Fermer
Secteurs / Activités
    LA BOUCHERIE HABILLAGE SEP18

    Défense des franchisés et non-concurrence après le contrat : un arrêt très clair

    Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someonePrint this page
    Brève
    17 décembre 2018

    La Cour de cassation vient de rappeler à la fois que la création d’une association de défense des franchisés est un droit fondamental et qu’une clause de non-concurrence post-contractuelle doit être suffisamment limitée dans l’espace.

    Cour de cassation juridique franchiseLa Cour de cassation vient de rendre, en matière de création d’une association de franchisés et de non-concurrence post-contractuelle, une décision qui intéressera tous les acteurs de la franchise.

    Dans ce litige, deux contrats avaient été conclus au printemps 2009 pour l’ouverture de deux établissements dans deux grandes villes. Mais, en décembre de la même année, le franchiseur résiliait les contrats et assignait le franchisé en justice.

    Parmi les motifs : la création d’une association de défense des franchisés qu’il jugeait contraire au contrat et la violation de la clause de non-concurrence post-contractuelle qui liait le franchisé.

    Créer une association de défense des franchisés n’est pas déloyal

    Le 3 mai 2017, la cour d’appel de Paris validait la résiliation des contrats et condamnait le franchisé. Pour les magistrats d’appel, il avait, en créant l’association et son site internet, porté « atteinte à l’image de marque du réseau » (en reprenant « sans autorisation » le nom de l’enseigne dans le nom de l’association) et affecté « gravement les intérêts du franchiseur ». Car le but poursuivi était de « regrouper, assister et soutenir les franchisés » dans toutes leurs démarches, y compris judiciaires contre leur partenaire. Une  attitude manifestant « une défiance certaine », ce qui constituait aux yeux des juges « un manquement à une obligation essentielle au contrat de franchise » (l’obligation de loyauté).

    Dans son arrêt du 28 novembre 2018, la Cour de cassation annule l’arrêt d’appel sur ce point, invoquant notamment « l’article 11 de la Convention de sauvegarde des droits de l’homme et des liberté fondamentales ». La plus haute juridiction française considère que « le seul fait de créer et participer à une association de défense des intérêts des franchisés, constitutif d’une liberté fondamentale” ne saurait être reproché au franchisé. Qui n’a ainsi, ni porté atteinte à l’image du réseau ni affecté gravement les intérêts du franchiseur.

    Une clause de non-concurrence post-contractuelle excessive

    Dans son arrêt, la cour d’appel de Paris avait également condamné le franchisé à plus de 600 000 € (dont 36 000 de clause pénale proprement dite) pour avoir violé la clause de non-concurrence post-contractuelle et poursuivi son activité plusieurs années après la fin du contrat. Pour la cour, la clause de non-concurrence du franchiseur était valable car limitée dans l’espace à l’objet du contrat et à une durée d’un an après sa fin. Les pénalités prévues étaient donc dues.

    La Cour de cassation estime au contraire, que la cour d’appel aurait dû “rechercher si l’interdiction   d’exercer” la même activité et de « s’affilier à un réseau concurrent » … dans un rayon de 150 kilomètres autour de l’établissement “n’apportait pas une restriction excessive à la liberté d’exercice de la profession (du franchisé)”

    Enfin la cour d’appel avait condamné le franchisé à 25 000 € de dommages et intérêts pour avoir, en poursuivant en dehors du réseau l’activité pendant au moins 5 ans sur l’une des deux villes, “gêné le franchiseur dans sa recherche d’un nouveau franchisé”.

    La Cour de cassation considère, au contraire qu’il s’agit là de motifs “impropres à caractériser une faute” de la société franchisée.

    La cour d’appel de Paris devra revoir sa copie

    L’arrêt d’appel est donc cassé sur ces différents points. La résiliation des contrats aux torts exclusifs du franchisé est remise en cause. De même, ses demandes concernant le remboursement de ses droits d’entrée et la perte de sa marge brute (rejetées en appel) devront être reconsidérées. L’affaire est renvoyée devant la cour d’appel de Paris “autrement composée”.

    A lire aussi sur le sujet :

    Non-concurrence et non-affiliation après le contrat de franchise : de plus en plus encadrées par les tribunaux

    A lire également

    • On Air Fitness lance son développement en franchise
      20 Jan 2019

      L’origine du concept de remise en forme On Air Fitness remonte à 995, lorsque Claude Bolle, jeune retraité, décide de reprendre le club de remise en forme dans lequel il est inscrit et qui vient de déposer le bilan. Alors que les abonnements vendus à l’époque impliquent un engagement de 2 ans minimum financés à… Lire la suite

    • Le réseau de fitness Keep Cool se renforce en Alsace
      17 Jan 2019

      Située au cœur de la zone commerciale Les portes du Ried à Erstein, en périphérie sud de Strasbourg, une nouvelle salle de sport Keep Cool vient d’ouvrir ses portes. Elle renforce la présence de l’enseigne en Alsace, qui aligne désormais à 13 salles dans la région et 250 sur l’ensemble du territoire. Le concept repose… Lire la suite

    • Deux franchisées mécontentes échouent à obtenir la nullité de leur contrat
      16 Jan 2019

      La cour d’appel de Paris vient, dans un arrêt très motivé du 9 janvier 2019*, de refuser la nullité de  leurs contrats à deux franchisées en litige avec leur franchiseur. Dans ce conflit, les contrats sont signés en juillet 2011 et janvier 2012 avec un créateur de réseau qui s’est lancé en décembre 2010. Il s’agit… Lire la suite

    • 6 et 7 février : Paris accueille le Salon des Entrepreneurs
      15 Jan 2019

      Après avoir accueilli plus de 50 000 visiteurs en 2018, le Salon des Entrepreneurs pose de nouveau ses bagages au Palais des Congrès de Paris, les 6 et 7 février. Un événement placé cette année sous le signe de la Vitalité d’entreprendre. Changer de vie professionnelle, lancer sa propre activité, reprendre une entreprise, développer son business :… Lire la suite

    • Fitwave veut multiplier les salles de sport
      13 Jan 2019

      Fitwave est à l’origine un appareil qui utilise l’oscillation sphérique, c’est-à-dire un plateau intelligent capable de mettre en œuvre 700 programmes différents selon 5 niveaux de difficulté. Selon ses concepteurs, il permet à tous, débutants et sportifs confirmés, de travailler les muscles et les articulations, sans impact et sans faux mouvement, en un temps record… Lire la suite

    A lire également sur ce thème

    • Défense des franchisés et non-concurrence après le contrat : un arrêt très clair
      17 Déc 2018

      La Cour de cassation vient de rendre, en matière de création d’une association de franchisés et de non-concurrence post-contractuelle, une décision qui intéressera tous les acteurs de la franchise. Dans ce litige, deux contrats avaient été conclus au printemps 2009 pour l’ouverture de deux établissements dans deux grandes villes. Mais, en décembre de la même… Lire la suite

    • Révélations de la Franchise 2019 : inscriptions ouvertes jusqu’au 13 janvier
      22 Nov 2018

      En mars 2018,  Préservation du Patrimoine est venu ajouter son nom à ceux de La Côte et l’Arête et O’Tacos (en 2017), Pitaya (en 2016), ou encore  Iscocomble et Feuillette  (en 2015) au palmarès des Révélations de la franchise (ex-Espoirs). Un concours réservé aux jeunes réseaux de franchise Organisées par la Fédération française de la Franchise avec le concours des membres du Collège des Experts de la… Lire la suite

    • Rachat d’un réseau : un franchiseur sanctionné
      09 Oct 2018

      La cour d’appel de Paris (Pôle 5, chambre 4) vient, le 12 septembre 2018, de condamner à plus de 200 000 € de dommages et intérêts un franchiseur pour rupture fautive d’un contrat suite au rachat d’un réseau. Juin 2010 : le franchisé, qui vient d’ouvrir deux points de vente apprend que son réseau est racheté… Lire la suite

    • Prévisionnels en franchise : un écart de 50 % n’entraine pas forcément la nullité du contrat
      05 Oct 2018

      La cour d’appel de Versailles vient de refuser, le 11 septembre 2018, d’annuler un contrat de franchise pour tromperie. Le contrat est signé en 2010 pour 7 ans. Le magasin ouvre l’année suivante. Problème : au lieu des 450 000 € de chiffre d’affaires prévus la première année, le couple de franchisés démarre difficilement, n’atteignant que… Lire la suite

    • Foncia franchise encore gagnante quoique un peu épinglée en appel
      21 Sep 2018

      La cour d’appel de Versailles a tranché, le 3 juillet 2018, un litige concernant l’enseigne d’agences immobilières Foncia. Lorsqu’en juin 2013 Foncia annonce que 43 des 95 contrats de franchise de son réseau de 550 unités ne seront pas renouvelés une fois parvenus à leur terme, le franchisé fait partie de ceux qui tentent de… Lire la suite