Fermer
Secteurs / Activités

      Achat et vente d'or : des concepts brillants ?

      Actu secteurs
      7 septembre 2012

      Avec des cours au plus haut, le métal précieux attire les investisseurs et les particuliers en quête d’une valeur refuge. Profitant de cet engouement, les réseaux spécialisés multiplient les ouvertures en franchise.

      Une courbe de l'or exponentielle

      Ca n’est pas un hasard si les trois principaux réseaux spécialisés dans la vente et l’achat d’or se sont créés et développés de façon concomitante à partir de 2008 et 2009. Au cours de cette période, le cours de l’or progresse de façon très sensible. La courbe est même devenue exponentielle depuis 2010. Durant la dernière décennie, l’once d’or est passée de 250 à 1 600 dollars.

      Le Comptoir National de l’Or, créé en 1976, s’est ouvert à la franchise fin 2009. L’essor de l’enseigne a été particulièrement rapide puisqu’en l’espace de deux ans, le nombre de points de vente est passé de 10 à 40. Aujourd’hui, le premier réseau français compte 45 agences, toutes en franchise. “En fin d’année, nous souhaiterions parvenir à 55 unités. A terme, notre objectif est d’en compter 80. Nous avons aussi des projets de développement en succursales afin de réaliser un maillage plus dense du territoire”, assure Laurent Schwartz, directeur du développement.

      Le parcours est similaire pour le suisse Gold Service, à un niveau toutefois moins important. Créée en 2008, l’enseigne implante deux pilotes dans l’Hexagone en 2010, avant de commencer un déploiement rapide sur le territoire. Fin 2011, le réseau helvétique totalisait 21 points de vente en France, dont 9 en franchise et prévoit une dizaine d’ouvertures de franchises d’ici à la fin de cette année.

      Une activité double

      Fondée en 2008 par des professionnels de la bijouterie, la Compagnie Nationale de l’Or s’est lancée dans la franchise en 2011. La chaîne totalise aujourd’hui 18 agences, dont 4 en franchise. “Notre priorité est désormais de nous développer sous cette forme. Nous venons d’ailleurs de recruter un directeur de réseau. Nous souhaitons ouvrir 6 nouvelles franchises d’ici à la fin de l’année et en compter une vingtaine d’ici deux ans”, explique Jean-Pierre Farruch, directeur général de l’enseigne.

      L’activité de ces réseaux est double. “Nous sommes spécialisés sur deux secteurs. D’une part, l’or investissement : nous fournissons aux particuliers de l’or physique, à savoir lingots et pièces. Plus l’or augmente, plus cela attise les intérêts. D’autre part, nous rachetons de l’or aux particuliers, il s’agit de la partie recyclage de bijoux. Ces deux activités sont équivalentes en termes de chiffre d’affaires”, précise Laurent Schwartz.

      Des marges importantes

      Si le développement quantitatif des réseaux a souvent été rapide, les performances, quant aux résultats, ne sont pas en reste, si l’on en croit leurs dirigeants. Ainsi le Comptoir National de l’Or annonce une progression annuelle de son chiffre d’affaires de 20 %. Ce dernier s’est établi à 40 M€ en 2011. “Nos agences réalisent une marge moyenne de 30 %. Le retour sur investissement est compris entre 24 et 30 mois”, assure Jean-Pierre Farruch, directeur générale de la Compagnie Nationale de l’Or. Cette dernière a doublé son chiffre d’affaires entre 2010 et 2011, passant de 6,9 à 13,8 M€.

      Il faut bien entendu rappeler que les réseaux de vente et d’achat d’or ne sont pas seuls sur ce marché et sont concurrencés par nombre d’indépendants. Parmi ces derniers : les bijoutiers, pour qui il s’agit d’une activité annexe, mais aussi certaines enseignes comme Auchan, qui rachète de l’or en contrepartie de bons d’achat. Ou encore des pure players sur Internet comme CVA Direct. Il est vrai que les particuliers ne font pas toujours confiance aux sites Web spécialisés et préfèrent souvent, pour ce type de transactions spécifiques, se rendre dans une agence physique.

      De bonnes perspectives

      Aux dires des experts, les perspectives à moyen et long terme sur le marché de l’or sont favorables. Lors des 5 prochaines années, l’évolution du cours du métal précieux sera très certainement positive. L’activité du secteur de la bijouterie devrait reprendre et les états émergents (Indes, Russie, etc.) sont de plus en plus demandeurs d’or pour asseoir la crédibilité de leur monnaie au plan international.

      Nous nous attendons à un marché de l’or soutenu au moins sur la prochaine décennie, estime pour sa part Jean Pierre Farruch, directeur général de la Compagnie Nationale de l’Or. “Contrairement aux monnaies, on ne peut pas créer plus d’or qu’il n’en existe. Le fait qu’aujourd’hui, la planche à billet tourne à plein fait augmenter encore les cours de l’or“, renchérit Laurent Schwartz du Comptoir National de l’Or.

      Enseignes du même secteur