Fermer
Secteurs / Activités
    LA BOUCHERIE HABILLAGE SEP18

    Résiliation anticipée du contrat de franchise : ce qu’il peut en coûter

    Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someonePrint this page
    Brève
    20 juin 2018

    Convaincu de son bon droit, un franchisé en difficultés résilie son contrat avant son terme. La cour d’appel de Paris le condamne pour rupture fautive. Le caractère brutal de la séparation ne se traduit pas, en revanche, par une indemnité supplémentaire.

    Devenir-Franchise-DIPLa cour d’appel de Paris vient de condamner un franchisé pour avoir résilié son contrat avant son terme.

    Dans ce litige, le contrat de franchise est signé pour 5 ans en mars 2013. Assez vite le franchisé – l’un des premiers du réseau – rencontre des difficultés, cesse de payer ses redevances et, fin 2014, résilie son contrat en prévenant son partenaire deux jours avant seulement (au lieu des 6 mois prévus). Le franchiseur l’assigne en justice pour rupture brutale et fautive et le tribunal de commerce de Paris le condamne.

    Pour sa défense, le franchisé invoque en appel sa cessation d’activité. Un des cas prévus, selon lui, par le contrat, pour autoriser sa résiliation anticipée. Il ajoute que, « s’étant ouvert (très tôt) à son franchiseur de ses difficultés financières, celui-ci ne s’est pas trouvé au dépourvu, de sorte que le préavis de résiliation devenait sans objet ». En outre, le franchiseur a, en septembre 2014, réduit la zone d’exclusivité initialement accordée (deux départements) et y a introduit un nouveau franchisé «de sorte qu’il ne peut invoquer aucun effet de surprise à l’origine de sa désorganisation et d’un éventuel manque à gagner ».

    La résiliation fautive du contrat de franchise sanctionnée

    La cour d’appel de Paris (Pôle 5, chambre 4) ne fait pas sienne la totalité de ces arguments.

    Dans son arrêt du 28 février 2018, elle relève d’abord que la « cessation volontaire d’activité » du franchisé ne faisait pas partie des conditions de son contrat l’autorisant à une résiliation anticipée.

    Pour les magistrats, sa rupture est donc injustifiée et ils confirment sa condamnation à 3 000 € de redevances impayées.

    Ils y ajoutent 3 000 € de dommages et intérêts pour « utilisation (prolongée et) non autorisée de la marque » et lui ordonnent d’en cesser tout usage.

    La cour condamne en outre le franchisé à 5 000 € de dommages et intérêts pour le préjudice qu’il a fait subir au franchiseur du fait de sa rupture anticipée (dont 2 000 € pour sa participation prévue, mais perdue, au budget communication de l’enseigne et 3 000 € pour les redevances (de 10 % du CA) qui auraient été perçues si le contrat s’était prolongé jusqu’à son terme (1).

    Un total de 11 000 € à rapporter au chiffre d’affaires d’à peine plus de 18 000 € réalisé en 20 mois par le franchisé condamné.

    Pas d’indemnité supplémentaire pour rupture brutale

    Quant au caractère brutal de la rupture, invoqué par le franchiseur « au regard de la durée des relations commerciales et de leur pérennité », la cour ne lui accorde pas d’indemnisation.

    Pour elle, il n’y a pas en l’occurrence, de « flux d’affaires » entre les parties « au sens de l’article L 442-6,I,5° du code de commerce », (pas de vente de produits). Et rien ne prouve que les partenaires auraient poursuivi leur collaboration au-delà du contrat de 5 ans.

    A noter : le contrat de franchise concerné ne prévoyait pas d’indemnité en cas de résiliation aux torts du franchisé. Ce qui aurait pu alourdir encore l’addition pour le plaignant.  

    (1) A propos des redevances, la cour écarte le calcul du franchiseur basé sur le CA moyen de plusieurs franchisés. Seul le CA réalisé par le plaignant est pris en considération. La cour arrondit en outre cette somme à la baisse afin de tenir compte de « l’installation d’un nouveau franchisé sur la zone » et de « l’alea inhérent à la vie des affaires » surtout sur une période longue  (39 mois).

    A lire également

    • Le courtier ACE Crédit étend son réseau d’agences en franchise
      19 Sep 2018

      Le réseau de courtage en prêts immobiliers ACE Crédit vient d’ouvrir une nouvelle agence en franchise à Compiègne, dans l’Oise. Cette nouvelle implantation est dirigée par Samuel Payet, 25 années d’expérience professionnelle dans le secteur de l’assurance, et Rémi Prieur, 10 ans d’expérience dans des établissements bancaires parisiens. ACE Crédit regroupe 81 agences en France, dont 70 en… Lire la suite

    • La Fédération Française de l’Apéritif veut développer un réseau en partenariat
      19 Sep 2018

      Le nom de cette jeune enseigne est un peu trompeur. La Fédération française de l’apéritif (FFA) n’est en effet pas un simple lieu où l’on peut déguster un apéro, mais, nuance, une enseigne de «supérettes apéritives ». On y trouve certes quelques tables et un comptoir qui lui donnent une allure de bistrot, mais aussi des… Lire la suite

    • En forme, Irrijardin passe le seuil des 100 magasins en France
      19 Sep 2018

      Après un exercice 2017 déjà très dynamique, puisqu’il l’avait vu inaugurer  8 franchises (St-Jean-de-Luz, Royan, Grimaud, L’Isle Jourdain, Claira, Douvaine, Wittenheim et Latresne) et atteindre 80 millions d’euros de chiffre d’affaires (contre 72 millions en 2016), Irrijardin semble en passe de boucler une nouvelle année exceptionnelle. Le réseau spécialiste en arrosage et équipement de la… Lire la suite

    • Keep Cool reprend le réseau de fitness Feel Sport
      18 Sep 2018

      La concentration se poursuit dans le secteur des salles de fitness. Après la reprise de trois concurrents par L’Appart Fitness au début de l’été, Keep Cool, le réseau de salles de fitness créé en 2002, vient d’acquérir les 45 salles de sport Feel Sport (44 dans l’Hexagone et une au Luxembourg). Une opération de croissance… Lire la suite

    • 1er et 2 octobre : deux jours pour rencontrer experts et franchiseurs à Paris
      18 Sep 2018

      Dirigeant d’une start-up ou d’une TPE, créateur d’entreprise, candidat à la franchise, consultant indépendant… le Salon SME (Solutions pour Mon Entreprise) vous donne rendez-vous lundi 1er et mardi 2 octobre prochains, au Palais des Congrès de Paris, Porte Maillot. Pour sa 20ème édition, placée sous le thème du progrès, le Salon SME (ex-Salon des micro-entreprises)… Lire la suite

    A lire également sur ce thème

    • Un franchisé Subway débouté par la cour d’appel de Paris
      18 Sep 2018

      Le 11 septembre 2018, la cour d’appel de Paris a débouté de toutes ses demandes un franchisé Subway en litige avec son franchiseur. Le contrat de franchise est signé en 2011. En octobre 2015, l’enseigne résilie le contrat du franchisé pour défaut de paiement de ses redevances. Et en novembre, engage – conformément à ce… Lire la suite

    • Toutes les clés pour entreprendre en restauration
      11 Sep 2018

      Le premier Forum dédié à l’Accompagnement des Entrepreneurs de la Restauration aura lieu le 25 septembre 2018 à Paris. Cette matinée d’ateliers en petits groupes, conférences et tables rondes s’adresse à « tout porteur de projet en restauration, quel que soit son état d’avancement », explique son organisateur Emergence concepts, agence conseil et incubateur sur ce secteur…. Lire la suite

    • Un concept de franchise non viable
      10 Sep 2018

      Le 4 septembre 2018, la cour d’appel de Reims a prononcé la résolution d’un contrat de franchise à la demande d’un ex-franchisé. La première rencontre avec le franchiseur a lieu au printemps 2014. Il exploite un concept de petits magasins urbains de cigarettes électroniques, un créneau alors à la mode. Depuis le 15 décembre 2013,… Lire la suite

    • Casa Pizza Grill : une franchisée partiellement indemnisée et un bilan des conflits mitigé
      28 Août 2018

      Le 3 mai 2018, la cour d’appel de Montpellier s’est prononcée, sur renvoi de la Cour de cassation, dans un litige opposant  l’ex-franchisée Casa Pizza Grill d’Évry à son franchiseur. Dans son premier arrêt du 21 octobre 2014, la cour avait annulé le contrat de franchise litigieux pour tromperie (état de la concurrence locale incomplet… Lire la suite

    • Déséquilibre significatif : un franchisé débouté en cassation
      11 Juil 2018

      Le 30 mai dernier, la Cour de cassation a rejeté le pourvoi d’un franchisé qui invoquait notamment l’existence dans son contrat d’un « déséquilibre significatif ». Déséquilibre qui contribuait à justifier à ses yeux sa résiliation du contrat et son passage à la concurrence, après presque 20 ans de partenariat. Pour le franchisé, il y avait déséquilibre… Lire la suite