Fermer
Secteurs / Activités

    Témoignage de franchisée : Aurélie Fréval, d’employée à repreneuse d’un Jardin des Fleurs

    Employée au Jardin des Fleurs de Chambéry depuis 2002, Aurélie Fréval a repris, en septembre 2019, le magasin franchisé d’Aix-Les-Bains où elle travaillait depuis novembre 2018. Avec l’appui du franchiseur.

    le jardin des fleurs – 3 – 5nov2019Vous avez décidé de vous mettre à votre compte en vous orientant vers une opération de reprise d’entreprise, pourquoi pas vers une création ?

    J’y ai pensé. Cela faisait environ 7 ans que j’avais envie de changer de statut.  Mais la reprise m’a paru finalement plus sûre.

    Arrivée à Aix-Les-Bains, vous avez cherché un fonds à reprendre, comment avez-vous procédé ? Vous ne cherchiez pas, a priori, à reprendre une franchise ?

    Non. Je me suis adressée à la chambre des métiers, aux agences spécialisées et aux sites de transactions de commerces. Une chose est sûre, je ne voulais pas me retrouver toute seule.  Ni changer de région. J’avais eu connaissance auparavant de deux ou trois Jardins des Fleurs à reprendre, mais comme ils n’étaient pas proches géographiquement, je n’ai pas donné suite. Et puis je me demandais aussi si j’aurais les moyens en tant que salariée d’acquérir un magasin.

    Comment avez-vous appris la mise en vente du magasin d’Aix-Les-Bains ?

    Par la franchisée elle-même.

    « Je connais bien le réseau, et le magasin, qui existe depuis 10 ans, marche bien… »

    Qu’est-ce qui vous a fait penser que la reprise de ce magasin serait intéressante pour vous ?

    Parce que je connais vraiment bien le réseau, déjà. Mais aussi en raison de la stabilité de l’affaire à reprendre. Le magasin existe depuis 10 ans. Il est très bien situé au cœur de la ville, au carrefour de grands axes, et dans un environnement très attractif de commerces ouverts comme lui 7 jours sur 7. Avec ses 170 m² et ses 640 000 € de chiffre d’affaires lors de son dernier exercice (540 000 en 2015), il fait partie du Top 5 des magasins du réseau (sur 82).

    Qu’avez-vous cherché à vérifier avant de vous décider ?

    J’ai regardé les bilans et comptes de résultat bien sûr, les contrats en cours, les crédits éventuels, tout l’administratif et comment les clients allaient percevoir le changement de direction, si çà allait être bien accepté ou pas. Quant au bail commercial, il venait juste d’être renouvelé, alors il n’y a pas eu de souci.

    Si j’ai bien compris, l’ancienne franchisée était propriétaire du fonds depuis 2014. Pourquoi souhaitait-elle vendre ? Que fait-elle maintenant ?

    Originaire d’Auvergne, elle est retournée dans sa région.

    Combien y a-t-il d’employés ? Avez-vous eu le temps de vous rendre compte si la greffe allait prendre avec vous (vous étiez l’une des leurs finalement et alliez devenir leur employeur ?)

    Il y a 5 employées en plus de moi. Nous sommes toutes des filles de 26 à 54 ans. Comme j’étais moi-même salariée depuis 4 mois dans le magasin, nous n’étions pas des inconnues les unes pour les autres. J’ai été bien conseillée par le réseau, plus précisément par la personne qui s’occupe du management avec qui on a travaillé sur la question, à savoir comment se comporter avec les salariés.

    Le franchiseur vous a-t-il conseillé pour cette reprise ?  Pour le prix par exemple ?

    Pas du tout. Il connaissait le prix, mais n’est pas intervenu dans la négociation.

    Vous a-t-il alerté sur certains points ?

    Pas particulièrement.

    A quel moment le franchiseur vous a-t-il donné son accord de principe pour cette reprise ?

    Il me connaissait déjà puisque je travaillais dans des magasins Jardin des Fleurs depuis 2002. Je l’ai rencontré sur le salon de la franchise à Paris au mois de mars. Ça s’est tout de suite bien passé.

    « Les équipes du franchiseur m’ont bien aidée pour l’obtention du financement»

    le jardin des fleurs – 1 – 5nov2019Comment les équipes du franchiseur vous ont-elles aidée pour le financement ?

    Le franchiseur m’a orienté vers un investisseur, « Monte ta franchise », qui m’a prêté de quoi compléter mon apport personnel en échange d’une part sociale dans ma société. Je le rembourserai en totalité à la fin de mon contrat de franchise, dans 7 ans. Le taux est un peu élevé, mais le service bien réel.

    Le franchiseur vous a-t-il recommandé un expert-comptable pour réaliser votre business plan ?

    Oui, un cabinet d’avocats et d’experts-comptables (KPMG) et un courtier aussi. Et je ne le regrette pas !

    Combien de banques avez-vous sollicité ? Combien ont accepté de vous financer ?

    Nous avons approché 7 banques. Toutes nous ont fait une proposition. Alors qu’il est fréquent de n’obtenir que deux ou trois réponses. Là elles se sont un peu battues pour avoir le dossier. On n’a pas eu à se vendre…

    Qui vous a financé ? La banque de l’ancienne franchisée ou la vôtre ?

    Ni l’une ni l’autre. C’est une autre qui a fait la proposition la plus intéressante.

    Quel montant d’emprunt avez-vous obtenu ? Sur quelle durée ?

    75 % de l’investissement total sur 7 ans.

    Vous avez fait des travaux de relooking, çà vous a coûté combien en plus ?

    Ça m’a coûté 20 000 euros. J’ai mis le mobilier aux nouvelles normes.

    Pour votre premier exercice pensez-vous améliorer le CA ? Si oui de combien ?

    J’espère déjà maintenir le chiffre. Mais mon objectif est surtout d’améliorer le trafic client journalier qui avait un peu tendance à être en perte de vitesse.

    « Avec le relooking, mon magasin et moi avons été bien accueillis ! »

    Le-Jardin-des-fleurs-franchise-produit-1Ne craignez-vous pas qu’une partie de la clientèle attachée à la cédante, ne s’éloigne du magasin ?

    Il y a toujours des déçus. Mais les gens viennent surtout pour les produits. C’est aussi pour çà que j’ai fait le relooking. Nous avons aussi organisé un pot d’inauguration. Mon magasin et moi avons été bien accueillis !

    Comment çà se passe avec le personnel ? Pensez-vous vous développer de ce point de vue ?

    C’est parfait. Ce que je pense développer surtout, c’est l’événementiel, notamment pour les mariages, ce que la cédante n’avait pas trop fait. Je compte mettre à profit mes connaissances en tant que wedding planner.

    Que conseillez-vous à quelqu’un qui s’apprête à reprendre un point de vente déjà franchisé, à quoi doit-il faire attention surtout ?

    Je lui conseille de bien appréhender la difficulté réelle du métier qu’il a choisi. Moi, je savais de ce point de vue où je mettais les pieds. Dans la fleur, par exemple, souvent les candidats franchisés ne connaissent pas notre travail. Or, il est assez difficile avec les ouvertures 7 jours sur 7, le côté vivant du produit, l’importance des stocks, le froid, l’humidité, etc. Il est important de bien anticiper toutes les facettes du nouveau métier que l’on va exercer.

    A lire aussi sur le sujet :

    Reprendre une entreprise franchisée, témoignages et conseils

    Enseignes du même secteur