Fermer
Secteurs / Activités

      Un bilan 2006 mitigé pour l’ameublement

      L’an dernier, les Français se sont remis à acheter un peu plus de meubles. Cette relance de la consommation n’a cependant pas concerné toutes les activités. Redressement confirmé pour les spécialistes de la cuisine, de la literie et du meuble et décoration. Situation plus nuancée pour les autres créneaux.

      Troisième année consécutive de progression pour le meuble. « En 2006, le secteur a enregistré une hausse de 2,6% à surface évolutive », précise la dernière enquête réalisée par l’Ipea, alors que se tiennent à Paris les deux salons concurrents de la profession. Les Français se remettraient donc à acheter des meubles, ce qui n’excluerait pas certains arbitrages entre circuits de distribution. D’après cette étude, c’est surtout le jeune habitat (+14,3%) qui a soutenu l’évolution du marché avec Ikea mais aussi d’autres succursalistes (comme Alinea ou Habitat) ou franchiseurs comme Fly. Le secteur a aussi bénéficié des performances de la cuisine équipée et de la literie. Soit les trois créneaux les plus actifs dans la création de nouvelles surfaces et le recrutement de franchisés.

      Les cuisinistes se distinguent. Ces réseaux améliorent encore leurs performances par rapport à 2005. Leur chiffre d’affaires gagne en effet 7%. Dans ce secteur, les grandes enseignes sont issues de groupes industriels (Cuisinella, Schmidt pour la Salm, Mobalpa pour Fournier) et résistent plutôt bien à la concurrence des autres chaînes et à celle des Ikea et autres Lapeyre. Et le créneau semble rester porteur (« seul un ménage sur deux est équipé »), ce qui attire de nouveaux entrants (comme Aviva), d’où une concurrence encore accrue.

      Les spécialistes de la literie restent en éveil. Au total, ces réseaux ont vu progresser leurs ventes de 7,9%, grâce à une communication active et aux ouvertures de points de vente. Avec aux places de leaders La Maison de la Literie – qui vient de s’associer avec Literieland – et Maxiliterie (groupe Maxiam). Les  salons se redressent également un peu (+4,1%). Et leurs ambitions de développement sont de nouveau à la hausse.  
       
      L’ameublement traditionnel en pleine mutation. Pour les spécialistes à proprement parler, la situation commerciale a été assez contrastée (-2,9% en 2006). Le sursaut a surtout été sensible dans le haut de gamme (Cinna) ou le design (Bo Concept). Pour les généralistes plus traditionnels (dont certains ont plusieurs dizaines d’années d’existence), les mutations sont en cours ou à venir. Situation un peu plus confortable pour le meuble et décoration (+1,9%). Deux réseaux se sont distingués en 2006, en termes d’expansion. C’est le cas de Bois & Chiffons et des Authentiques (groupe Maxiam), tous deux positionnés sur le créneau ethnique.
      Représenté par les Conforama (n°1 français) et autres But (n°3), le créneau de « l’équipement du foyer » voit son chiffre d’affaires total stagner (+0,1%). Fortement concurrencé par le jeune habitat (Ikea occupe désormais la 2ème place), ce segment conserve une place dominante dans la distribution de meubles, avec 26% de parts de marché.
       
      Des perspectives de croissance limitées. Même si le marché a retrouvé quelques couleurs, la plupart des observateurs restent prudents pour l’avenir. D’après les prévisions de Precepta, la « consommation de meubles, en volume, devrait augmenter de 1% par an en moyenne d’ici à 2010 ». La lutte s’annonce donc très serrée pour la future conquête de parts de marché. La puissance marketing et la communication grand public devraient peser lourd dans la balance.
      Enseignes du même secteur