Fermer
Secteurs / Activités

    Magali Fleurquin-Bonnard, directrice marketing et communication - Interview du 28 mai 2008

    La franchise s'est imposée, car nous souhaitions plus de cohésion tout en conservant l'indépendance de nos adhérents.

    Après des années de discrétion, les bijouteries Mégalithes, annoncent vouloir passer d’un développement en partenariat à un développement en franchise, pourquoi ?
    Parce qu’au cours des années passées le secteur de l’horlogerie-bijouterie a énormément souffert. Entre 2000 et 2007, le nombre de professionnels indépendants est passé de 12 000 à 5 700. De notre côté, bien qu’existant depuis 1997 et organisé en miniréseau, nous avons connu exactement les mêmes tourments. Nous sommes passés de 52 unités en 2003 à 25 aujourd’hui. Or, nous maîtrisons suffisamment la profession pour être par ailleurs société d’étude et de conseil auprès des autres bijoutiers. Il nous fallait réagir et trouver un système nous apportant plus de cohésion et de moyens d’action. La franchise s’est imposée. Ce mode de développement va nous permettre de mettre en place une politique marketing homogène tout en conservant l’indépendance de chacun de nos adhérents. De plus, grâce à ce système de développement, nous allons pouvoir plus rapidement diffuser notre nouveau concept de magasin initié depuis l’an dernier.

    Quand et comment allez-vous initier ce grand changement ?
    En fait, nous sommes au travail depuis un an environ. En juin 2007, nous avons commencé à informer nos partenaires et à échanger avec eux sur ce qu’il était possible de faire pour redresser la barre. Avec eux, nous avons arrêté la date de 1er juillet 2008. À cette échéance, tout le parc passera en franchise. Mais ce n’est pas tout, car il a aussi été décidé de créer une centrale d’achats. Cette dernière sera gérée par notre partenaire de Montluçon (03). Afin de financer tous ces changements, nous avons fait entrer dans notre capital, de façon minoritaire, un partenaire extérieur. Cependant, celui-ci étant amené à prendre plus de poids dans les années à venir, nous préférons garder son nom sous silence. C’est aussi pour cette raison que nous restons discrets sur les informations financières de la société.

    Lancement de la franchise, création d’une plateforme d’achat, entrée d’un partenaire financier, cela signifie-t-il que vous allez relancer activement le recrutement ?
    Exactement ! En tout premier lieu, nous allons renforcer l’ossature de notre réseau. D’ici à trois ans, nous avons programmé l’ouverture de 20 succursales. Nous allons mener en parallèle le développement en franchise. D’ici à la fin de l’année 2008, trois inaugurations sous cette forme devraient avoir lieu.
    Niveau recrutement, la franchise ouvre réellement notre champ d’action. Grâce aux sessions de formation que nous avons mises en place, nous pouvons non seulement accueillir des indépendants à la recherche d’un nouveau souffle, mais aussi des personnes désireuses de se lancer dans le métier. Il est important, dans cette période morose pour la profession, d’accueillir des candidats qui ne soient pas totalement issus de notre milieu d’activité. Ils apportent généralement un équilibre et une dynamique à un réseau. De notre côté, nous avons travaillé les outils de transmission du savoir-faire et d’assistance au démarrage afin de faciliter leur intégration dans une enseigne dynamique : nous réalisons une marge supérieure de 4 points par rapport à la moyenne de la profession.