Fermer
Secteurs / Activités

    Épilation à la lumière pulsée : deux contrats Dépil Tech annulés

    Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someonePrint this page

    Le tribunal de commerce de Nice vient d’annuler deux contrats de franchise Dépil Tech. Non parce que l’activité d’épilation à la lumière pulsée serait illicite, mais pour « vice du consentement » du franchisé. Le franchiseur fait appel. D’autres procédures sont en cours.

    Cabine franchise Depil'TechLe tribunal de commerce de Nice vient d’annuler, le 25 janvier, deux contrats de franchise Dépil Tech, pour « dol et vice du consentement ».

    Les juges estiment que le franchisé, qui avait, fin 2014, signé l’ouverture de deux instituts (à Valence et Alès) a été trompé. Le franchiseur s’étant livré à des « manœuvres dolosives » :

    -le DIP (document d’information précontractuel) transmis était « incomplet »,

    -il contenait « les résultats d’un seul centre » à l’enseigne et encore « pas les plus récents disponibles ».

    -la « preuve irréfutable de la rentabilité » du concept n’était pas fournie

    -par ailleurs, le DIP ne faisait « aucune référence » à l’incertitude juridique qui pèse sur l’activité d’épilation à la lumière pulsée

    -au contraire, il mentionnait l’analyse d’un expert faisant « état de l’ouverture au droit européen et d’une évolution sociologique », une analyse « de nature à induire les franchisés en erreur quant aux possibilités d’utilisation du matériel (de lumière pulsée par des non-médecins) ».

    Pour les juges de Nice, le dol est « caractérisé ». Les deux contrats sont annulés et le franchiseur est condamné à rembourser 44 000 € de droits d’entrée et au total plus de 100 000 € de travaux, matériels, mobilier et redevances perçues.

    Le tribunal ne tranche pas le caractère – illicite ou non – de l’activité

    Toutefois, le tribunal ne prononce pas l’exécution provisoire de ce jugement.

    De même, il se déclare incompétent (comme dans plusieurs litiges Dépil Tech précédents) sur le fait de savoir si l’objet du contrat (l’activité d’épilation à la lumière pulsée) est ou non illicite.

    Pour les juges consulaires, le rapport de l’Anses (Agence nationale de la sécurité sanitaire), rendu public sur le sujet en décembre 2016 n’a rien changé car, selon eux, il « ne se prononce pas sur une évolution de la réglementation ».

    Une réglementation nouvelle fortement espérée par la CNEP et les franchiseurs du secteur, mais qui ne se profile toujours pas à l’horizon.

    C’est donc encore l’arrêté de 1962 qui doit « servir de base légale » sur le sujet selon les juges. (Rappelons que ce texte interdit en France aux non-médecins toute activité d‘épilation autre qu’à la cire ou à la pince…).

    Mais comme « de nombreuses franchises ont été ouvertes (à l’enseigne Dépil Tech) et qu’aucune à ce jour n’a été interdite par les pouvoirs publics », le tribunal de commerce de Nice ne s’estime « pas en mesure de juger » de ce volet du litige.

    La franchise Dépil Tech fait appel

    Les contrats Dépil Tech pour Valence et Alès sont donc bien annulés, mais pour dol et non parce que l’activité serait illicite.

    Sans surprise, le franchiseur conteste toute tromperie et fait appel de cette décision, « contraire » selon lui à plusieurs « jugements rendus précédemment » dans d’autres litiges Dépil Tech par ce même tribunal.

    Dans l’un d’eux (du 12 décembre 2016), rappelle l’enseigne, une franchisée de Paris qui estimait avoir été trompée par des chiffres trop optimistes a été déboutée car, aux yeux des juges, elle avait eu « tout loisir de bien étudier et vérifier la rentabilité » de sa future entreprise. De même, le fait qu’elle n’ait pas pu, malgré d’importantes recherches, obtenir de crédit bancaire pour se lancer ne pouvait, selon les juges, entraîner la nullité du contrat, dans la mesure où celui-ci ne contenait « pas de clause suspensive » liée au financement du projet.

    Dépil Tech fait par ailleurs référence aux décisions plus anciennes encore du tribunal correctionnel de Grenoble (28 septembre 2015) et du tribunal de commerce de Lyon (9 septembre 2016), où les juges avaient considéré que l’activité d’épilation à la lumière pulsée n’était pas illégale.

    Les tribunaux n’ont cependant pas toujours été favorables à la franchise Dépil Tech, y compris le tribunal de commerce de Nice puisqu’il a prononcé, le 20 mars 2017 la résiliation de deux contrats à ses torts, assortie de 240 000 € de dommages et intérêts. Une décision dont le franchiseur a fait également appel.

    Plusieurs autres procédures en cours

    De son côté, débouté en première instance le 22 mars 2017 par le même tribunal de commerce de Nice, l’ex-franchisé d’Angers et Cholet a saisi une juridiction d’appel. C’est aussi le cas de la franchisée de Paris.

    Au total 15 procédures sont en cours selon les avocats des franchisés.

    Certains plaignants qui attendent leur premier jugement réclament simplement le remboursement de leur droit d’entrée. Leur projet n’ayant pu voir le jour suite, selon eux, au refus de nombreuses banques de les financer.

    D’autres demandent l’annulation de leur contrat et d’importantes indemnités, entre autres pour vice du consentement et/ou défaut de rentabilité.

    Mais même si une de leurs franchisées a été condamnée en cassation en 2016 (pour exercice illégal de la médecine), les dirigeants de Dépil Tech continuent de mener de front la bataille judiciaire et le développement de leur réseau qui revendique, sur son site internet, « plus de 130 unités » à ce jour dont 13 à l’étranger.

    30 000 €
    Apport personnel
    22 000 €
    Droit d'entrée
    Voir la fiche

    A lire également sur DEPIL ‘TECH

    • Un contrat de franchise Dépil Tech annulé
      05 Juin 2018

      Le tribunal de commerce de Nice vient d’annuler, le 14 mai 2018, un nouveau contrat de franchise Dépil Tech. Une annulation qui s’ajoute à deux autres prononcées le 25 janvier par le même tribunal. Cette fois les juges ordonnent, en conséquence de la nullité du contrat, le remboursement de 26 400 € réglés en 2015… Lire la suite

    • Épilation à la lumière pulsée : deux contrats Dépil Tech annulés
      09 Mar 2018

      Le tribunal de commerce de Nice vient d’annuler, le 25 janvier, deux contrats de franchise Dépil Tech, pour « dol et vice du consentement ». Les juges estiment que le franchisé, qui avait, fin 2014, signé l’ouverture de deux instituts (à Valence et Alès) a été trompé. Le franchiseur s’étant livré à des « manœuvres dolosives » : -le… Lire la suite

    • Litiges Dépil Tech : plusieurs nouveaux jugements
      10 Avr 2017

      Le tribunal de commerce de Nice a rendu récemment plusieurs décisions dans des litiges opposant l’enseigne Dépil Tech à d’ex-franchisés. Des jugements en partie favorables à la franchise d’épilation par lumière pulsée. Certes, par ordonnance de référé du 23 novembre 2016, le tribunal impose au franchiseur de rembourser un droit d’entrée (de 26 400 €)… Lire la suite

    • Épilation à la lumière pulsée : une franchisée Dépil Tech condamnée en cassation
      09 Jan 2017

      La Cour de cassation vient de rejeter, le 14 décembre 2016, les pourvois formés par une multifranchisée Dépil Tech et par une esthéticienne indépendante. Les deux commerçantes avaient été condamnées par la cour d’appel de Douai le 4 juin 2015 pour exercice illégal de la médecine. Plus précisément pour pratique de l’épilation à la lumière… Lire la suite

    • Épilation par lumière pulsée : relaxe pour une franchisée Dépil Tech
      02 Mai 2016

      Le 28 septembre dernier, le tribunal correctionnel de Grenoble a relaxé une franchisée Dépil Tech accusée d‘exercice illégal de la médecine. Les médecins à l’origine de la procédure judiciaire l’accusaient d’avoir, par son activité d’épilation par lumière pulsée, violé la loi. En l’occurrence l’arrêté de 1962 qui précise que tout mode d’épilation « autre qu’à la… Lire la suite

    A lire également sur ce thème

    • Dietplus , Coach en rééquilibrage alimentaire, un métier formidable
      20 Juin 2018

      Après avoir ouvert son centre de rééquilibrage alimentaire le 17 octobre à Saint-Loubès, dans la région bordelaise, Lydia Monsigny n’a guère attendu avant de trouver succès et épanouissement professionnel. Voici ses impressions sur ses 7 premiers mois d’activité en tant que coach dietplus. « Mon centre a marché assez rapidement. La communication sur Facebook, que… Lire la suite

    • Coaching alimentaire : un marché favorable pour le commerce organisé
      19 Juin 2018

      Depuis plusieurs années ont émergé des réseaux spécialisés dans le rééquilibrage alimentaire. Cette activité qui s’intègre dans le vaste marché de la minceur répond à une demande importante, puisqu’on estime que près d’un Français sur deux est en surpoids. S’appuyant sur le fait qu’il est difficile de perdre du poids tout seul, ces concepts proposent… Lire la suite

    • Pour Dietplus, Coaching en rééquilibrage alimentaire, franchiseur et franchisés gardent le contact
      14 Juin 2018

      Avec plus de 160 centres et un rythme d’ouvertures des plus soutenus, le réseau dietplus se développe plus fortement que jamais en 2018, après 7 ans d’existence. Parallèlement à cette croissance rapide, l’enseigne garde un contact fréquent avec l’ensemble de ses franchisés. Cela tient notamment à la grande disponibilité au quotidien de ses différentes équipes,… Lire la suite

    • KRYS l’opticien franchisé nous présente les verres progressifs FULL HD2
      12 Juin 2018

      Démocratiser l’accès aux technologies de pointe Krys, acteur engagé pour la santé visuelle des Français Fabriqués en France, sur le site de production de KRYS GROUP situé à Bazainville (78), les verres Full HD 2 bénéficient du label Origine France Garantie. L’intégration de cette fabrication au sein du groupe, permet à Krys de proposer des… Lire la suite

    • Les bars à vernis Colorii essaiment en licence de marque
      11 Juin 2018

      Le réseau de bars à vernis Colorii s’est enrichi à la mi-mai d’une nouvelle unité, installée au sein de la galerie Saint-Didier dans le 16ème arrondissement de la capitale. Cette inauguration porte à 18 le nombre d’établissements à l’enseigne en France : 5 à Paris et en région parisienne et 13 en Province, à Marseille, Bordeaux,… Lire la suite

    Enseignes du même secteur
    Demander une
    documentation

    Pour plus d'informations sur DEPIL ‘TECH

    Dénicher les meilleures franchises Envoyer ma demande aux franchises du même secteur / activité, sélectionnées par Franchise Magazine !

    Je suis intéressé par la franchise DEPIL ‘TECH Trouvez votrelocal