Fermer
Secteurs / Activités

      Les solderies ont su amortir la crise

      Actu secteurs
      1 février 2012

      La crise a poussé une nouvelle clientèle vers les magasins de discount non alimentaire. Si certaines enseignes ont en mieux profité que d’autres, toutes poursuivent une politique d’expansion de leur réseau par la voie de la franchise ou de la concession.

      Décoration, cuisine, salle de bain, petit ameublement, auto, loisir, bricolage… Les solderies ratissent large, très large. C'est à ce niveau que se situe l’une des clés de leur succès en France. Du rideau à moins de 5 euros à la parure de couette à moins de 10 euros, un positionnement en termes de prix très bas séduit certaines catégories de clientèle.

      La crise financière a-t-elle impacté ce secteur du discount non alimentaire ? Si l’on s’en tient à deux indicateurs clés, à savoir l’évolution du chiffre d’affaires et le nombre d’ouverture de nouvelles unités, il semble que les principales enseignes du secteur aient passé sans trop d’encombres cette zone de turbulence économique.

      Il est vrai que si la consommation des ménages a enregistré une baisse sur l’ensemble de l’année 2011, le secteur des biens d’équipement du logement devrait pour sa part avoir progressé d’environ 3 points, à comparer toutefois à la hausse de 7,6 % enregistrée en 2010.A titre d’exemple, Gifi, poids lourd du secteur, a clos, le 30 septembre, son exercice 2010 / 2011 sur une progression de 5,4 % de son chiffre d’affaires, à 818,2 millions d’euros. Le groupe, qui compte 360 points de vente, dont 30 en concession, a ouvert sur son dernier exercice 22 unités dont 5 avec des partenaires. A partir de 2012, l’objectif de la direction est de créer 25 magasins chaque année afin de parvenir à 500 dans 5 ans.


      Trois acteurs majeurs

      Autre acteur majeur du secteur des solderies, La Foir’Fouille devrait connaître sur l’année 2011 une progression de 2 % de son chiffre d’affaires, à près de 480 M€, soit nettement moins que la hausse de 9 % intervenue l’an passé. Les magasins ayant adoptés le nouveau concept de l’enseigne, dévoilé en juin 2011 sur le magasin d’Angoulins (17), voient leurs ventes progresser de 20  %. D’ici deux ans, tous le réseau aura adopté ce nouveau concept.

      A l’instar des autres enseignes du secteur, La Foir’Fouille poursuivra son développement en 2012. Dix ouvertures et 12 projets de rénovation ou d’extension avec l’intégration du nouveau concept de magasin sont planifiés. Rappelons que La Foir’Fouille compte 185 unités dont 161 en franchise.

      “Nous sommes des magasins de crise”

      A 300 millions d’euros, notre chiffre d’affaires est stable en 2011 par rapport à l’année précédente. Du fait de la conjoncture, nous nous satisfaisons de ce résultat même si dans notre métier, nous sommes habitués à des progressions chaque années“, assure Bruno Blake, directeur du développement de Centrakor.

      Nous sommes des magasins de crise, poursuit le porte-parole de Centrakor. Donc la crise nous impacte moins que d’autres secteurs économiques”. Centrakor totalise 202 magasins dont 104 sous enseigne, et parmi ces derniers 66 sont en concession. La politique de développement de la chaîne passe exclusivement par des ouvertures sous contrat de ce type. Une quinzaine est prévue en 2012.

      Face à ces trois géants du discount non alimentaire, Bazarland et le Marché aux Affaires font figure de petits Poucet, néanmoins dynamiques et ambitieux. Le premier compte 34 points de vente dont 33 en franchise. Le réseau a réalisé un chiffre d’affaires de  34 M€ en 2011 après 33,6 M€ en 2010.

      Nous avons bien limité la casse“, estime Sébastien Milan, dirigeant de la centrale Bazarland L’enseigne envisage la création de 8 nouvelles franchises en 2012, après l’ouverture de 6 unités en 2011. Le Marché aux Affaires a également vu son réseau s’accroître sensiblement en 2011 avec 6 ouvertures, portant son parc à 32 dont 26 en franchise.

      Enseignes du même secteur