Fermer
Secteurs / Activités

    Olivier de la Clergerie, directeur général LDLC.Com - Interview du 18 juillet 2012

    Interview
    18 juillet 2012

    Nous ouvrirons nos premières franchises en 2013. Et espérons atteindre 40 magasins d’ici 5 ans.

    LDLC.Com est aujourd’hui l’un des leaders français de la vente en ligne de matériel informatique. Pouvez-vous nous raconter comment la petite start-up créée il y a 15 ans est devenue un groupe pesant près de 177 M€ de chiffre d’affaires ?
    Nous avons fondé LDLC.Com en 1996, avec Laurent et Caroline, mes frère et sœur. Dans la grande tradition des start-up, nous avons commencé notre activité de vente en ligne de matériel informatique depuis l’appartement familial. Nous avions bâti un site de e-commerce maison. Rapidement, les commandes se sont mises à tomber et en 1998, nous réalisions déjà 1,5 million d’euros de chiffre d’affaires. La même année, nous ouvrions notre première boutique physique, à Lyon, notre ville d’origine. Et fin 2000, nous atteignions 7 M€ de CA, à 90 % générés via Internet, grâce à notre notoriété de spécialistes.
    C’est à ce moment là que sont apparus des sites comme RueDuCommerce ou Pixmania. Pour changer de dimension, face à ces concurrents qui disposaient de moyens bien supérieurs aux nôtres, nous avons introduit l’entreprise en Bourse. Et levé ainsi les quelque 3 M€ nécessaires à la poursuite de notre expansion. Fin 2004, nous pesions 80 M€. En 2006, nous inaugurions une seconde boutique à Paris. Aujourd’hui, l’entreprise LDLC.Com est toujours détenue à un peu plus de 50 % par notre famille. Elle emploie 330 personnes et a réalisé, via son catalogue de 18 000 références informatiques (composants, périphériques, logiciels, jeux, etc.), près de 177 millions d’euros de chiffre d’affaires sur l’exercice 2011-2012.

    Vous annoncez aujourd’hui votre souhait d’ouvrir 40 magasins en franchise d’ici à 2017. Le pari de lancer un réseau physique n’est-il pas risqué, alors même qu’une enseigne comme Surcouf s’apprête à baisser pavillon faute de rentabilité ?
    Le problème de Surcouf est d’avoir voulu créer des hyper stores de l’informatique. Effectivement, avec un tel modèle, la rentabilité est très difficile voire impossible à atteindre. Mais le nôtre est tout à fait différent : nos boutiques se déploieront sur 150 à 300 m² seulement et ne proposeront qu’une sélection d’un millier de références environ. Elles seront avant tout des lieux de proximité et de conseil. Venant ainsi en complément du site Internet LDLC.Com, qui lui restera notre hyper store.
    J’ajoute que nous avons déjà l’expérience de points de vente physique, à Lyon et Paris. Et elle plutôt concluante, puisque nos deux magasins réalisent ensemble 15,4 millions d’euros de chiffre d’affaires. Et pour cause : la vente à distance ne répond pas à tous les besoins (d’écoute, de services, d’accompagnement…) des clients. Alors oui, je pense que tous les voyants sont au vert pour que nous ouvrions des magasins. Le e-commerce doit devenir cross canal, nous en sommes persuadés. Et c’est exactement le bon moment pour se lancer.

    Pourquoi avoir opté pour un déploiement en franchise ? Quand recruterez-vous vos premiers partenaires et à quels profils donnerez-vous la priorité ?
    Nous mettons l’accent sur la franchise car nous souhaitons aller vite. Mais nous continuerons à utiliser nos boutiques en propre comme des pilotes pour l’ensemble du réseau. D’ailleurs, nous allons très prochainement tester une nouvelle identité visuelle dans notre succursale de Lyon, avant d’en valider les coûts et la pertinence.
    Nous sommes actuellement en phase de finalisation des contrats de franchise. Nous planchons notamment encore sur les interactions à mettre en place entre notre site Internet et le futur réseau, afin que chacun profite au mieux des apports de l’autre. Fin octobre, le projet devrait être bouclé. Les premiers recrutements pourraient avoir lieu début 2013 et les premières ouvertures au printemps prochain. Notre objectif, comme vous l’avez souligné, est de créer une quarantaine de points de vente à l’horizon 2017.
    Nous recherchons des profils de candidats passionnés par l’informatique – une qualité indispensable pour bien conseiller les clients – et fins gestionnaires. Et implanterons nos magasins LDLC.Com là où des opportunités intéressantes se présenteront.

    Enseignes du même secteur
    Demander une
    documentation

    Pour plus d'informations sur LDLC.COM

    Recopiez le mot dans le champ ci-dessous :

    Je suis intéressé par la franchise LDLC.COM
    Consultez l'Indicateur de la Franchise