Fermer
Secteurs / Activités

      Pascal Lebert, Président du groupe Happy Cash - Interview du 27 mai 2021

      En 2021, nous prévoyons d’ouvrir 15 magasins franchisés en France sous enseignes Happy Cash et Happy Troc, plus 5 à 10 sous enseigne Happy Frip’. 

      Pascal Lebert, PDG de la franchise Happy CashLe groupe Happy Cash a réalisé un chiffre d’affaires de 110 M€ 2020 (contre 135 M€ en 2019), malgré cinq mois de fermeture : comment expliquez-vous cette performance ?

      Notre chiffre d’affaires 2020 résulte de l’action croisée de deux phénomènes. D’abord, nous avons procédé à des ouvertures de magasins qui ont généré un chiffre d’affaires complémentaire. Ensuite, nous avons surperformé quand nos points de vente étaient ouverts. En effet, nous avons mis l’accent sur la performance des magasins en termes de gestion, de dynamique et de rentabilité :  ces efforts ont porté leurs fruits, même si c’est un peu gommé par le Covid.

      Votre groupe prévoit l’ouverture de 15 magasins franchisés en 2021 : dans quelles villes ? Et avec quels profils de franchisés ?

      Notre programme pour 2021 porte sur l’ouverture de 15 magasins en France, mais nous avons aussi des projets de développement en Espagne, en Belgique et en Allemagne.

      Jusqu’à présent, notre enseigne historique Happy Cash, déclinée en Happy Cash Services pour les magasins de moins de 100 m² en centre-ville ou en galerie marchande, connaissait le plus fort taux de développement. Mais sur 2021, a priori, les ouvertures devraient se répartir à 50/50 entre Happy Cash et Happy Troc, l’enseigne de magasins avec une offre high tech et des produits classiques du troc qui a vocation à fédérer les points de vente Troc.com et La Trocante, repris en 2019.

      Magasin d'occasion en franchise à l'enseigne Happy CashNous souhaitons implanter ces enseignes en priorité dans le Sud-ouest, dans la vallée du Rhône, dans les Hauts-de-France et en région parisienne, où elles ne sont quasiment pas présentes actuellement. Concernant la région parisienne, c’est pour des raisons historiques de choix et de coût : notre enseigne est née à La Rochelle et notre développement en franchise a commencé dans les année 2010 : trouver 1 000 à 1 200 m² bien placés à un prix acceptable pour implanter un magasin en Île-de-France, c’était très compliqué jusqu’à maintenant.

      Ce programme d’expansion prendra des formes variées, avec des franchisés existants membres du réseau Happy Cash, pour lesquels, deux ans après, l’idée de créer un Happy Troc fait sens. Et avec des franchisés La Trocante et Troc.com qui souhaitent ouvrir un magasin Happy Cash en même temps qu’un Happy Troc.

      Marie Secula, première franchisée Happy TrocMais aussi avec des nouveaux franchisés qui viennent de l’extérieur, attirés par le secteur de la seconde main qui a actuellement le vent en poupe, en partie grâce à l’effet Covid. Aujourd’hui, les candidats qui nous appellent recherchent un vrai métier qui a du sens et porte des valeurs. Certains sont même prêts à partir en province pour mener à bien leur projet. Avant, les futurs franchisés visaient une zone géographique limitée, maintenant certains se disent mobiles sur toute la France ! Cela nous permet de les orienter là où nous ne sommes pas encore implantés.

      Dans l’habillement de seconde main, vous prévoyez l’ouverture de 10 magasins Happy Frip’ cette année : quel est le positionnement de cette nouvelle enseigne ?

      Happy Frip’ est un modèle très attendu : le magasin pilote lancé à Lunéville en fin d’année dernière connaît de bons résultats. Il faut dire que nous nous sommes concentrés sur des vêtements de qualité, de marque, et non pas sur du tout-venant, car ce serait très complexe à gérer. Nous avons défini trois profils de consommateurs : un profil sportswear, un profil streetwear et un profil haut de gamme. Et nous avons appliqué des astuces liées à la seconde main dans les magasins, dont notre logiciel, qui constitue un point de plus en plus fort.

      Dans le domaine de la formation, nous avons construit plus de 50 modules de formation à l’univers du cash et du troc et nous multiplions les occasions de faire se rencontrer tout le monde pour apprendre ou retravailler des techniques, car il est de plus en plus important de former nos franchisés et nos collaborateurs.

      Sous l’enseigne Happy Frip’, nous visons entre 5 et 10 ouvertures cette année en fonction des contacts car, même s’il y a beaucoup d’engouement pour la fripe, le vêtement est un métier particulier, qui n’est pas si facile à exercer. Pour devenir franchisé Happy Frip’, si les candidats ont l’expérience du vêtement, ou une appétence pour cet univers c’est mieux, car il y a un langage, une manière de présenter, des codes spécifiques à ce métier.

      Quels sont les investissements à prévoir pour devenir franchisé sous les enseignes du groupe Happy Cash ?

      Pour ouvrir un magasin Happy Cash Services, il faut prévoir 50 à 100 000 € d’investissement complet, même si certains ont coûté moins cher. Le format Happy Cash classique nécessite plus d’investissement, même si on tend de plus en plus à réduire les coûts de construction, pour privilégier les stocks et les équipes.

      Pour ouvrir un magasin Happy Frip’, l’investissement à prévoir représente 100 à 150 000 € maximum.

      50 000 €
      Apport personnel
      20 000 €
      Droit d'entrée
      Voir la fiche
      25 000 €
      Apport personnel
      15 000 €
      Droit d'entrée
      Voir la fiche
      70 000 €
      Apport personnel
      30 000 €
      Droit d'entrée
      Voir la fiche
      Enseignes du même secteur
      Demander une
      documentation

      Pour plus d'informations sur HAPPY CASH

      Recopiez le mot dans le champ ci-dessous :

      Je suis intéressé par la franchise HAPPY CASH
      Consultez l'Indicateur de la Franchise