Fermer
Secteurs / Activités

    Résiliation anticipée du contrat de franchise : ce qu’il peut en coûter

    Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someonePrint this page
    Brève
    20 juin 2018

    Convaincu de son bon droit, un franchisé en difficultés résilie son contrat avant son terme. La cour d’appel de Paris le condamne pour rupture fautive. Le caractère brutal de la séparation ne se traduit pas, en revanche, par une indemnité supplémentaire.

    Devenir-Franchise-DIPLa cour d’appel de Paris vient de condamner un franchisé pour avoir résilié son contrat avant son terme.

    Dans ce litige, le contrat de franchise est signé pour 5 ans en mars 2013. Assez vite le franchisé – l’un des premiers du réseau – rencontre des difficultés, cesse de payer ses redevances et, fin 2014, résilie son contrat en prévenant son partenaire deux jours avant seulement (au lieu des 6 mois prévus). Le franchiseur l’assigne en justice pour rupture brutale et fautive et le tribunal de commerce de Paris le condamne.

    Pour sa défense, le franchisé invoque en appel sa cessation d’activité. Un des cas prévus, selon lui, par le contrat, pour autoriser sa résiliation anticipée. Il ajoute que, « s’étant ouvert (très tôt) à son franchiseur de ses difficultés financières, celui-ci ne s’est pas trouvé au dépourvu, de sorte que le préavis de résiliation devenait sans objet ». En outre, le franchiseur a, en septembre 2014, réduit la zone d’exclusivité initialement accordée (deux départements) et y a introduit un nouveau franchisé «de sorte qu’il ne peut invoquer aucun effet de surprise à l’origine de sa désorganisation et d’un éventuel manque à gagner ».

    La résiliation fautive du contrat de franchise sanctionnée

    La cour d’appel de Paris (Pôle 5, chambre 4) ne fait pas sienne la totalité de ces arguments.

    Dans son arrêt du 28 février 2018, elle relève d’abord que la « cessation volontaire d’activité » du franchisé ne faisait pas partie des conditions de son contrat l’autorisant à une résiliation anticipée.

    Pour les magistrats, sa rupture est donc injustifiée et ils confirment sa condamnation à 3 000 € de redevances impayées.

    Ils y ajoutent 3 000 € de dommages et intérêts pour « utilisation (prolongée et) non autorisée de la marque » et lui ordonnent d’en cesser tout usage.

    La cour condamne en outre le franchisé à 5 000 € de dommages et intérêts pour le préjudice qu’il a fait subir au franchiseur du fait de sa rupture anticipée (dont 2 000 € pour sa participation prévue, mais perdue, au budget communication de l’enseigne et 3 000 € pour les redevances (de 10 % du CA) qui auraient été perçues si le contrat s’était prolongé jusqu’à son terme (1).

    Un total de 11 000 € à rapporter au chiffre d’affaires d’à peine plus de 18 000 € réalisé en 20 mois par le franchisé condamné.

    Pas d’indemnité supplémentaire pour rupture brutale

    Quant au caractère brutal de la rupture, invoqué par le franchiseur « au regard de la durée des relations commerciales et de leur pérennité », la cour ne lui accorde pas d’indemnisation.

    Pour elle, il n’y a pas en l’occurrence, de « flux d’affaires » entre les parties « au sens de l’article L 442-6,I,5° du code de commerce », (pas de vente de produits). Et rien ne prouve que les partenaires auraient poursuivi leur collaboration au-delà du contrat de 5 ans.

    A noter : le contrat de franchise concerné ne prévoyait pas d’indemnité en cas de résiliation aux torts du franchisé. Ce qui aurait pu alourdir encore l’addition pour le plaignant.  

    (1) A propos des redevances, la cour écarte le calcul du franchiseur basé sur le CA moyen de plusieurs franchisés. Seul le CA réalisé par le plaignant est pris en considération. La cour arrondit en outre cette somme à la baisse afin de tenir compte de « l’installation d’un nouveau franchisé sur la zone » et de « l’alea inhérent à la vie des affaires » surtout sur une période longue  (39 mois).

    A lire également

    • La chocolatier de Neuville s’implante Gare du Nord
      21 Nov 2018

      Après la gare de Lyon Part-Dieu et celle de Paris-Montparnasse, de Neuville, la franchise chocolatière poursuit son développement avec l’ouverture, le 16 novembre, d’un kiosque au sein de la première gare européenne en termes de nombre de voyageurs (550 voyageurs par jour). Pour l’enseigne, qui compte aujourd’hui 146 boutiques dans toute la France et a… Lire la suite

    • Information précontractuelle : un franchiseur condamné pour des « omissions fondamentales »
      21 Nov 2018

      La cour d’appel de Paris vient de confirmer l’annulation de contrats de franchise et de location-gérance pour vice du consentement du franchisé. Le franchiseur est condamné pour ne pas avoir respecté ses obligations d’information précontractuelle à l’occasion d’un renouvellement de contrat avec déplacement du franchisé. Dans ce litige, le contrat de franchise est signé fin… Lire la suite

    • Le réseau Cyclable a atteint la cinquantaine de magasins
      19 Nov 2018

      Apparue en 2005 à Toulouse, l’enseigne Cyclable s’est développée discrètement, le temps de valider sa formule. En 2010 une société de développement a vu le jour et l’expansion s’est accélérée, en particulier en franchise. Aujourd’hui, le réseau regroupe environ une cinquantaine de points de vente dans toute la France, ainsi que deux en Suisse. Et l’expansion… Lire la suite

    • But en passe de reprendre Fly et son réseau de franchisés
      16 Nov 2018

      But est entrée en négociations exclusives avec Fly. En ligne de mire du n°3 de l’équipement de la maison, la reprise de la marque jeune habitat et de son réseau de franchisés. Une acquisition qui permettrait à la plus grande chaîne de magasins de meuble et décoration française, à la tête de 305 points de… Lire la suite

    • Prévisionnels erronés et DIP lacunaire condamnent un franchiseur
      16 Nov 2018

      La cour d’appel de Paris vient, le 24 octobre 2018, de condamner un franchiseur pour transmission de prévisionnels « grossièrement erronés » et d’un Document d’information précontractuelle (DIP) « lacunaire ». Dans ce litige, le contrat est conclu en décembre 2009. Et le point de vente ouvert aussitôt. Mais l’activité n’est pas à la hauteur du prévisionnel transmis par… Lire la suite

    A lire également sur ce thème

    • Rachat d’un réseau : un franchiseur sanctionné
      09 Oct 2018

      La cour d’appel de Paris (Pôle 5, chambre 4) vient, le 12 septembre 2018, de condamner à plus de 200 000 € de dommages et intérêts un franchiseur pour rupture fautive d’un contrat suite au rachat d’un réseau. Juin 2010 : le franchisé, qui vient d’ouvrir deux points de vente apprend que son réseau est racheté… Lire la suite

    • Prévisionnels en franchise : un écart de 50 % n’entraine pas forcément la nullité du contrat
      05 Oct 2018

      La cour d’appel de Versailles vient de refuser, le 11 septembre 2018, d’annuler un contrat de franchise pour tromperie. Le contrat est signé en 2010 pour 7 ans. Le magasin ouvre l’année suivante. Problème : au lieu des 450 000 € de chiffre d’affaires prévus la première année, le couple de franchisés démarre difficilement, n’atteignant que… Lire la suite

    • Foncia franchise encore gagnante quoique un peu épinglée en appel
      21 Sep 2018

      La cour d’appel de Versailles a tranché, le 3 juillet 2018, un litige concernant l’enseigne d’agences immobilières Foncia. Lorsqu’en juin 2013 Foncia annonce que 43 des 95 contrats de franchise de son réseau de 550 unités ne seront pas renouvelés une fois parvenus à leur terme, le franchisé fait partie de ceux qui tentent de… Lire la suite

    • Un franchisé Subway débouté par la cour d’appel de Paris
      18 Sep 2018

      Le 11 septembre 2018, la cour d’appel de Paris a débouté de toutes ses demandes un franchisé Subway en litige avec son franchiseur. Le contrat de franchise est signé en 2011. En octobre 2015, l’enseigne résilie le contrat du franchisé pour défaut de paiement de ses redevances. Et en novembre, engage – conformément à ce… Lire la suite

    • Toutes les clés pour entreprendre en restauration
      11 Sep 2018

      Le premier Forum dédié à l’Accompagnement des Entrepreneurs de la Restauration aura lieu le 25 septembre 2018 à Paris. Cette matinée d’ateliers en petits groupes, conférences et tables rondes s’adresse à « tout porteur de projet en restauration, quel que soit son état d’avancement », explique son organisateur Emergence concepts, agence conseil et incubateur sur ce secteur…. Lire la suite