillet 2018, un litige concernant l’enseigne d’agences immobilières Foncia. Lorsqu’en juin 2013 Foncia annonce que 43 des 95 contrats de franchise de son réseau de 550 unités ne seront pas renouvelés une fois parvenus à leur terme, le franchisé fait partie de ceux qui tentent de… Lire la suite

    • Un franchisé Subway débouté par la cour d’appel de Paris
      18 Sep 2018

      Le 11 septembre 2018, la cour d’appel de Paris a débouté de toutes ses demandes un franchisé Subway en litige avec son franchiseur. Le contrat de franchise est signé en 2011. En octobre 2015, l’enseigne résilie le contrat du franchisé pour défaut de paiement de ses redevances. Et en novembre, engage – conformément à ce… Lire la suite

    • Toutes les clés pour entreprendre en restauration
      11 Sep 2018

      Le premier Forum dédié à l’Accompagnement des Entrepreneurs de la Restauration aura lieu le 25 septembre 2018 à Paris. Cette matinée d’ateliers en petits groupes, conférences et tables rondes s’adresse à « tout porteur de projet en restauration, quel que soit son état d’avancement », explique son organisateur Emergence concepts, agence conseil et incubateur sur ce secteur…. Lire la suite