Fermer
Secteurs / Activités

      Franchises de mode : le bout du tunnel ?

      Si le marché reste difficile, les enseignes textiles ont repris des couleurs, chez l’adulte davantage que l’enfant. Les réseaux affichent un certain optimisme dans leurs prévisions.

      La mode féminine au rendez-vous

      Non, les dressings ne sont pas complètement dégarnis. Malgré une consommation de vêtements en repli constant ces dernières années et un marché en pleine mutation – nécessaire modernisation des magasins, essor des stratégies multicanal, nouveaux acteurs bouleversant les codes tel le succursaliste Primark et son offre à très bas prix –, les franchises de prêt-à-porter n’ont, dans l’ensemble, pas signé un mauvais exercice 2014 en termes de développement.

      Les spécialistes de la mode féminine ne sont pas restés inactifs, loin de là. Les onze franchiseurs qui nous ont transmis leurs chiffres ont en effet procédé à un total de 94 ouvertures l’an passé avec des entrepreneurs en commission-affiliation, le contrat commercial ultra-majoritaire dans l’habillement.

      En l’absence du Groupe Beaumanoir (Cache Cache, Morgan, Bréal…), d’Etam, Mango ou Sud Express, les principales locomotives du créneau sont au rendez-vous : Jennyfer voit son réseau d’affiliés (86 points de vente) croître de 12 unités quand Mim, One Step et DDP ont respectivement concrétisé 20, 9 et 4 projets.

      Saluons les nouvelles progressions de la chaîne familiale Sépia, qui franchit le cap des 50 boutiques affiliées, et du jeune et prometteur franchiseur Karl Marc John, qui vise 10 créations en 2015.

      Enseignes du même secteur