Fermer
Secteurs / Activités

      Jérôme Taufflieb, président Easy Cash - Interview du 26 novembre 2014

      Interview
      26 novembre 2014

      Nos expériences en centre-ville nous ont amené à revoir notre vision du métier et à faire évoluer notre concept vers un modèle plus valorisant

      Vous avez ouvert, en 2014, un deuxième magasin dont vous partagez le capital avec un franchisé. Ce modèle de partenariat est-il appelé à se développer dans le réseau Easy Cash ?
      Nous avons en effet ouvert à Clermont-Ferrand un magasin dont Easy Cash possède 70 % et son franchisé 30 %. Ce dernier n’avait pas les fonds nécessaires pour se lancer seul, mais un très bon profil à côté duquel nous ne voulions pas passer. Nous avons donc trouvé cette solution gagnant-gagnant. L’objectif est que nous cédions nos parts à l’exploitant à court ou moyen terme (3 ans).

      Ce modèle de partenariat pourrait devenir un axe plus important de notre développement, à côté de notre modèle classique de recrutement. Notre concept est en effet de plus en plus gourmand en capitaux : environ 150 000 euros d’apport personnel nécessaires aujourd’hui, pour un investissement global de 500 000 euros. Et cela en raison de stocks de plus en plus coûteux car nous vendons de plus en plus de produits high-tech et de luxe, à forte valeur ajoutée. Si nous nous contentons des profils disposant des 150 000 euros d’apport requis, nous risquons de passer à côté de candidats très intéressants. C’est pourquoi nous ne nous interdisons pas de renouveler l’expérience à l’avenir.

      Vous l’évoquez, le positionnement d’Easy Cash a évolué ces dernières années. Quel est-il aujourd’hui ? Comment cela se traduit-il en magasin ?
      A la fin de l’année, Easy Cash comptera 102 magasins dont 100 en franchise et 5 ouverts récemment en cœur de ville. Ces expériences en centre-ville nous ont amené à réfléchir à notre vision du métier. Sur ces petites surfaces, achat et vente ne sont pas séparés et l’offre est réduite à quelques familles de produits. Aujourd’hui, nous voulons étendre ces pratiques dans le réseau. L’idée, c’est de décloisonner les espaces et de favoriser la mixité entre achat et vente pour mieux servir le client. Imaginez quelqu’un qui viendrait chez nous changer de téléphone portable. Aujourd’hui il a affaire à 3 personnes : l’acheteur, le vendeur, le caissier. Demain, il ne rencontrera qu’un interlocuteur, spécialiste en téléphonie, qui pourra l’accompagner tout au long de son expérience.

      Cette nouvelle mixité se double d’une tonalité de plus en plus premium de notre offre. Nous sommes dans un mouvement progressif d’abandon des familles de produits les moins valorisées : articles de sport, de puériculture, de décoration, etc. Désormais, nous avons resserré notre offre autour de 4 univers : le high-tech (téléphonie, informatique, TV-hifi), la culture et les loisirs (jeux vidéo, DVD et blu-ray, livres et BD), le luxe (bijouterie, horlogerie, maroquinerie de grandes marques) et l’équipement de la maison (petit électroménager).

      Ce sont des produits sur lesquels il faut savoir rassurer les consommateurs. C’est pour cette raison que vous lancez la garantie d’un an gratuite ?
      Nous devons être perçus comme une alternative au neuf ; c’est dans ce cadre que se pose la question de la garantie. Jusqu’ici, nous étions sur un standard de 3 mois, ce qui peut être un frein aux achats dans le domaine du high-tech. Nous avons acquis la conviction qu’il fallait faire bouger les lignes et que le bon standard pour les clients d’aujourd’hui était plutôt une garantie gratuite d’un an. Nous l’avons testée dans quelques magasins avec de bons résultats et pris la décision de la généraliser à compter du 1er décembre, sur tous nos produits. Nous sommes les seuls dans le secteur de l’achat-vente à aller aussi loin.

      Pour bénéficier de cette garantie, les clients devront prendre une carte (gratuite) de fidélité. Nous allons donc concomitamment augmenter significativement le nombre de membres de notre programme de fidélité, et ainsi pouvoir accéder à de nouvelles données fiables pour le marketing et donc démultiplier l’impact de nos campagnes. L’effet induit sera par conséquent globalement très positif. Et le tout mis en musique à travers notre nouveau discours publicitaire, et notre nouvelle signature : l’occasion en toute confiance.

      50 000 €
      Apport personnel
      15 000 €
      Droit d'entrée
      Voir la fiche
      Enseignes du même secteur
      Demander une
      documentation

      Pour plus d'informations sur EASY CASH

      Recopiez le mot dans le champ ci-dessous :

      Je suis intéressé par la franchise EASY CASH
      Consultez l'Indicateur de la Franchise