Fermer
Secteurs / Activités

    Olivier Rondolotto, Président directeur général Centrakor

    Le réseau Centrakor a réalisé 350 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2013. Et devrait faire au moins 5 % de mieux cette année.

    Il y a un an, votre réseau discount Centrakor comptait 130 magasins à l’enseigne en France. Comment s’est-il développé depuis ? Quelle taille atteint-il aujourd’hui ?
    Notre enseigne Centrakor a enregistré 23 inaugurations en tout en 2013, et déjà 13 autres depuis le début de cette année.  A chaque fois des créations de nouveaux magasins, à chaque fois en partenariat avec des entrepreneurs indépendants. Nous atteignons ainsi à date 170 points de vente portant nos couleurs en France, dont 128 en concession. Et une soixantaine de plus qui adhèrent à notre centrale d’achats mais ne sont pas encore tout à fait prêts à adopter l’enseigne. L’idée est de les y amener progressivement, mais à leur rythme.
    Nous avions pour ambition d’ouvrir une quinzaine de nouveaux Centrakor en 2014 ; compte-tenu de cette avancée significative au premier semestre, nous serons en fin d’année largement au-dessus  de cet objectif, avec plutôt une vingtaine de nouvelles unités.

    A quoi tient, selon vous, cette progression significative de votre réseau ? Quels sont les grands traits de votre concept ? Et quel succès rencontre-t-il sur le terrain ?
    Le réseau Centrakor a une dizaine d’années d’existence, ce qui nous a laissé largement le temps d’affiner notre concept pour être certains qu’il soit efficace et rentable. Nos bases, ce sont quatre univers produits (ameublement et textile d’intérieur, cuisine et bazar ménager, salle-de-bains, décoration) proposés à prix discount, dans des magasins de 1 400 m² en moyenne, implantés dans des bassins de population de 40 000 personnes minimum. Un concept pour lequel nous faisons très attention aux charges, ce qui nous permet de bien résister, y compris quand le contexte devient concurrentiel. Avec une moyenne de 1,5 million d’euros par magasin, notre réseau a réalisé en 2013 un chiffre d’affaires global de 350 millions d’euros, en progression de 11 % par rapport à 2012 à surface égale. Et nous ne serons pas en-dessous de 5 points supplémentaires cette année.

    Quels sont vos objectifs de développement à terme ? Combien de concessionnaires prévoyez-vous  encore de recruter ?
    Il y a deux ans, nous nous sommes fixé l’objectif d’atteindre 300 magasins Centrakor en France début 2018. Si nous gardons le rythme actuel d’une vingtaine d’ouvertures par an en moyenne, nous devrions y parvenir. Nous sommes sur une bonne dynamique, nous recevons beaucoup de candidatures. Après, à l’inverse par exemple d’un Gifi, majoritairement déployé en propre et qui peut donc sans souci aller jusqu’à 400 unités, nous devons nous prendre garde à préserver les exclusivités territoriales de nos concessionnaires indépendants déjà installés, ce qui nous oblige à refuser des candidats. Il reste toutefois plusieurs régions où nous ne sommes pas trop présents, comme l’Alsace et le quart sud-est du pays. Et quand nous serons à l’étroit dans l’Hexagone, nous irons à l’export. Nous commençons déjà à penser à des implantations dans les Dom-Tom.

    100 000 €
    Apport personnel
    3 500 €
    Droit d'entrée
    Voir la fiche
    Enseignes du même secteur
    Demander une
    documentation

    Pour plus d'informations sur CENTRAKOR

    Dénicher les meilleures franchises Envoyer ma demande aux franchises du même secteur / activité, sélectionnées par Franchise Magazine !

    Recopiez le mot dans le champ ci-dessous :

    Je suis intéressé par la franchise CENTRAKOR Trouvez votrelocal