Fermer
Secteurs / Activités

      Maison : les bonnes affaires de l'occasion

      Les magasins d’achat-vente et de dépôt-vente ont aujourd’hui de quoi se réjouir : porté par un contexte favorable, le marché de l’occasion devrait croître à un rythme soutenu d’ici à 2010.

      La distribution de biens d’occasion serait “en plein boom”. C’est ce que rapporte une étude publiée en début d’année par le cabinet Xerfi. L’institut y estime à 6 % la progression enregistrée par le marché en 2008. Et prévoit qu’elle sera de 8 % en 2009. Principaux acteurs de cette croissance : les réseaux physiques de dépôt-vente et d’achat-vente. Qui, rappelle l’enquête, ont pour particularité d’être développés de façon quasi-exclusive sur le modèle de la franchise.

      Les responsables d’enseignes confirment la bonne santé du secteur.
      A l’image de Jérôme Taufflieb, président directeur général d’Easy Cash (35 magasins), à qui les + 8% annoncés par Xerfi pour 2009 paraissent même “sous-évalués” en regard des résultats observés dans le réseau ces derniers mois. “Notre chiffre d’affaires a progressé de 17 % à surface courante en 2008, avec seulement deux inaugurations”, souligne-t-il.

      Un constat partagé par Pascal Lescouzères, Pdg de La Trocante (52 points de vente), qui annonce avoir “revu à la hausse” ses objectifs de développement pour 2009. “Nous prévoyions 5 ouvertures sur l’année, or nous avons déjà signé 14 contrats”, indique le dirigeant. Les deux responsables rejettent toutefois l’idée selon laquelle leurs concepts profiteraient de la crise. “Il ne faut pas se voiler la face, tout le monde est touché y compris nous. La différence, c’est que le marché de l’occasion est structurellement très porteur”, explique Pascal Lescouzères.
      Porteur, d’abord parce que les mentalités ont changé. La transaction d’occasion a bénéficié ces dernières années de ce que le Pdg d’Easy Cash appelle une “banalisation positive”. Autrement dit, les consommateurs n’ont plus de complexes à entrer dans des magasins qu’ils auraient peut-être snobé il y a quelques années.

      Une évolution à laquelle ont activement participé les enseignes spécialisées, à grand renfort de campagnes et slogans sur le thème de “l’achat malin”. Bien aidées en cela d’ailleurs par des sites Internet comme eBay ou PriceMinister qui ont fait de l’achat d’occasion le dernier bon plan à la mode.

      Porteur, aussi, car les ménages, voyant leurs dépenses incompressibles (loyer, factures, etc.) augmenter régulièrement, sont devenus de plus en plus sensibles aux prix, dès lors qu’il s’agit d’achats secondaires. “C’est flagrant dans nos magasins, où l’on voit des gens acheter un produit d’occasion, juste parce que nous le vendons 20 % moins cher que le neuf”, témoigne Jérôme Taufflieb.

      Cet environnement macroéconomique devrait, selon Xerfi, favoriser une croissance sensible
      du nombre de points de vente spécialisés à l’horizon 2010. Comme le soulignent à juste titre les conclusions de l’étude menée par le cabinet, le potentiel des enseignes dans ce domaine est encore significatif, puisqu’aucune à part Troc.Com ne dépasse encore les 100 magasins. “C’est précisément le niveau auquel nous prévoyons de parvenir à moyen terme”, annonce, confiant, Pascal Lescouzères pour La Trocante.

      Habitué à une progression de 2 à 3 nouvelles franchises par an, Easy Cash espère également accélérer le mouvement. L’enseigne compte sur son nouveau format de points de vente, de petits magasins de centre-ville, moins chers à monter que ses modèles de périphérie, pour y parvenir. Elle table pour l’heure sur 5 à 8 inaugurations en 2009.

      Enseignes du même secteur